Archives de catégorie Le magicien mangeur de livres

Paradmin

Chapitre 112 – La récompense de l’arbre du monde (1)

Il n’y avait pas besoin de précipiter le retour. Théo avait retrouvé un peu d’endurance, mais il était encore faible. Par conséquent, il n’avait pas la force de courir ou de grimper sur les arbres.

Cependant, contrairement à son corps fatigué, tous les autres allaient bien. C’était une bataille de vie ou de mort où une légende avait été ravivée, mais ils avaient survécu. Tout le monde avait compris que vouloir plus que cela serait gourmand.

Ils avaient essayé d’ignorer la fatigue accumulée dans leur corps et avaient parlé plus que d’habitude. En fin de compte, il était naturel que Théodore devienne le centre de l’attention, car il avait défait Laevateinn.

«Au fait, j’ai été vraiment surpris! Supérieur Théodore! »Dit quelqu’un en lui tapotant l’épaule.

«Hein? Étonné?»

«Je ne savais pas qu’il y avait un moyen de survivre à cette terrible chaleur! Je ne sais pas pour Veronica, mais nous ne pouvions même pas faire quelques pas.»

Le magicien d’un certain âge avait une barbe blanche et portait une robe de la Tour bleue, mais il n’hésitait pas à traiter Théodore d’une manière amicale. Peut-être avait-t-il ressenti un lien après s’être battu avec lui.

Le magicien appelé Philip, qui avait dirigé l’iceberg sur Laevateinn, loua le courage de Théo et murmura tout en touchant son bras droit. «La chose sur ton bras, c’est la capacité du trésor national, n’est-ce pas?»

La voix de Phillip indiquait qu’il était déjà à moitié convaincu, alors Théo soupira de soulagement. À part la reine des élémentaires de l’eau, personne n’avait perçu Gluttony.

Il avait naturellement restauré son expression faciale et avait donné à Philip la réponse qu’il souhaitait: «Oui, c’est vrai. Je suis content que cela ait aidé. « 

« Effectivement! Au moment où j’ai vu la lumière émeraude, je me suis rappelé de sa Majesté. Grâce à cela, il a sauvé toutes nos vies. N’est-ce pas la bénédiction de Meltor?»

«C’est comme le dit Philip. Je ne serais même pas capable de l’approcher sans Umbra.»

C’était à moitié vrai et à moitié faux. Théo n’avait pas menti, mais il n’avait pas tout révélé non plus. C’était l’excuse que Théodore, qui n’était qu’un magicien du 5ème cercle, utilisait. Après tout, c’était le trésor national Umbra, dont même le Maître de la Tour Blanche n’avait pas compris le fonctionnement. Théo avait insisté sur le fait qu’il pouvait vaincre Laevateinn avec le pouvoir du trésor national et affirmé que lui seul pouvait détruire son corps.

Le pouvoir des hauts elfes vit que Théo disait la vérité.

En vérité, Théo n’avait pas dit qu’il pourrait le détruire avec Umbra. Il avait juste dit: ‘Umbra peut être utilisé pour détruire le corps de Laevateinn.’

S’ils s’asseyaient et examinaient le contexte calmement, certaines personnes pourraient peut-être détecter quelque chose de suspect. Cependant, ils faisaient face à une crise et la situation était source de confusion pour tout le monde.

‘Eh bien, ce n’est pas un mensonge non plus.’

Si Théo n’avait pas la capacité de fluidisation d’Umbra, il serait mort avant même d’avoir pu l’approcher. Selon ses mots, Umbra avait joué un rôle essentiel dans la destruction du corps de Laevateinn. En conséquence, il n’avait pas dit un seul mensonge en dépit de ne pas mentionner Gluttony.

En riant intérieurement, Théo donna la même réponse à Heinz, le quatrième magicien qui lui avait parlé. De cette façon, tout le monde était pris dans le malentendu parfait.

« Oh! Qui est venu nous rencontrer? »Demanda Alisa.

Les humains n’étaient pas les seuls à ne rien voir. Le gardien, Edwin, était le même. Alors que le fatigué Alucard remarquait la situation tardivement, une robe blanche brillait devant le groupe. C’était l’apparition surprise du maître masqué de la tour blanche, Orta.

« Maître de tour?!»

« Heok! »

Cependant, la soudaine apparition d’Orta n’était pas la raison pour laquelle le groupe de Théo était sous le choc.

Duk. Dududuk. Duduk.

Il y avait du sang qui coulait. Quelques gouttes de sang tombaient parfois sur les robes blanches d’Orta, mais il ne lâcha pas la chose entre ses mains.

C’était le bras gauche de quelqu’un. Le bras avait été attaché à l’épaule de quelqu’un tout à l’heure. Le sang coulait sans interruption de la région où la coupure avait eu lieu. C’était tellement soudain que le groupe n’a pas pu s’empêcher de se sentir choqué.

Cependant, Orta ouvrit la bouche et parla aussi calmement que toujours: «Philip».

“Hein? Ah oui! »

« Prends ça. »

Philip s’avança et Orta lui lança le bras. Le bras saignait encore abondamment et Philip semblait frustré par le sang sur sa robe. Cependant, son expression changea après avoir entendu les prochains mots d’Orta.

«C’est le bras d’un assassin, probablement issu des Sept épées. Je me souviens que la tour bleu a développé une magie de suivi qui utilise le sang de la cible, n’est-ce pas?»

« …Oui, c’est vrai. »

«Fabriques un appareil capable de suivre le propriétaire de ce bras. Fais en sorte que ce soit aussi précis que possible. C’est quelqu’un qui a une capacité d’aura de type ‘furtive’. Soies minutieux lorsque tu travaillera dessus.»

« Je vais suivre tes mots! »

Les regards du groupe changèrent après avoir entendu la mention des sept épées. Bien qu’ils semblaient sur le point de s’effondrer à ce moment-là, ils étaient tous soudainement en feu avec un esprit de combat féroce.

Ce n’étaient pas seulement les magiciens qui avaient réagi à la mention de l’assassin.

Le regard enjoué d’Alisa disparut lorsqu’elle demanda: «Assassin? Est-ce vrai? »

« À mon avis, oui. »

« … Les cibles? »

« Il semble que tu as déjà deviné. »

Crunch. Un son fort sortit de ses lèvres.

À moins qu’ils ne soient les idiots du siècle, personne n’enverrait des assassins dans la Grande Forêt juste pour poursuivre la délégation de Meltor. Cependant, tuer des elfes ordinaires ne ferait que leur acheter l’inimitié d’Elvenheim. En ce qui concerne les cibles de valeur que seul un assassin de niveau maître épéiste peut viser… ce sont les hauts elfes de la Grande Forêt.

«Je pensais le tuer, mais il est difficile de le poursuivre. Il est surtout difficile de poursuivre un adversaire dans cette forêt qui présente de nombreux obstacles.»

À la fin, Alisa soupira et inclina la tête. «Non, je suis reconnaissant. Un assassin qui peut tromper les yeux des parents… Les enfants auraient pu être en danger si ce n’était pas grâce à vous.»

« Je ne fais qu’agir en tant que voisin amical. »

«Kuk, est-ce vrai? Ensuite, nous devrions également agir en tant que voisins.» Alisa semblait apprécier les mots ridicules d’Orta alors qu’elle haussait les épaules et riait à nouveau.

Normalement, elle pensait que les humains étaient ennuyeux, mais elle ne détestait pas les humains qui parlaient comme cet homme. La dette n’était pas si lourde non plus. En tout état de cause, Elvenheim était désormais obligé de prendre le même bateau que Meltor.

Cela n’avait pas été confirmé que l’empire d’Andras était derrière tout cela, mais c’était évident. Pour eux, tenter de brûler la Grande Forêt avec Laevateinn et d’assassiner les hauts elfes… le péché était lourd.

C’est à ce moment que…

Basurak.

Un groupe de personnes traversa les buissons épais et arriva devant eux

Les yeux de Théodore s’écarquillèrent lorsqu’il vit la personne en tête. Les magiciens de la Tour Rouge et les elfes qui utilisaient les élémentaires de feu ne faisait pas partie de la mission d’asservissement, la magie du feu ne fonctionnait pas sur Laevateinn.

Actuellement, son mentor, Vince, traînait des personnes ligotées.

Sans perdre de temps, Orta demanda: «Le résultat?»

« C’est comme le maître de la tour avait dit… Sors! » Vince s’éloigna et l’une des personnes attachées s’avança lentement.

«Nous avons déjà obtenu leur témoignage. Ce sont des mercenaires engagés par l’homme au masque noir et qui ne savaient pas ce qu’ils transportaient. Il n’y aura rien d’autre, même s’ils sont torturés. « 

« Hrmm, c’est futile. »

« Voulez-vous que je m’en occupe? » Demanda cruellement  Vince alors qu’une flamme rouge apparaissait au-dessus de ses paumes.

Les captifs liés commencèrent à se débattre.

« S-S’il vous plaît épargnez-nous Monsieur! »

« Nous ne savions rien! »

« Non, c’est à cause de ce fils de chien! »

« S’il vous plaît, je ferai n’importe quoi tant que je pourrai vivre! »

C’étaient des gens pervers et confiants quand il avait l’avantage, mais ils semblaient terrifiés à l’idée d’être tués. Orta hocha la tête avant de cligner des yeux vers les hauts elfes. C’était peut-être des gens de Meltor, mais c’était Elvenheim ici, donc les elfes avaient le droit de décider de la punition.

Par conséquent, il s’est naturellement tourné vers Alisa. « Alisa, comment Elvenheim punit-il les pécheurs? »

“Hein? Eh bien, il y a toute une vie de servitude dans les mines… ou en faire un travailleur responsable de la récolte ou de la chasse?»

« Alors fais-le. »

« Euh. » Ses yeux s’écarquillèrent un instant puis elle rigola lorsqu’elle comprit. «Es-tu sûr de ne pas être un serpent de cent ans? Bien, OK. Je ne refuserai pas. Les gars, prenez-les! « 

Le groupe ne lutta pas lorsque les elfes apparurent et les emmenèrent. C’était mieux que d’être brûlé à mort par un homme au visage inexpressif.

Peu de temps après que Vince se soit joint au groupe, le groupe arriva à l’endroit où ils étaient partis quelques heures auparavant. C’était une cabine apparemment ordinaire, mais à l’intérieur il y avait la porte spatiale admirée par Orta.

« Je peux enfin me détendre … » Alors que quelqu’un murmurait cela pour lui-même, la porte s’ouvrit et quelqu’un arriva.

« Théodore! » C’était Ellenoa, avec des cheveux qui ressemblaient à de l’herbe et un parfum rafraîchissant. Elle et les hauts elfes avaient assisté au combat à travers Ratatoskr.

« Ah, Ellenoa … » Théo n’avait pas eu la chance de répondre.

Ellenoa sauta en avant et étendit les deux mains.

Le visage de Théodore fut soudain saisi.

Théo ne le savait pas, mais Ellenoa l’avait vu sauter dans le feu. Alors, elle regardait maintenant son visage et son corps, cherchant des blessures qui n’étaient pas encore guéries.

« E-Ellenoa? »

«Tu n’es blessé nulle part? Le vent chaud soufflait, alors peux-tu voir correctement? Tu peux bien bouger?»

«Je-je vais bien. Alisa m’a soigné et…»

« Alisa ne peut pas finir une si grosse tâche! »

Alisa était contrariée par l’explosion soudaine d’Ellenoa, mais Alucard se moqua d’elle. Les autres membres du groupe ne sont pas intervenus lors de la venue soudaine du haut-elfe et se sont contentés de regarder. Heureusement, Ellenoa s’est arrêté rapidement.

« Ouf, tu ne sembles pas être gravement blessé. » Après avoir examiné Théo à quelques reprises, Ellenoa finit par reculer et sa tête se refroidit. Elle réalisa soudainement à quel point elle était audacieuse et déclara: «Ça, je ne voulais pas faire ça… c’est…»

Ellenoa a ensuite fait quelques pas en arrière par inadvertance alors que tous les yeux étaient rivés sur elle. Alors que sa peau blanche devenait rouge au point de ne pas pouvoir la cacher, Ellenoa se couvrit le visage et sortit de la cabine.

Puis Lumia apparut avec une expression confuse. « …Qu’est-il arrivé? »

Elle ne savait pas ce qui se passait avec Ellenoa, mais elle soupira devant l’atmosphère embarrassante avant de continuer: «Tout d’abord, au nom d’Elvenheim, je voudrais vous remercier pour votre victoire dans ce combat difficile. Je suis heureuse que vous soyez tous revenus en un seul morceau. Nous Elvenheim n’oublierons jamais votre grâce. Et… »

Après le salut habituel, Lumia sourit lentement.

«Il y a de nouvelles pousses dans les champs brûlés. S’il vous plaît joignez-vous à nous pour notre festival. « 

Elle les a invités à un événement auquel aucun humain n’avait assisté depuis la fondation d’Elvenheim.

Paradmin

Chapitre 111 – Vers la tempête (5)

Finalement, la langue de Gluttony s’enroula autour de Laevateinn, qui essayait de s’enfuir. C’était un spectacle étrange à bien des égards. Dans l’épicentre du feu qui brûlait les nuages, une perle de lumière fut saisie par une langue.

Cependant, Théodore ne pouvait pas apprécier le curieux spectacle. [Hey! Avales le vite!]

La durée de l’effet de fluidisation atteignait ses limites. En dépit du fait que Gluttony avait maîtrisé Laevateinn, la chaleur devenait de plus en plus intense et son corps physique ne pouvait pas résisté. Théo mourrait instantanément au moment de l’arrêt de la fluidisation.

D’une manière ou d’une autre, il devait gagner avant cela. Le sentiment d’urgence de Théo se manifesta à mesure que la langue devenait plus tendue.

Gluttony criait d’une voix qui ne pouvait contenir sa joie, «Bâtard! La résistance, n’a aucune signification!»

Puis il tira le corps de Laevateinn aussi fort que possible.

Huwoook!

Ce fut la lutte finale et désespérée. Les flammes montaient dans le ciel à travers les trous de la langue qui l’enveloppait étroitement. Les nuages flottant à des dizaines de kilomètres au-dessus de Théo étaient dispersés et l’atmosphère était déformée.

C’était un pouvoir comparable au souffle du dragon que Veronica avait déjà montré! Théodore était bouleversé en regardant le ciel déchiré.

‘Si cette flamme était dirigé vers nous…’

Ils auraient été tués sans aucune résistance. C’était un pouvoir qui pourrait balayer le pouvoir de la reine élémentaire. Peut-être que si Laevateinn passait à la quatrième forme, il pourrait répandre ce type de flammes à l’infini.

Cependant, avec un rugissement final, le corps de Laevateinn perdit le pouvoir de résister. Gluttony avait dit que c’était le point faible de la troisième forme. Le corps perdait toutes les fonctionnalités de défense afin de faire ressortir tout le pouvoir dont il disposait.

Gulp!

Comme toujours, il y avait le son de la bonne nourriture qui était avalé quand Laevateinn entra dans la bouche de Gluttony. Simultanément, les informations sur le grimoire de classe legende, Laevateinn, ont été mises à jour. Le contenu auparavant couvert de points d’interrogation était maintenant révélé.

[Laevateinn]

[Ceci est un grimoire où le royaume du feu, Muspelheim est scellé. À l’époque du Ragnarok, Surtr avait pleinement exploité le pouvoir du grimoire et avait brûlé l’arbre du monde en libérant Muspelheim. Cependant, en retour, il fut réduit en cendres et le grimoire, qui a perdu son propriétaire, ferma les yeux et attendit.

* La note du grimoire est «Légende».

* Une fois consommé, l’affinité avec la magie du feu atteindra la limite. Le pouvoir magique consommé par les sorts de feu sera réduit de moitié. Les attaques de feu inférieurs au niveau de l’utilisateur seront ignorés. Les attaques de feu supérieurs au niveau de l’utilisateur seront réduits.

* Une fois consommé, l’Anneau de Muspelheim sera acquis. Le feu de Muspelheim peut être utilisé pas à pas.

* Une fois consommé, vous ne pourrez pas contrôler la puissance de ce grimoire avec vos capacités actuelles. Si vous voulez être reconnu comme son maître, vous devez être au moins un maître du 8e cercle ou un maître du 9e cercle.]

C’était vraiment ridicule.

‘…Qu’est-ce que c’est?!’

Théo était si étonné qu’il en avait oublié la douleur. Le grimoire scellé dans son inventaire, le Culte de la Mort, était également ridicule. Il lui permettait d’absorber 50 à 100% des capacités d’un nécromancien du 9ème cercle et de contrôler les morts-vivants. Cependant, en raison du danger de voir son corps être contrôlé, ce n’était qu’une tarte dans le ciel.

En comparaison, il n’est peut-être pas inhabituel que Laevateinn accorde ces capacités.

À ce moment, son champ de vision revint à la normale.

[Urgh… ?!]

Le monde entier semblait vague. Ses pupilles avaient atteint leur limite après avoir longtemps été confrontées à une lumière aussi brillante. Théodore ne pouvait pas regarder devant lui et il ferma ses paupières gonflées. Il n’avait pas besoin de voir pour deviner ce qui s’était passé.

Le monde avait retrouvé son état d’origine après la disparition de Laevateinn, la source de chaleur et de lumière. La question était de savoir s’il pourrait survivre dans cette situation…

« Théo! »

Lorsque l’air s’est évaporé, son audition est revenue. Théo entendit les sons qui approchaient et arrêta la fluidisation alors qu’il commençait à avoir des vertiges. Il s’attendait à ce que Sylvia prenne les mesures appropriées. Puis la douleur de sa chair noircie et de son sang bouilli entra dans sa tête.

« -Aaaack! »

‘Douleur horrible!’ Théo comprit maintenant pourquoi la peine de mort la plus brutale avait été le bûcher.

Même le vent qui passait faisait trembler ses nerfs brûlés. C’était peut-être parce que les dommages qu’il avait subis sous la Fluidisation étaient transmis à son corps, mais Théo était couvert de brûlures.

Sylvia examina son état et utilisa immédiatement la magie. « Accroche-toi! »

Ses mains brillaient d’une lumière bleue alors qu’elle utilisait “Toucher de glace” et tenait le cou de Théo. C’était pour le stabiliser avant de commencer à soigner sérieusement les brûlures. Il n’y aurait aucune chance de récupération si la chaleur restait dans les plaies.

Cette action fut efficace à sa manière car la respiration de Théodore se calma un peu. Le reste du groupe, qui était venu plus tard, ajouta un coup de main à son traitement. Ils avaient épuisé leur pouvoir restant pour utiliser une magie de guérison.

Ensuite, le haut elfe, Alucard, demanda de l’aide à la reine des élémentaires de l’eau, qui était toujours là. «El-Mare, s’il te plaît, guéris-le! Si le prix ne suffit pas, je te préparerai un hommage à l’avenir.»

Le statut des rois des élémentaires était si élevé que même les hauts elfes n’osaient pas les commander. La reine des élémentaires de l’eau, El-Mare, fixa Théodore avec une expression vide. Le mana fourni par Alucard étant déjà épuisé, elle devait utiliser son propre pouvoir pour le soigner.

À l’origine, elle n’aurait pas accepté la demande, même avec un hommage, mais à ce moment-là, elle hocha la tête.

[Celui qui a éteint les flammes qui étaient l’ennemi de l’arbre du monde et qui a évité une catastrophe… C’est un exploit que je ne peux pas ignorer. Je n’accepterai pas d’hommage. Jeune humain, sois fier de l’exploit d’aujourd’hui] dit El-Mare en étendant ses paumes.

Wuuuong!

Une lumière propice se répandit. Le sol sec devint humide et un peu de vitalité revint sur la terre inhabitable. C’était un pouvoir similaire à celui des hauts elfes mais à un niveau supérieur. La lumière recouvrit Théodore et sa peau commença à retrouver sa couleur d’origine. Les nerfs déchirés furent restaurés et la douleur disparut à mesure que sa peau brûlée repoussait.

Théodore avait pu à moitié retrouver ses esprits. Il comprit la situation et s’inclina devant El-Mare, qui lui accordait une telle grâce.

« Merci. »

[De rien.] El-Mare secoua la tête avant de parler à nouveau. [Toute la chaleur restante dans ton corps a été chassée. Mais tu ne dois pas utiliser négligemment le pouvoir que tu as accepté, sinon tu en connaîtra les conséquences], prévint-elle en baissant les yeux sur la main gauche de Théodore. Il n’y avait pas de trace de brûlure mais un tatouage ressemblant au soleil.

C’était la puissance que Gluttony avait extraite de Laevateinn, l’Anneau de Muspelheim. Le pouvoir d’invoquer Muspelheim était trop pour un mortel qui n’était même pas encore au niveau de maître. Le moindre dérapage provoquerait une catastrophe et le brûlerait.

Théo sourit avec ironie et s’inclina en répondant: «Oui, mère de l’eau. Ce fut un honneur de vous rencontrer.»

[Je n’avais jamais pensé rencontrer un être de l’âge de la mythologie, encore moins deux. Ce fut un voyage passionnant.]

D’autres personnes n’auraient peut-être pas compris, mais Théodore ne put s’empêcher de broncher.

En effet, les yeux du souverain élémentaire avaient vu les existences de Gluttony et de Laevateinn. Cependant, El-Mare ne semblait pas vouloir l’exposer, elle souriait étrangement avant de disparaître du monde matériel. Un grand vent soufflait lorsque l’énorme présence disparaissait.

Comme tout le monde comprit que le problème était résolu, le groupe ne put s’empêcher de soupirer.

« Hooo … Il est parti. »

« D’une certaine manière, je ne peux pas y croire. »

« Moi aussi. »

Une personne était consciente de la mort à laquelle elle venait de faire face, tandis qu’une autre personne avait du mal à croire en sa survie. Théodore était le seul blessé à cet endroit. Cependant, s’il n’avait pas franchi le dernier pas, alors tout le continent se serait transformé en enfer.

La lutte contre le grimoire de classe légende avait été terrible. Cela avait été si difficile que les vainqueurs ne pouvaient en profiter.

‘… C’est bien que nous ayons gagné.’

Théodore épuisé s’appuya contre Sylvia et leva les yeux au ciel. Le frisson de ce qui s’était passé n’avait toujours pas disparu. Théo regarda le ciel déformé par Laevateinn, puis il baissa les yeux sur sa main gauche.

‘Anneau de Muspelheim.’

« Je comprends … je pense. »

Le conseil d’El-Mare était que ce pouvoir ressemblait à une fontaine écrasante qui ferait du mal à son corps. C’était comme un volcan actif et c’était encore trop pour Theodore Miller. S’il le libérait maintenant, il se brûlerait lui même ainsi que tout ce qui se trouverait autour de lui.

À l’heure actuelle, il devait se concentrer sur son objectif tout en gardant un œil sur ce pouvoir de l’ère de la mythologie.

Le 6ème cercle était gravé sur son cœur. C’était la preuve du 6ème cercle que Théodore avait souhaité avant de partir pour Elvenheim. Cependant, pour le moment, il semblait douloureux de fermer les yeux et de se concentrer pour voir l’intérieur de son corps.

Sylvia qui le tenait soigneusement demanda, « Théo, est-ce que ça va un peu, maintenant? »

« …Oui je vais bien. Et merci pour l’aide. Cela aurait pu être dangereux si tu n’étais pas là.» Théo sentit un léger inconfort alors qu’il répondait.

Comme avec le Culte de la Mort, que se serait-il passé si Gluttony et lui n’étaient pas là? Aurait-il pu gagner contre Laevateinn qui avait brûlé l’arbre mondial et Elvenehim?

Le résultat actuel était dû au fait que Gluttony était l’ennemi des grimoires, mais leur victoire n’était pas due à une confrontation frontale. Il était plus probable qu’Elvenheim aurait sacrifié tout son pouvoir en vain.

« Je ne sais pas si les incidents se produisent où que je vais, ou si je vais dans des endroits où des incidents se produisent. »

Ces expressions semblaient identiques, mais son comportement pouvait considérablement varier en fonction de la cause. Le némésis des grimoires… L’existence de Gluttony était une chose étrange, sans même parler de sa fonction. C’était comme un carnivore attirant des insectes avec son parfum.

Cependant, les pensées de Théodore n’allaient pas plus loin que cela.

«Hua! Je pensais que j’allais mourir là-bas!» À ce moment, le haut elfe Alisa s’approcha du groupe après avoir recouvré son pouvoir.

Elle devait être assez fatiguée après avoir maintenu le roi des élémentaires du vent dans le monde matériel pendant plusieurs heures, mais elle bougeait sans rien montrer. Grâce à cela, le groupe avait acquis suffisamment de force pour commencer à bouger. Cependant, Alucard ne semblait pas démontrer la même capacité de récupération.

«Ensuite, nous repartons?» Alisa leva le pouce et désigna la forêt derrière elle. « Faisons une fête dès notre retour! »

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 110 – Vers la tempête (4)

Au-delà de la forêt orientale, l’horizon était rouge ardent. Peut-être était-ce la preuve que la bataille de Théodore et de Laevateinn atteignait l’étape suivante. Des flammes émergeaient parfois à travers les nuages, alors que toute la forêt était remplie de chaleur.

Le maître de la tour blanche Orta était assis sur une souche devant une cabine et regardait la scène.

Ses lèvres, révélées sous le masque blanc, se séparèrent soudainement. «Dans la dernière guerre, l’empire a perdu deux maîtres épéistes. Le 3ème et le 6ème, ils étaient des adversaires difficiles. »

Contrairement à sa voix sans émotion, Orta le pensait vraiment. Il avait toujours la chair de poule quand il repensait au jour où il avait rencontré la  3ème épée. Des dizaines de magiciens chevronnés étaient morts face à cet homme. L’escrime de la 6ème Épée ne pouvait être ignorée non plus. Les blessures de son épée avaient été si fortes qu’elles ne se sont jamais estompées. Depuis lors, Orta avait commencé à utiliser ce masque.

Orta avait inconsciemment touché le masque et avait souri amèrement. « Cela fait déjà 15 ans, le temps passe assez vite. »

Même après avoir atteint le niveau de maître, il était difficile pour les magiciens et les épéistes d’avoir une durée de vie de plus de 200 ans. Meltor et Andras avaient répété des guerres, leur durée de vie était donc courte en moyenne. Néanmoins, la guerre entre le royaume magique et l’empire de l’épée s’était poursuivie, et la raison de cela n’avait jamais changé.

Il y avait toujours des gens qui occupaient ces sièges vides.

«… La conversation personnelle se termine ici», dit Orta en se levant. Puis il se tourna vers la cabine et la regarda. Non, pour être exact, il fixait une zone vide. Orta avait l’air alerte, comme s’il était convaincu que quelqu’un était là.

«Ne te montres-tu pas, maître épéiste? Si tu fais un pas de plus, alors je ne pourrai pas rester immobile. »

N’importe qui serait confus s’ils voyaient cette scène. Il n’y avait rien à l’endroit où les yeux d’Orta regardaient, juste une brise occasionnelle qui passait. Aucune vie ne pouvait s’y cacher, et il n’y avait même pas une lueur de mana.

Il se trouvait dans Grande Forêt. Personne ne pouvait donc échapper à la surveillance du Ratatoskr d’Elvenheim. C’était un exploit impossible, même pour le Maître de la Tour Blanche, Orta, qui pouvait utiliser la magie de l’espace. À ce moment, l’index d’Orta traça une ligne dans l’air.

Kaaang!

Soudain, des flammes apparurent. Dans l’espace vide, deux puissances entrèrent en collision et il y eut une onde de choc.

Puis les deux puissances disparurent en laissant une trace sur le sol. Ce n’était pas une coïncidence. C’était juste à quelques mètres d’où Orta avait donné l’avertissement.

Simultanément, une voix choquée retentit: « Non?! »

La voix ressemblait à un écho, ne laissant aucune trace de son origine. C’était comme un murmure à son oreille et un cri au loin. Il était donc impossible de trouver le propriétaire en écoutant simplement la voix.

Cependant, Orta était convaincu de savoir où il était et il regardait un point à deux pas à droite de l’endroit où il avait initialement regardé. Alors qu’une lumière positive brillait dans les yeux d’Orta, l’espace où rien n’était présent commençait à se déformer.

« …Je suis ébahi. Tu… tu me regardais vraiment? »Un homme apparut dans l’espace déformé.

Son visage était recouvert d’un masque similaire à celui d’Orta, mais sa couleur était noir foncé, comme pour se fondre dans l’obscurité. Il y avait une épée qui n’était ni longue ni courte, qui pendait à sa taille. C’était une épée d’armement, conçue pour être manipulée avec une main et adaptée à ceux avec un physique élégant.

Bizarrement, il y avait un homme masqué dans la forêt des elfes.

Alors que la tension montait, Orta ouvrit la bouche en premier. « 3ème ou 6ème, lequel es-tu? »

« Je ne sais pas. Tous les maîtres épéistes doivent-ils appartenir à l’empire? Je pourrais juste être un maître épéistes qui passait. »

« … Comme c’est drôle. » Orta fronça les sourcils devant la réponse de l’homme.

L’adversaire était une personne non identifiée et certainement l’une des sept épées de l’Empire, mais il n’y avait aucun moyen de le prouver. L’existence d’un maître qui n’avait pas été exposé au monde extérieur était agaçante à bien des égards.

À la surface, il y avait un pacte de non-agression, et un pays tiers ne serait pas en mesure de planifier cela en quelques jours. Dans cette situation, Andras ne subirait aucune perte.

« Tu es celui qui a libéré Laevateinn. »

« Je ne sais pas de quoi tu parles. »

«A l’arrivé de la délégation, tu as libéré le monstre et infiltré la partie la plus profonde d’Elvenheim. Grâce à Laevateinn, tu pouvais attaquer le réseau de neurones. Ton but est-il l’assassinat des hauts elfes? »

L’homme tressaillit devant la vérité qui émergeait. Il n’avait rien dit, pourtant l’adversaire avait percé son plan en un instant. C’était vraiment terrifiant. En se taisant l’homme donna par inadvertance un signe d’accord, et Orta comprit immédiatement que ses pensées étaient justes.

«Il est bien organisé à sa manière. Le risque est faible et rien ne le relie à Andras. Ils ont négligé le danger, mais… »

Andras n’avait probablement pas compris ce qu’était Laevateinn. S’ils le savaient, ils n’auraient pas sorti un monstre qui brûlerait toute vie dans le monde matériel. Ils avaient failli se détruire dans leur dernier effort pour arrêter le royaume de Meltor.

Andras pensait simplement que c’était un plan qui pourrait porter un coup fatal à Meltor et à Elvenheim dans les deux sens. Si Elvenheim s’effondrait à cause de Laevateinn, ce serait bien. Même si cela échouait, cela causerait des dégâts énormes et ils pourraient assassiner les hauts elfes d’ici là.

À Elvenheim, un pays originaire de l’arbre du monde les hauts elfes constituaient le centre névralgique et non simplement une signification symbolique. Au moins quatre hauts-elfes étaient nécessaires pour maintenir l’arbre du monde en vie. Si le nombre de hauts-elfes  tombait en dessous de cela, l’arbre du monde s’affaiblirait et mourait.

Si cela se produisait, Elvenheim ne se mêlerait pas de la guerre entre Meltor et Andras car l’existence du pays lui-même serait mise en péril.

« Qui? »

« Quoi? »

«Seuls les imbéciles utiliseraient un couteau qu’ils ne connaissent pas beaucoup. La personne qui a libéré Laevateinn et qui t’a envoyé ici, je veux entendre son nom. »

Cependant, l’homme se contenta de rire et secoua la tête. «Je ne sais pas de quoi tu parles. Et, serais-tu même en état de recevoir la réponse? »

« Je vois. »

« Eh bien, j’ai réalisé quelque chose. » L’homme leva naturellement la main vers son épée.

Wuuong

L’épée qui avait accepté la main de son maître poussa un cri menaçant. Son attitude frivole ne pouvait être vue nulle part, les yeux derrière le masque étaient aiguisé. L’homme activa le pouvoir des maître épéistes, l’aura.

Il ne savait pas comment, mais son adversaire avait vu à travers sa furtivité et compris le plan dans son ensemble. Cela signifiait qu’il était trop risqué de garder Orta en vie.

« Tu dois mourir ici. »

La chair du maître épéiste contenait son pouvoir mortel. Les feuilles tombantes avaient été détruites sans avertissement alors qu’une aura blanche se formait autour de l’épée. L’épée actuelle serait même capable de briser les écailles d’un dragon.

Malgré le fait qu’il soit confronté à une lame pouvant lui trancher le cou à tout moment, Orta ouvrit ses bras sans crainte. Le nombre de personnes ayant assisté au combat du Maître de la Tour Blanche n’atteignait même pas 10 personnes. Le masque blanc lui couvrait le visage, mais un sourire étrange se révéla sous celui-ci.

«Cela fait longtemps que je n’ai pas ressenti cette tension. C’est assez délicieux. »

« … Est-ce que tu vas te battre comme ça? »

« C’est vrai. »

Il n’y avait qu’une distance de 10 mètres entre les deux maîtres. Pour un maître épéiste, la distance était telle que ce n’était même pas un demi-pas. L’homme pensait qu’il le méprisait légèrement et l’indignation bouillonnait sous son masque noir. Il avait voulu rendre hommage à l’ennemi qui s’était battu contre ses aînés. Cependant, cela s’était éteint après que son orgueil ait été blessé.

«Je connais les rumeurs. Le maître de la tour blanche, un fuyard qui n’hésite pas à fuir le champ de bataille… Tu as toi-même affirmé que le combat n’était pas ta spécialité, n’est-ce pas? »

« Eh bien, tes mots ne sont pas faux. »

« Est-ce vrai? Ensuite… »

‘Meurt.’

Il n’y avait pas eu d’actions préliminaires. Sa capacité, « Disparaître », l’éloigna du monde. Les sens visuel, auditif, olfactif et tactile… tous les signes de son existence avaient été effacés. Ainsi, toutes ses attaques ressemblaient à des embuscades et l’avant n’était pas différent de l’arrière.

Il n’y avait même pas un mouvement de mana quand il s’avança vers le cou de maitre de la tour blanche

Kiiing.

Peu de temps après, les positions des deux maîtres avaient été inversées.

Fushu!

Du sang rouge jaillit. Des gouttes de sang mélangées de chairs déchirées coulaient sur son cou. Il était évident que si l’attaque avait été encore plus profonde, ce serait son cerveau, et non ses oreilles, qui aurait été blessé, et il serait mort sur le coup.

«Hmm, je suis toujours rouillé», murmura Orta en regardant le maître épéiste à qui il avait coupé l’oreille.

« …Comment? »

«Eh bien, c’est comme tu l’as dit. Ma magie se spécialise dans l’espace et le temps, je n’ai donc jamais pensé au combat comme étant ma spécialité.» Une lumière terrifiante apparut derrière le masque blanc. « Ce n’est pas ma spécialité, mais je n’ai jamais pensé être à la traîne. »

A Meltor, si on demandait qui était le plus grand magicien, tout le monde dirait Blundell Adruncus. Si on demandait qui était le magicien le plus puissant, ce serait Veronica. Si quelqu’un à Meltor était interrogé sur le magicien le plus mystérieux, il mentionnerait avec prudence le maître de la tour jaune.

C’est pourquoi le maître de la tour blanche Orta était plus dangereux que quiconque. S’il y avait un adversaire qu’il ne pouvait pas battre, il fuirait et il tuerait quelqu’un de plus faible. En fait, c’était Orta qui avait tué la 6ème épée lors de la dernière guerre, mais personne n’avait été témoin de la façon dont il s’était battu.

Alors que l’homme au masque noir comprenait ce fait et commençait à transpirer, Orta lui adressa un sourire froid.

«Le prix à payer pour ne pas me donner une réponse est coûteux. Ne penses pas que tu pourras partir avec tous tes membres…!

Le deuxième champ de bataille avait été dévoilé dans la partie la plus profonde de la Grande Forêt.

* * *

«Il reste deux pas. »

Les os de Théo tremblaient déjà. Son corps physique n’existait pas,mais il semblait que son cerveau se dissolvait sous l’effet de la chaleur. La protection de la reine des élémentaires de l’eau et Umbra étaient utilisés pour maintenir sa vie, mais Théodore avait déjà atteint sa limite.

Il devait faire un pas de plus. Cependant, son intuition lui disait que s’il prenait cette mesure, il mourrait sûrement.

« Zut! »

Il n’avait d’autre choix que d’y aller. Il savait qu’il devait y aller. Il devait y aller.

Cependant, la plante de ses pieds ne bougeait pas.

La frontière de la vie et de la mort… ce dernier obstacle était si difficile. Théo pourrait mourir au moment où il ferait ce pas. Toute la gloire dans ses mains se transformerait en cendres. Il craignait que même son âme ne brûle.

Il n’y avait aucun moyen de faire ressortir plus de force. La force de Mitra était inutile dans ce pays mort et il avait déjà mobilisé le pouvoir d’Umbra à sa limite. Le résultat actuel était qu’il avait également utilisé la magie de défense se trouvant dans Memorize.

Théo avait en quelque sorte compris que c’était la limite. C’était le royaume des héros, le royaume de ceux qui avaient vaincu la peur de la mort et qui s’étaient lancés dans la lutte. Puis, il s’en souvint.

‘Quoi…?’

Théo avait déjà franchi cette frontière une fois. S’il atteignait l’endroit où il avait laissé ses empreintes, il se sentirait plus à l’aise. Le visage d’Ellenoa, la personne pour laquelle il avait failli mourir, lui vint à l’esprit. En se rappelant le moment où il s’était battu contre Superbia, toutes ses hésitations disparurent.

Il fit le troisième pas. Alors que les flammes lui brûlaient la conscience, Théo cria: [Glutonny-!]

-J’ai attendu!

La langue sortit de sa main gauche, et dans le tourbillon de chaleur et de lumière dont il était impossible de voir à travers, le Némésis des grimoires apparut. Même le grimoire Laevateinn, qui n’avait pas d’intellect, essaya de se retirer car il ressentait une peur inconsciente.

Cependant, juste avant que cela ne puisse arriver, il fut attrapé par la langue.

-Je l’ai eu!

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 109 – Vers la tempête (3)

 

Jjeok, jejejeok.

Les flammes au sol étaient gelées. Blizzard était à l’origine une magie avancée du 7ème cercle, la portée de ce blizzard était donc extrêmement réduite. La gamme d’effets restants a été réduite à un rayon d’environ 10 mètres. Cependant, à l’intérieur de ces 10 mètres, Sylvia avait parfaitement reproduit une magie du 7ème cercle.

Même les flammes de Muspelheim ont été prises dans la glace pendant un moment.

« Heinz, deux secondes plus tard! » À ce moment-là, Théodore avait prédit la situation plus tôt que quiconque et avait dit au prochain magicien de lancer sa magie.

Les combats de groupe étaient familiers aux chevaliers, mais il était difficile de garder les mains et les pieds au bon endroit sans entraînement particulier. Le seul capable de capter le moment du flux et de diriger ensuite le groupe était Théodore, qui avait réveillé ses sens surnaturels.

Le supérieur de la tour blanche, Heinz suivit ces instructions. «Prison de vent! Capturez l’ennemi!»

Deux secondes plus tard, le géant de feu perça la glace épaisse mais il fut pris dans un tourbillon avant de pouvoir ressentir un sentiment de liberté. C’était une magie du vent du 6ème cercle. La prison de vent ondula autour du géant et l’emprisonna. Selon les registres, les gros monstres comme les cyclopes de haut rang ne pouvaient pas échapper à la prison de vent. Ils étaient généralement pris dans le tourbillon et déchirés par les pales de vent.

Cependant, cela ne suffisait pas pour arrêter Laevateinn.

Kururung! Kwarurung!

Il y eut un roulement de tonnerre à l’intérieur du vortex, et le tourbillon commença à brûler lorsque le géant frappa le vent avec ses deux poings. Il y eut des décharges d’air dues aux ondes de choc ainsi qu’à des éclairs occasionnels. C’était la manifestation d’un pouvoir insuffisant. Le vortex fut détruit par un pouvoir au dessus de celui des maîtres. Cependant, le géant de feu n’avait pas vu ce qui se passait au sol.

« Olson! »

« Terre, tiens cette présence impie dans tes bras! »

Le sol s’effondra soudainement et le déversement de terre et de cailloux devint une masse d’arme. Le sol enfouissait le géant de feu comme un tsunami, l’avalant plus vite que ses flammes ne pourraient le faire fondre. Bien sûr, ce n’était rien de plus qu’un petit obstacle, et le géant de feu finit par ramper hors du sol.

Théo donna une autre instruction: «30 mètres à 6 heures, dans deux secondes!»

Un énorme iceberg tomba sur Laevateinn. L’iceberg avait la taille d’une maison, ce qui le rendait trop gros pour que les flammes puissent le fondre instantanément. Le géant émergea au moment où la prochaine magie avait été préparée.

« Dans trois secondes, Ordu! »

Les obus de vent explosèrent plusieurs fois contre la tête du géant de feu.

« 46 mètres à 10 heures, maintenant! »

Des flèches de glace tombèrent du ciel et déchirèrent les flammes.

La chaîne des attaques magiques n’a jamais pris fin. Une fois qu’une magie était lancée, une autre suivait. L’immortel Laevateinn ne pouvait pas bouger.

Les deux elfes observaient la chaîne d’attaques parfaites et ne pouvaient s’empêcher de se sentir impressionnés. La puissance de chaque magie qui pouvait arrêter le géant de feu était grande, mais le plus grand avantage était la capacité de la personne qui dirigeait ce champ de bataille.

Sans Théo, cette impasse se serait effondrée beaucoup plus tôt.

« …Incroyable. N’est-ce pas proche d’une capacité de prescience? Ou une capacité de prédiction basée sur l’expérience? De toute façon, ce n’est pas une capacité que quelqu’un de cet âge devrait avoir.»

« Oui, je pense aussi. »

Cette capacité impliquait une perspicacité qui prévoyait quelques mouvements, ainsi que l’utilisation de tactiques qui centraient le pouvoir sur le bon endroit.

Théodore étendait confortablement sa main dans une zone inaccessible au terme de décennies de combats. Malgré cela, il n’était pas du tout conscient du ridicule de ses actions. Au lieu de cela, il se concentrait sur le soutien,  en calculant la distance et les secondes pour les ennemis et les alliés.

«Bon sang, on y est presque?» Théodore n’a même pas eu le temps de cligner des yeux. Il essuya sa sueur et jeta un regard noir à Laevateinn.

Pour ceux qui ne le savaient pas, il pourrait sembler qu’ils dominaient, mais ce n’était pas le cas. Au milieu de ces attaques furieuses, le groupe de théo a été lentement repoussé. Avec un taux de trois pas toutes les 10 secondes, ils reculaient d’environ 5 mètres par minute.

De plus, ces attaques cycliques ne pouvaient pas être maintenue trop longtemps. Ce serait dangereux s’il n’atteignait pas son objectif principal dans les 30 prochaines minutes.

Théo se souvint du conseil de Gluttony: – Bien que ce soit un grimoire, Laevateinn ne possède aucune intelligence. Il agit instinctivement dans son propre but, mais ses actions doivent être conformes aux règles. Sa faiblesse réside dans les règles.

La troisième forme de Laevateinn était simplement un processus transitoire permettant de passer de la deuxième forme à la quatrième. C’était un processus consistant à tout sacrifier afin de brûler toute vie. C’est pourquoi la troisième forme était une tempête de flamme diffuse.

Cependant, que se passerait-il si la seconde forme n’était pas en mesure d’obtenir les sacrifices et était constamment perturbé?

15 minutes plus tard, Laevateinn répondit à cette question.

* * *

Il n’y avait personne en particulier qui l’ait remarqué en premier, car le groupe de personnes, qui continuaient à lancer des attaques magiques, étaient tous sensibles à tout changement dans la cible. Après tout, la cible était un géant de feu capable de fondre n’importe quel métal en un instant.

Le géant de feu cessa soudainement de se débattre et se pelotonna. Son apparence ressemblait à une chrysalide en attente d’émergence, si bien que ceux qui la regardaient se sentirent soudain très alarmés.

Quand Edwin tira sa flèche avec précaution, Théodore sentit un frisson terrible dans son dos.

‘La mort.’ La magie de défense ne voulait rien dire car chaque être ici mourrait.

Dès que cette réalité apparut dans l’esprit de Théo, il s’écria: «Alucard!»

Ils seraient morts sans le conseil de Gluttony, si Théo ne l’avait pas expliqué à l’avance dans la salle de réunion et si Alucard n’était pas à cet endroit.

«Douce mère de l’eau, El-Mare!» Alucard suivit la volonté de Théo.

C’était également grâce à Alucard qui avait déjà entendu parler du niveau de dangerosité de la troisième forme. Le manque de sacrifices réduisait considérablement son pouvoir, mais ce n’était pas quelque chose que des magiciens qui n’avaient pas atteint le niveau de maître pouvaient supporter.

[M’avez-vous appelé?] La reine des élémentaires de l’eau apparut rapidement. Si le géant de feu n’était pas là, il y aurait eu une petite pluie et la terre sèche serait devenue humide. Sans lui adresser un mot de salutation, Alucard cria: «Protégez-nous des grandes flammes!»

[… Enfant de la forêt, j’accepterai la demande conformément au contrat,] une voix inorganique répondit à l’appel.

Dès qu’El-Mare parla, un bouclier bleu recouvrit le groupe. C’était l’âme qui régnait sur l’eau. Il ne pourrait supporter qu’un ou deux tours de la magie du 7ème cercle inferno. Il était donc inévitable que le groupe soit puni.

Immédiatement après, un enfer surchauffé se dévoila.

‘――――――――― !!’

Il n’y avait pas de son. La chaleur avait déjà longtemps évaporé l’air. Puis il y eut un flash qui menaça de brûler leur rétine. Théo supporta les quelques gouttes de sang qui coulaient de ses yeux et réussit à peine à regarder devant lui.

Outre la lumière, la chaleur de Muspelheim pénétra dans le bouclier. Le fait qu’ils puissent respirer était incroyable. La reine des élémentaires était leur seule bouée de sauvetage.

«… Fou», murmura Théo alors qu’il se remettait à peine et voyait la scène devant lui. Le reste du groupe remarqua la différence quelques secondes plus tard.

«············ ?!»

«············ ?!»

Ils regardèrent autour de l’endroit où la lumière et la cendre pouvaient être vues. Ce n’était pas beau, c’était littéralement un enfer désastreux. Aucune vie ne pourrait survivre sur cette terre en feu. L’air, l’eau et tout ce qui était nécessaire pour survivre avait disparu. La végétation restante à l’horizon était le seul réconfort. S’il n’avait pas vue cette végétation, il aurait vraiment pensé que le monde avait été détruit.

Théodore retrouva son calme plus tôt que quiconque. ‘Il arrive enfin.’

En tant que grimoire qui mangeait des grimoires, Gluttony  ne pouvait pas manger un livre qui n’existait pas dans ce monde.

Il était donc impossible de soumettre le géant de feu la deuxième forme de Muspelheim. Peu importe le nombre de fois qu’il était détruit, des flammes infinies réapparaissait et ceux qui n’étaient pas transcendants n’auraient aucun moyen d’y résister. Cependant, à partir de la troisième forme, le corps de Laevateinn a été révélé.

De là où se trouvait Théo, il fallait un peu plus de 20 pas pour atteindre le centre de cet enfer brûlant.

« Une perle de lumière. »

La perle blanche brillait. C’était le passage reliant le monde matériel à Muspelheim, la vrai forme du grimoire qui existait pour détruire le monde. Puis Théodore finit par apercevoir le corps de Laevateinn et fit un pas en avant.

Chiiik.

« Ack! »

Dès que Théo fit un pas, sa peau devint rouge. Malgré la protection de la magie de la reine des élémentaires de l’eau et de la magie de défense du 5ème cercle, la chair humaine ne pouvait pas supporter cette chaleur, surtout si la personne en question n’était ni un maître épéiste, ni un maître magicien.

Peut-être que Théodore survivrait d’une manière ou d’une autre après 10 pas. Après cela, sa chair brûlerait, son sang s’assécherait et ses os se briserait. Pour cette raison, c’était le combat de Théo à partir de maintenant.

«…!»

«…….!»

Il avait eu une conversation silencieuse avec son groupe.

Quelqu’un le vit faire un pas et pensa qu’il devrait reconsidérer sa décision. Quelqu’un d’autre lui donna une magie de protection, même si elle n’avait aucun sens.

Sylvia essaya de le rattraper mais elle fut saisie par un magicien de la Tour Bleue, tandis qu’Edwin inclinait la tête pour s’excuser de ne pas pouvoir aider. C’est parce que ses pouvoirs étaient devenus extrêmement faibles dans un espace où les élémentaux de haut rang étaient inefficaces.

Théo les regarda tous avant de regarder en arrière.

‘Pas encore… Un peu plus. Je peux le supporter… ‘

Il fit un pas, puis un autre pas. La chaleur lui pelait la peau, mais ce n’était pas au point de le tuer. Son corps et son esprit disciplinés pouvaient supporter cette douleur. Au cinquième pas, sa peau rouge se décolla et ses muscles commencèrent à brûler. Ensuite, Théodore sorti son atout.

Wuuong! Une lumière émeraude émergea de la marque se trouvant sur son bras droit et enveloppa tout son corps.

Le trésor national Umbra. Ce trésor donnait ses capacités à son propriétaire, y compris la fluidisation. Umbra avait la capacité d’ignorer les attaques physiques et pouvait donc supporter cette chaleur. Ainsi, après les cinq premiers pas, le corps de Théodore devint transparent. Cependant, il n’était pas complètement à l’abri de la chaleur.

‘Kuok…! C’est en dehors des lois de la physique…! ‘

Les flammes de Muspelheim pouvaient blesser les corps spirituels. Théo fit sept autres pas, mais la chaleur commença à briser son corps.

Il réussit à faire huit autres pas. Cependant, pour le mettre à la portée de la langue de Gluttony, Théo avait besoin d’au moins trois autres pas. Cela signifiait que cet enfer deviendrait trois fois plus fort après cela.

Théodore voulait vraiment s’enfuir en ce moment, mais il serra les dents et persévéra.

‘Allons-y.’

S’il n’arrêtait pas Laevateinn ici, le monde périrait. Même si un transcendant qu’il ne connaissait pas se présentait pour arrêter Laevateinn, Elvenheim serait toujours détruit. Cela n’aurait pas été grave s’il n’avait pas commencé cette opération, mais il ne pouvait pas se pardonner de s’être enfui alors qu’il était si près de la fin.

Théo fit un pas de plus.

Alors qu’il essayait patiemment de supporter la chaleur qui semblait faire fondre ses os, Théo se plaignit de quelqu’un qui n’était pas là.

Il se plaignait du maître de la tour blanche Orta, qui avait déclaré qu’il ne participerait pas à cette mission d’asservissement.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 108 – Vers la tempête (2)

 

Non, le leader des ents n’était pas le seul à se mettre à genoux. Les autres ents pliaient leurs branches et leurs racines qui ressemblaient à des membres et s’agenouillaient aussi.

Théodore était troublé par le comportement des ents alors que d’autres ents commençaient à s’agenouiller de la même manière. Un son se produisait chaque fois qu’un arbre géant touchait le sol de la forêt. Il y avait tellement de bruit que la foule se calma rapidement.

Les dryades, qui avaient menacé Théo avec leur mana, perdirent leur attitude farouche et s’inclinèrent poliment de la même manière que les serviteurs accueillaient un roi.

Théodore, debout au centre de tout cela, regarda autour de lui avec une expression embarrassée et remarqua quelque chose.

‘Ces gars-là… ils ne s’inclinent pas devant moi?’

La direction était légèrement différente. Théo suivit leur regard et découvrit Mitra qui regardait autour d’elle avec une expression égarée. Il ne savait pas pourquoi, mais il semblait que le bourgeon sur sa tête était particulièrement droit aujourd’hui. Théodore s’en était rendu compte au moment où il l’avait vu.

Simultanément, Alucard, éclairé de la même manière, s’écria avec ravissement: «En effet, cela est dû au bourgeon de l’arbre du monde…!»

Ce n’était pas un fait bien connu des humains, mais le bourgeon d’un l’arbre du monde ne pouvait pas se développer à cette époque. La densité du mana était plusieurs fois plus faible qu’à l’époque de la mythologie et la pureté du sang des Arvs était maintenant beaucoup plus légère. En outre, de nombreux éléments interférait avec la croissance d’un arbre du monde.

Même si tous les hauts-elfes restants sur le continent unissaient leurs forces, ils ne seraient plus en mesure de cultiver un autre Yggdrasil. Ainsi, ils n’avaient jamais envisagé l’existence d’un autre arbre du monde.

La Terre mère oubliée, Mitra, était particulière. Cela signifiait que Mitra pourrait faire pousser un bourgeon de l’arbre du monde le souverain de tous les arbres de la planète. Il était donc naturel qu’en tant qu’espèces dérivées des arbres, les dryades et les ents ne puissent pas résister à sa présence. Pour eux, Mitra était une existence qu’ils devaient servir.

[Hoing? Hoing?]… Ironiquement, la personne impliquée n’avait pas du tout compris.

Théo réfléchit rapidement à la situation et parla à Mitra dans sa tête. À l’origine, les dryades et les ents étaient des espèces inflexibles, mais l’histoire était différente maintenant. Ce serait mieux si la situation pouvait être résolue sans violence et Théo avait les moyens de le rendre possible.

‘Mitra.’

[Oui?] La Mitra joufflue se retourna.

‘Peux-tu dire à ceux qui sont agenouiller d’aller dans la forêt là-bas? Si tu leur parles, ils vont probablement t’écouter’

[Oui!] Elle se tourna vers les arbres qui étaient agenouillés et cria d’une manière adorable, [Lève-toi!]

Simultanément, les ents soulevèrent leurs corps. Lorsque les arbres massifs se sont levés, le sol trembla et le paysage se transforma en une forêt. Les ents avaient répondu à voix basse en attendant les prochaines instructions de Mitra.

[Comme… vous… désirez…]

[… Nous… suivons… le  roi…]

[Et… ensuite…?]

Puis Mitra désigna la forêt de l’autre côté et cria brièvement: [Allez!]

C’était vraiment un spectacle qui semblait être un rêve. Les ents et les dryades, qui avaient à plusieurs reprises refusé la demande des hauts elfes, avaient commencé à bouger sans hésiter. Ils se sont dirigés vers la forêt dense. Dans leur sillage, les dryades et les ents laissèrent des expressions stupéfaites sur les visages des membres du groupe de Théo.

Théodore était étrangement fier de Mitra, qui semblait ravi d’avoir résolu le problème.

* * *

Après le retrait des deux espèces, le groupe avait pu s’approcher de l’horizon en combustion. Les arbres voisins étaient déjà devenus du charbon de bois carbonisé ou avaient été transformés en cendres. S’ils n’avaient pas protégé leur corps avec une magie de résistance à la chaleur, la chaleur serait suffisante pour les détruire instantanément. De plus, leur vue était déformée par la chaleur, rendant difficile la visibilité au-delà de plusieurs dizaines de mètres.

Une femme les accueillit avec une grande joie.

«Wow, nous nous sommes enfin rencontrés!» Tandis que le haut elfe Alisa parlait d’une voix agréable, ses cheveux dorés soufflaient au vent.

Elle jeta un coup d’œil à Théo et cria: «Bonjour! Je veux dire bonsoir, mais n’y-a-t’il pas trop de lumière pour cela? En tout cas, c’est un plaisir de te voir! Es-tu le garçon qui a tordu notre Ellenoa ? J’ai fait comme tu l’as dit. Comment c’est?, est-ce que j’ai bien fait?»

« …Oui très bien. »

C’était une situation difficile, mais la nature d’Alisa demeurait. Théodore regarda la situation actuelle en écoutant à moitié ses mots.

‘Est-ce environ 100 mètres? C’est beaucoup plus large que ce que je pensais.’

À partir du point où Alisa et le groupe se trouvaient, il y avait un vide qui s’étendait sur environ 100m. C’était un espace créé par une femme qui flottait dans les airs, l’élémentaire du vent, Sylphid. Aucune combustion n’était autorisée à l’intérieur, mais c’était vain.

Cela ferait gagner le plus de temps possible pour empêcher Laevateinn de passer à la troisième forme. Dans cet espace, le feu ne pouvait pas se propager et seuls les arbres touchant le corps de Laevateinn pourraient brûler. Cependant, ce vide ne pouvait que permettre de gagner du temps.

« Alisa, combien de temps pouvez-vous le maintenir? »

«Euh… 10 minutes? 15 minutes? Plus que ça serait difficile.»

« Je comprends. »

Le mana de la Grande Forêt aidait les hauts elfes, mais ce n’était pas infini. Alisa utilisait déjà le pouvoir de Sylphid depuis quelques heures. Elle fit semblant de parler normalement, mais son front et son cou étaient déjà mouillés de sueur. Si elle se détendait un instant, elle perdrait connaissance et tomberait. La consommation d’énergie était énorme.

À partir de ce moment, ce ne serait pas Alisa mais le groupe de Théodore qui se battrait. Avec les six magiciens, il y avait un haut elfe et un gardien. Alors que tout le poids du fardeau lui tombait dessus, Théo se força à se tenir debout et s’écria: «Alors je ferais un contrôle pour la dernière fois. »

Pour vaincre Laevateinn, il leur fallait une tactique et une coopération précises. Si une personne ne s’était pas synchronisée, une autre personne mourrait pour compenser cette erreur.

Par conséquent, Théodore répéta l’explication qu’il avait déjà répétée plusieurs fois. «Laevateinn ne peut pas être détruit par des attaques normales, mais cela ne signifie pas qu’il ne peut pas être blessé. Les attaques ne seront peut-être pas mortelles, mais elles diminueront l’énergie que Laevateinn a stockée. Par conséquent, notre objectif principal est de réduire autant que possible l’énergie stockée.»

Selon Gluttony, il n’y avait aucun moyen de détruire complètement Laevateinn. Les archimages qui pouvaient détruire la seconde forme de Laevateinn ne se trouvaient que dans les livres d’histoire. Cependant, il existait une méthode permettant d’arrêter Laevateinn. En rigolant sournoisement, Gluttony lui avait appris à le faire.

C’était comme verser de l’eau dans un bocal cassé.

« Nous allons commencer par Sylvia. »

Sylvia hocha la tête et attrapa son bâton blanc.

La tactique de Théodore consistait à lancer des sorts séquentiels sur la cible, car il n’était pas judicieux de lancer toutes les attaques en même temps sur un adversaire qui ne pouvait pas être tué.

«Continuez dans l’ordre d’attaque prédéterminé, mais couvrez-vous les uns des autres si quelqu’un manque le timing. Si possible, utilisez un puissant pouvoir destructeur. Les attaques à distance seront gérées par les deux elfes, alors ne vous inquiétez pas.»

Les deux elfes acquiescèrent. Alucard pouvait invoquer un roi élémentaire de l’eau, tandis que la flèche d’Edwin pouvait décimer 1 000 hommes. Si possible, Théo voulait garder le roi élémentaire de l’eau pour qu’il joue un rôle actif contre la troisième forme, mais ce serait une erreur s’ils perdaient parce qu’ils avaient conservé leur pouvoir.

Par conséquent, les huit personnes avaient perfectionné leur formation. Certains s’entraînaient à tourner autour du cercle à un rythme modéré, tandis qu’un autre attendait et vérifiait leurs potions. La plupart des gens ici étaient des vétérans et même les moins expérimentés comme Sylvia avaient encore assez d’expérience.

Bientôt, l’heure qu’ils attendaient arriva.

« C-C’est …! »

Finalement, Alisa atteignit sa limite et libéra le roi élémentaire du vent, permettant à une gigantesque vague de chaleur de les atteindre.

Huuuuuok…

Un vent chaud soufflait à l’horizon et le sol devenait noir. Les flammes brûlaient le sol jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, tandis qu’une fumée noire bouillonnait et bloquait leur vision. Aucune vie ne pourrait survivre au centre de cette chaleur.

«—Tiens!» Edwin s’écria en tirant.

Piing! Une tempête de flèches traversa l’horizon! Pendant ce temps, un tourbillon de quelques centaines de mètres de large déchira la fumée et  révéla l’épicentre de la catastrophe.

Kukukung…! La terre trembla et la poussière monta. Un monstre senior ne pourrait pas supporter cela et serait tuer instantanément.

Des vagues de choc jaillissaient des flèches, faisant en sorte que les robes du groupe se détachaient. Le pouvoir destructeur d’Edwin était incroyable. L’attaque d’un maître qui avait l’intention de tuer quelque chose, était vraiment énorme.

Cependant, cela n’avait aucun sens.

‘————————— !! !!’

Les flammes tournoyaient au-delà de l’horizon. La force, qui avait été bloqué par le vide, brûla l’air et fit fondre toutes les flèches. On ignore si l’attaque d’Edwin l’avait provoquée, mais les mouvements de Laevateinn se tournèrent vers eux.

«Ça arrive!» Cria quelqu’un.

Théo cria par réflexe, ignorant sa tête douloureuse.

Il croyait en Sylvia et aux autres magiciens, mais il était rare de rencontrer ce type d’oppression. Après avoir assimilé l’expérience d’Alfred et rencontré Superbia, Théo n’avait pas été submergé par la pression, mais la présence de Laevateinn avait dépassé l’imagination humaine.

Peu de temps après, le géant se déplaça à un rythme effrayant, surmontant le contrecoup de l’explosion.

« Sylvia! »

« Maître du froid, Ymir! »

Le talent du plus grand génie de la tour bleu lui avait permis d’utiliser la magie de glace  qu’elle avait préparé même quand elle était sous le choc. Le tourbillon autour du corps de Sylvia refroidit rapidement la chaleur et révéla ses dents de glaces, il ressemblait en un monstre de 100 mètres de haut. C’était un tourbillon de givre que même les monstres habitués au froid du nord ne pouvaient supporter.

‘Force mineure, Blizzard.’ Comme Sylvia était une magicienne du 5ème cercle proche du 6ème cercle, son sortilège engloutit le géant de la feu.

En commençant par ce coup, le rideau du combat contre le grimoire de  rang légende, Laevateinn, fut levé.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 107 – Vers la tempête (1)

La réunion commença par une déclaration choquante et l’histoire qui suivit fut profonde à bien des égards. Au fur et à mesure que les questions étaient posées, les grandes lignes du plan se formaient progressivement. Il y avait beaucoup de problèmes que Théodore n’aurait pas été capable de résoudre s’il avait réfléchi par lui-même.

Après la discussion qui semblait longue et courte, il ne restait que deux hauts elfes dans la salle de réunion.

Lumia prit la théière et demanda: « Ellenoa, tu veux une tasse? »

« Ah, bien sûr. »

Du thé chaud fumant fut versé dans la tasse d’Ellenoa. Le thé s’arrêta aux deux tiers de la tasse et Ellenoa tenait la poignée de la tasse avec précaution.

Lumia et Ellenoa étaient toutes deux des hauts elfes. Cependant, Ellenoa était une jeune fille qui venait tout juste de faire l’expérience de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, alors que Lumia était âgée. Donc, il était naturel pour Ellenoa d’être un peu mal à l’aise. Comme Lumia et les autres hauts elfes le savaient, ils exprimaient leur considération pour elle.

Lumia but son thé avant de plaisanter d’une voix enjouée: «Au fait, n’est-il pas un grand gentleman? Ce Théodore.»

« Keuf keuf ! »

Dès que Lumia mentionna son nom, Ellenoa posa sa tasse en toussant fort. Ce n’était pas Alisa mais Lumia qui avait découvert ce sujet. C’était si surprenant qu’Ellenoa avait oublié de maîtriser son expression.  Elle tourna la tête avec un sentiment de trahison, révélant son visage rougissant.

Cependant, le haut elfe ne s’était pas arrêté là. «Ahh, je pense que c’est un peu triste. Tu es déjà ici depuis un an et demi, mais tu penses toujours plus à lui qu’à nous. Naia ne serait-elle pas en train de pleurer maintenant?»

« Ce n’est pas ça… »

«Quoi, je me trompe? Il y a eu un moment où j’ai brûlé de passion, alors je vais t’encourager! »

« Merci – non, ce n’est pas ça! » En fin de compte, Ellenoa secoua la tête avec une expression grincheuse.

En tant que haut elfe qui éprouvait pour la première fois des émotions aussi intenses et étranges, Ellenoa avait du mal à garder son sang-froid face à ce type de difficultés, par rapport à la vieille Lumia qui en avait fait l’expérience auparavant. Lumia, qui connaissait ce fait, sourit intérieurement en se souvenant du jeune homme qui était au centre de la table depuis un moment. Le jeune homme, qui avait démontré sa jeunesse et son talent, était sans aucun doute attrayant.

« Il est rare qu’un humain enflamme une telle passion en nous, mais … il est vraiment différent. »

À 20 ans, Théo était à peine entré dans l’âge adulte, mais il exprimait déjà ses opinions à des personnes sages, plusieurs fois plus âgées que lui. Il avait même la capacité de faire en sorte que le sage Naia l’admire. Il était clair que Théo avait une nature héroïque et qu’il inscrirait son nom dans les livres d’histoire.

Si Lumia avait cent ans de moins, le feu pourrait également brûler en elle.

« … Oh mon Dieu, j’ai vraiment eu cette pensée. »

« Hein? »

« Ce n’est rien. J’ai oublié mon âge un instant.»

Devant la confuse Ellenoa, Lumia leva à nouveau la théière. Lumia devait être vigilante, au cas où Ellenoa pourrait voir ses pensées intérieures. Cependant, la fille à côté d’elle était très distraite. Lumia avait déjà fini de devenir une belle femme, alors elle serait considérée comme une rivale difficile pour Ellenoa.

Cela dit, heureusement, il n’y avait pas de vent froid venant d’Ellenoa dans cette salle de réunion. Après avoir bu quelques gorgées de thé, Lumia prononça des mots qui traversèrent le cœur d’Ellenoa: « Veux-tu aller te battre avec lui? »

« …Oui. »

« Je le savais. Mais dans cette situation, la bonne personne est Alucard, pas nous.»

Les capacités des hauts elfes de la Grande Forêt étaient écrasantes. En plus d’utiliser du mana à volonté, ils pouvaient faire appel à un roi élémental qui avait déjà disparu du monde matériel. Il y avait six personnes qui pouvaient le faire.

Même si Andras et Meltor travaillaient ensemble, il serait difficile pour eux de garantir la victoire. On pourrait appeler cela un pouvoir destiné à se protéger. Cependant, les hauts elfes n’étaient pas des Arv et étaient limités dans la façon dont ils pouvaient exercer leurs capacités.

«Tu ne t’es pas familiariser avec Ratatoskr et tu ne peux pas invoquer un roi élémental. De plus, Alisa et Alucard ont déjà bougé. Notre rôle est de les aider d’ici.»

« …Oui je comprends.»

« Tu dois les bénir au lieu de t’inquiéter, Ellenoa. » Lumia attrapa la main tremblante d’Ellenoa et murmura d’une voix affectueuse: « Notre forêt, notre parent et celui à qui tu penses, souhaitons leur bonne chance. »

* * *

De son côté, Theodore divisa leur groupe comme prévu et alla rejoindre Alucard, qui utilisait la capacité de guide montrée par Ellenoa. Alucard avait su l’utiliser activement. Les arbres et la terre se retiraient, créant un chemin rectiligne à travers la forêt dense.

Une fois, que la magie ‘graisse’ fut  ajoutée au chemin…

Swiiik-

Six corps glissait à un rythme rapide. Ils ne devaient faire aucun pas et avançaient à une vitesse supérieure à celle d’une calèche. Le magicien de la tour blanche qui a conçu cette méthode avait un visage pâle et mortel. Peut-être qu’un moyen de dépasser l’énergie éolienne serait bientôt né de nouveau.

« Regardez, » dit Alucard en se glissant à côté de Théo.

« Pourquoi m’appellez-vous? »

«… Tu n’as pas à être respectueux. On ne peut rien faire en public, mais tu es le sauveur d’Ellenoa. Non, ton aide dans cette situation est suffisante pour être appelé notre ami.»

Théodore était nerveux. Il participait à la campagne pour réprimer Laevateinn afin d’éviter un désastre mondial, mais il en retirait également des avantages. Contrairement au culte de la mort qui utilisait le pouvoir de la magie noire, il s’agissait d’un grimoire de niveau légende que Théo pourrait peut-être absorber. S’il le faisait, il écraserait instantanément le mur du 6ème cercle. Malheureusement, ce n’était pas de la philanthropie, comme l’avait suggéré Alucard.

Comme s’il connaissait le cœur de Théo, Alucard cessa de parler avant de recommencer. «Tout d’abord, il s’agit d’un rapport sur la situation actuelle. Alisa, qui s’est déplacée selon les instructions, a confronté Laevateinn et a appelé un roi élémentaire du vent, créant ainsi un vide autour d’elle.»

« Le résultat … Non, quel est le résultat? »

« Pas mal. Le feu de forêt s’est calmé et les pas du géant ont considérablement ralenti. Il est regrettable que nous n’ayons pas pu l’arrêter complètement, mais la propagation des flammes est évidemment réduite.»

Le conseil de Gluttony avait été correct. Theo hocha la tête intérieurement en écoutant le rapport d’Alucard.

Les flammes qui venaient du corps de Laevateinn étaient un pouvoir qui transcendait les règles de ce système matériel, mais ces flammes étaient soumises au phénomène de combustion ordinaire. S’ils maintenaient un vide autour de lui, les dégâts ne seraient pas si importants. Bien sûr, cette méthode ne suffisait pas.

Le vide ne faisait que ralentir la vitesse à laquelle le géant brûlait les environs. Tôt ou tard, le feu brûlerait la végétation et il prendra sa troisième forme en cinq jours. Ensuite, il renaîtra comme le feu de la destruction qui brûlait toute la vie.

Le but premier de Théodore était de l’arrêter et d’interférer avec son évolution.

Cependant, ce n’était pas la seule nouvelle d’Alucard.

« Quoi? Etes-vous sérieux? »

« Je suis désolé, mais c’est comme ça. »

Le visage de Théodore se raidit. Quand il avait commencé la réunion, il leur avait dit que les ents et les dryades devaient se retirer. Cependant, il venait de recevoir des nouvelles disant qu’ils refusaient de se retirer. C’était tellement inattendu qu’une expression absurde apparut sur son visage, mais quelqu’un d’autre répondit à sa question.

Ce fut Edwin qui se rapprocha de lui. « Bienfaiteur, l’état d’esprit des ents et des dryades est différent des elfes. »

« Etat d’esprit? »

« Oui, pour eux, la forêt n’est pas un endroit où ils vivent. »

Pour les elfes, la forêt était leur foyer et le fondement de leur vie. L’origine des elfes était de vivre en harmonie avec les animaux et les plantes.

Cependant, les elfes ne pouvaient pas se comparer aux ents et aux dryades en ce qui concerne leur proximité avec la forêt. Les dryades étaient des fées nées des arbres, alors que les ents étaient des arbres qui avaient accumulé du mana sur une longue période.

Pour eux, la forêt était leur voisin et leur famille. Alors, bien qu’ils sachent que leurs actions étaient stupides, ils ne pouvaient pas reculer. En mourant dans les flammes de Laevateinn, ils continuaient à se battre en lançant des pierres et en crachant du poison. Ils savaient bien que la résistance était inutile, mais les dryades et les ents se jetaient à la mort.

Théodore serra inconsciemment les dents.

‘Bon sang, s’il continue à manger des dryads et des ents… La mutation se produira plus rapidement que prévu. Une fois que cela se produit, c’est la fin.’

Les fées et les arbres remplis de spiritualité étaient comme une proie riche en nutriments pour Laevateinn. Un ent valait plus qu’un arbre normal et les dryades étaient des offrandes utiles. De plus, malgré le fait qu’ils respectaient l’autorité des hauts elfes, ce n’était pas une relation de subordination où ils devaient écouter des ordres.

Alors que l’esprit de Théo remuait rapidement, il demanda à Alucard: «Alucard, allons-nous bientôt arriver? Cela fait déjà deux heures que nous bougeons comme ça!»

« Bientôt! Prépares-toi!» Au moment où Alucard répondit… Théodore ressentit une sensation d’apesanteur et retrouva son équilibre. Les six magiciens, un haut elfe et un elfe ont atteint leur destination au bout de deux heures. Personne ne s’étonna de cette situation inattendue. C’était la preuve que leurs nerfs étaient tendues.

Puis ils fronçèrent les sourcils et murmurèrent.

« …Comme c’est terrible. »

« Combien d’arbres … »

Le soleil était encore haut dans le ciel alors qu’un horizon rouge apparaissait au-delà des arbres. Laevateinn n’avaient commencer ses activités que depuis quelques jours. Avec Alucard et Edwin à l’avant-garde, les huit personnes se dirigèrent prudemment vers l’horizon en feu.

‘Il fait chaud.’

Ils n’avaient même pas fait 100 pas et ils étaient déjà trempés de sueur. Au moment où ils avaient fait 200 pas, ils pouvaient voir la dévastation infligée aux arbres environnants. Une fois qu’ils avaient franchi les 300 pas, le bois carbonisé qui se cassait sous leurs chaussures se transformaient en cendre. À 500 pas, les huit personnes étaient arrivées sur la ligne de front.

À la frontière de la forêt orientale, ils pouvaient voir qu’une bataille féroce avait lieu.

[Ohhh… ohh…]

[Jette…des….pierres… !]

Des arbres immenses de plusieurs dizaines de mètres se déplaçaient. Commes des humains, leurs bras bougeaient et Ils jetaient des pierres du sol.

Leur force était équivalente à une catapulte. Tout grand monstre se briserait s’il était touché par les pierres. Un bruit de tonnerre résonnait continuellement lorsque les rochers tombaient. C’était le pouvoir du gardien des espèces forestières, les ents.

Certaines personnes admiraient le spectacle.

Cependant, Théo s’approcha et cria: «Arrêtez ça et reculez tout de suite! Combattre de cette façon ne sera d’aucune aide!»

Le chef des ents gronda férocement.

[…Humain! Ton ordre …nous… n’allons pas le suivre!]

Il en était de même pour les dryades, qui flottaient au-dessus de la tête des ents et les informaient de la position de l’ennemi. Les petites formes de mana bleu regardaient Théo. Ils pouvaient coopérer avec les hauts elfes, mais ils ne pouvaient pas apprécier les humains qui envahissaient et endommagaient les forêts.

A cause de cette relation, ils avaient eu de la chance de ne pas être attaqué, et encore moins de coopérer avec eux.

«Arrêtez, Old Tree Elder!»

« Nous ne sommes pas venus pour nous battre contre vous! »

Alucard et Edwin essayaient d’intervenir, mais les dryades et les ents continuaient à se battre. Ils se fichaient de la chaleur qui se rapprochait d’eux, comme s’ils allaient sauter dans la bouche de Laevateinn. Certains pouvaient considérer cette vertu comme une stupidité, mais pas Théodore.

‘… Devrais-je simplement les déplacer par la force?’

Ce n’était pas une tâche impossible. Il voulait éviter toute consommation inutile d’énergie, mais c’était mieux que de faire des offrandes à Laevateinn. Cela pourrait causer des problèmes plus tard, mais sa première priorité était de surmonter cette crise.

Tandis que Théodore arrivait à cette conclusion d’une manière calme, un pouvoir magique apparut autour de ses mains, tandis que les autres magiciens qui le remarquaient devinrent rapidement tendus. C’était une preuve tacite de leur volonté de le rejoindre.

Cependant, Théo n’avait rien à faire.

[Hoing!] C’est parce que le son de l’ancien élémentaire, Mitra, surgissant de la terre sèche attira l’attention de tous leurs yeux.

Alucard s’exclama à la vue du bourgeon de l’arbre mondial alors qu’Edwin s’inquiétait de savoir s’il devait s’incliner ou non. La curiosité des magiciens fut éveillée malgré cette situation et Sylvia se tortilla les doigts en guise de salutation.

Puis à ce moment là…

Kuuong! Avec un son lourd, le chef ent (Old Tree Elder) tomba à genoux.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 106 – Invités exotiques (4)

 

‘Il est encore temps, car il utilise sa deuxième forme. Le problème, c’est comment puis-je persuader les gens d’ici… ‘

Théodore se rappela calmement des informations qu’il avait entendues de Gluttony.

Un monde où le ciel, la terre et la mer ont tous brûlé… «Muspelheim» était un monde scellé. C’était un cristal de pouvoir qui brûlait tout ce qui était en vie et était l’un des rares grimoires à pouvoir ouvrir son propre sceau sans propriétaire.

La première forme était un animal de feu qui brûlait les arbres. La deuxième forme était un géant de feu, une incarnation de flammes comme on le voyait dans la vidéo. Il était déjà au niveau d’une catastrophe nationale et il faudrait une opération massive pour l’arrêter.

Cependant, ce n’était rien comparé aux troisième et quatrième formes. Théo se souvint du frisson qu’il avait ressenti quand il l’avait entendu pour la première fois et avait répété le nom dans son esprit: «… Fafnir».

La troisième forme était un type de forme transitoire, un tourbillon de feu qui donnerait naissance à un dragon. La quatrième forme de Laevateinn était un dragon. Ils étaient réputé pour être l’espèce la plus puissante du monde.

C’était un dragon diabolique de l’Antiquité qui existait littéralement pour la destruction. Les bêtes touchées par son souffle brûlaient tandis qu’elles hurlaient, la terre qui serait touchée deviendrait si sèche que plus rien ne pourrait poussé dessus.

Selon l’histoire, ce dragon transformait tous les endroit où il allait en une zone où la vie ne pourrait plus exister. Le grimoire Gluttony expliqua simplement que les flammes de Fafnir avaient provoqué la naissance du Plateau Rouge.

Puis, ajouta-t-il d’une voix sourde, -Laevateinn est un grimoire du type manœuvre autonome, mais il restera en sommeil jusqu’à ce qu’il soit amené près d’une forêt. Il y a beaucoup d’incertitudes à propos de cette situation.

‘Est-ce que quelqu’un a intentionnellement créé cette situation?’

C’était logique de le penser. Il ne savait pas qui était cet enfoiré, mais il était stupide. Il pourrait provoquer un grand désastre qui ne pouvait même pas être imaginé.

-Au moment où Laevateinn atteindra la quatrième forme, cette époque s’achèvera. Cette personne appelle la ruine sur elle-même, alors elle doit être stupide.

L’évaluation d’un grimoire qui existait depuis des milliers d’années était en effet impitoyable. Même si Blundell et Veronica, les magiciens les plus puissants qui existent actuellement, unissaient leurs forces aux Sept épées de l’empire, ils ne pourraient pas vaincre Fafnir.

Ce n’était pas comparable à la cinquième ou la sixième forme qui nécessitait l’existence d’un propriétaire, mais ce n’était pas un adversaire qui pourrait être vaincu avec des demi-transcendantaux. Par conséquent, le seul moyen qui restait à Théodore et à son groupe était d’arrêter Laevateinn avant qu’il n’atteigne la quatrième forme.

[Ce mec… Combien de temps vas-tu agir comme ça?] À ce moment-là, un cri retentit de la vidéo qui flottait dans les airs. La personne qui avait réussi à faire preuve d’une telle bravoure devant un géant qui brûlait toute vie ne pouvait certainement pas être ordinaire.

Alors que tous les ambassadeurs s’interrogeaient sur l’identité de la personne, les hauts elfes s’exprimaient avec une mine brillante.

« Oh, ils sont arrivés! »

« Gardien Ellaim. »

« Je ne sais pas quelle est l’identité de cette chose, mais il n’y a pas besoin de s’inquiéter si le deuxième parent est là. »

Il n’y avait qu’un seul haut elfe qui murmurait d’une voix inaudible: «… N… on… danger… eux…»

Peu de temps après, le gardien envoyé par Elvenheim tenta une frappe préventive contre le géant de feu. L’elfe appelé Ellaim n’était pas un archer comme Edwin. Une lance en bois, qui brillait étrangement d’une couleur argenté, vola vers le géant de feu.

Puis il cria immédiatement:[Meurt]

Le magma se durcit et le feu qui brûlait les feuilles des arbres s’éteignit. Un frisson inconnu se propagea soudainement autour du géant du feu. Les dryades et les ents avaient utilisé cet temps pour s’enfuir. En même temps, le gardien cria vivement, [Gèle!]

Cette fois, le géant de feu se figea. Ses bras et ses jambes étaient bloqués, son corps étant recouvert d’une épaisse couche de glace. Le géant de feu lutta en faisant des gestes agacés, mais la glace ne fondit pas. Bientôt, la glace recouvrit complètement son corps et il ne restait plus qu’une énorme statue.

‘Ohh…!’

Alors que l’air dans la salle de réunion se détendait, Naia, le haut elfe silencieux, cria pour la première fois: « Ellaim, éloignes-toi de cet endroit immédiatement! »

[N-Naia?]

Comme la voix de Naia avait toujours été à moitié endormie, Ellaim fut surpris par le changement soudain et recula. La voix forte de Naia était non seulement inattendue, mais elle contenait également plus d’urgence que ce qu’ils avaient imaginé.

La personne qui avait prononcé ces mots, Naia, était la plus sage des hauts elfes, et sa prophétie était également bonne cette fois.

Hwaaak!

[Quoi?!]

L’endroit qu’Ellaim venait juste de quitter se fendit et la lave coula S’il s’était tenu là, il aurait été brûlé sans laisser de trace. Un frisson parcourut son cou alors qu’il fixait les fissures qui se formaient lentement sur le géant de feu. Le recouvrir de glace n’avait pas de sens.

Alors qu’Ellaim fixait le géant, les personnes présentes dans la salle de réunion se tournèrent vers Naia, qui avait prédit l’attaque plus tôt que quiconque. Elle ronflait depuis le début de la réunion, alors ils ne s’attendaient à rien de sa part.

« … Qu’est-ce que vous regardez? » Les yeux de Naia, qui avaient des cernes noirs, clignèrent. Aucune somnolence ne restait dans ses yeux, cela prouvait l’urgence de la situation.

Après l’avoir connue pendant si longtemps, Alucard connaissait les signes et demanda à la hâte: «Naia, connais-tu ce géant?»

« Eh bien, à moitié. »

« A moitié? »

C’était une réponse assez ambiguë. Naia hocha la tête et désigna le géant dans la vidéo. «J’ai lu une histoire à son sujet dans un vieux mythe. C’est l’incarnation des flammes d’un autre monde, un feu vivant… La ruine qui se déplace pour brûler toute vie – Laevateinn.»

« Laevateinn? »

« Oui. C’est l’ancien cauchemar qui a brûlé nos premiers parents, les arbres du monde primordiaux et nos ancêtres. C’est tout ce que je sais. Il existe également une histoire sur un géant et un dragon. »

Les gens dans la salle de réunion se mirent à murmurer. Les vieux mythes des elfes constituaient un passé lointain pour les humains. C’était une époque où les archimages du 9ème cercle, qui n’existaient plus, avaient des nids dans chaque pays et où les épéistes capables de couper une montagne avec une épée étaient des héros. Aucune des personnes présentes ne serait capable de résister aux existences appelées « monstres » de cette époque.

Théodore était le seul à être satisfait des paroles de Naia. ‘Ok, c’est bon. Ce serait difficile si je parlais d’abord, mais je peux maintenant l’associer à autre chose. Je peux obtenir de l’aide d’Elvenheim sans trop d’attention inutile.’

Il en savait plus sur Laevateinn que quiconque ici, mais quelqu’un d’autre devait le découvrir avant. Si même les elfes ne pouvaient pas le relier à un vieux mythe, comment un jeune magicien humain le pourrait-il? Non, il ne pouvait pas accepter le crédit et ne pouvait que diriger l’histoire dans la direction souhaitée.

Cependant, grâce au haut elfe Naia, il pouvait maintenant divulguer les informations sur Laevateinn. Théodore leva prudemment la main.

«Théodore? Quelque chose est arrivé? »

« Tu…? »

Ellenoa et le Maître de la tour blanche remarquèrent l’action de Théo et le regardèrent étrangement. Bien qu’Ellenoa se sente concernée, le Maître de la Tour Blanche craignait cependant que Théo ne dise un non-sens dans cette situation.

Malgré cela, les prochains mots de sa bouche ont marqué un tournant dans la réunion. « J’ai aussi entendu parler de Laevateinn. »

« Quoi?! »

« I-Est-ce vraiment vrai? »

Bien sûr, c’est les hauts-elfes qui avaient fait preuve d’une forte réaction. Alucard se leva de son siège, tandis que les yeux d’Ellenoa et de Lumia s’élargissaient, paraissant plusieurs fois plus grands.

Theodore hocha lentement la tête. Pour les empêcher de demander, il parla le premier: «Je suis désolé, mais je ne peux pas révéler la source de mes informations. Il existe une collection secrète de livres dans notre royaume, et la divulgation de connaissances est strictement interdite. »

Cette fois-ci, les plus surpris étaient les invités de Meltor.

« Peut-être … la bibliothèque zéro? »

« Ça pourrait être possible. Ce jeune homme a reçu un trésor national de Sa Majesté. Il est donc possible qu’il lise un livre ancien de la bibliothèque Zero… »

« Cependant, une telle connaissance à cet âge … »

Théo sourit de satisfaction alors que les commérages entraient dans ses oreilles. Il ne pensait pas qu’ils croiraient à 100% à cette excuse. C’était suffisant tant qu’ils pensaient qu’il y avait une possibilité.

Veronica lui avait dit il y a longtemps que le maître de la tour blanche était responsable de la sécurité de la bibliothèque zéro, mais son contenu ne l’intéressait pas. Il ne pouvait pas découvrir instantanément l’excuse qu’il avait faite à moins qu’il ait lu tous les livres de la bibliothèque zéro.

Sans surprise, personne n’interrogea Théo. Maintenant, il avait juste besoin de prouver la véracité de ses informations. La source de ses informations n’avait aucune signification pour les hauts elfes. Le savoir ne changerait pas la situation et c’était le meilleur moyen d’apprendre à surmonter le désastre.

Naia fut la plus rapide à retrouver son calme et lui parla d’une voix délicate: «Théodore. Je connais la faveur que vous nous avez rendue, mais cela concerne le destin de tout notre clan. Comprenez s’il vous plaît que le poids de vos mots ne sera jamais léger. « 

« Oui bien sûr. »

« Et excusez-moi, pouvons-nous parler à travers Ratatoskr à partir de maintenant? »

Avant même que Théodore ne puisse réagir, Ellenoa s’écria avec colère: «Naia! Tu soupçonnes Théodore de nous tromper?»

« Nous devons faire plus attention que d’habitude. »

« Non ce n’est pas ça. C’est parce qu’aucun mensonge ne peut être transmis par Ratatoskr!»

Theodore sourit lorsqu’il réalisa pourquoi Ellenoa était en colère. Elle savait à quel point cette situation était urgente et à quel point il était important que ses paroles soient vraies. Cependant, la confiance et l’affection qu’elle entretenait avec lui étaient plus grandes que cela, et Ellenoa le prouva directement.

Théo apprécia son geste et leva la main.

Les deux hauts elfes qui se disputaient se retournèrent pour le regarder. Il appréciait le geste d’Ellenoa, mais comprenait également la position d’Elvenheim et de Naia. Quoi qu’il en soit, les informations dont il parlerait maintenant avaient été directement données par le grimoire, Gluttony. L’authenticité des informations de Gluttony était plus certaine que celle de tous les livres.

Théo était plutôt heureux de prouver ses paroles. « Je ferai comme Naia le dit. »

Il appela d’abord Mitra et la prit dans ses bras. Elle posa sa tête sur la sienne et connecta leurs sens de manière assez naturelle. Au début, il avait été troublé par le flot de sensations, mais il avait rapidement maîtrisé le maintien de la connexion après un entraînement complet dans sa chambre.

Ce n’était pas difficile de bouger la bouche en parlant à travers le réseau de neurones de l’arbre du monde, Ratatoskr.

Alors Théodore commença son histoire.

[«Le feu qui a brûlé les arbres du monde originelles, Laevateinn, ressemble maintenant à un géant, mais s’il continue à dévorer la forêt de cette façon, il changera bientôt de forme. Selon le livre, c’est un être vivant qui grandit en mangeant des arbres. « ]

Les magiciens, qui avaient toujours été obsédés par le savoir, se concentraient si fort qu’ils oubliaient de cligner des yeux, tandis que les hauts-elfes confirmaient l’authenticité à travers Ratatoskr.

Deux des trois pays équilibrant le continent nord dépendaient d’un jeune magicien.

[“Je vais affirmer cela en premier.”]

Comme tout le monde faisait attention à lui, Théodore leva le doigt. Il leva les cinq doigts avant de les serrer dans un poing.

Puis il regarda le poing fermé et déclara:[ «Dans les cinq prochains jours! Si nous ne pouvons pas tuer Laevateinn avant cette date, le continent nord sera détruit. »]

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 105 – Invités exotiques (3)

 

Pendant les jours qui ont suivi, le groupe s’est dispersé autour de la paisible ville elfe. Certains sont allés dans la forêt pour collecter des échantillons de sol et de végétation, tandis que d’autres collectaient des échantillons de cours d’eau ou de lacs.

Pendant ce temps, quelques personnes restèrent pour écouter les histoires des elfes de la ville. À l’heure actuelle, il était difficile de trouver des elfes dans le monde humain. Ainsi, Elvenheim  lui-même débordait de nombreuses choses intéressantes à étudier.

Il n’y avait que deux personnes qui ne bougeaient pas de leur chambre. Ils étaient les représentants de Meltor, le maître de la tour blanche Orta et Theodore Miller.

‘Est-ce qu’aujourd’hui est déjà le quatrième jour?’

Peut-être était-ce parce qu’ils étaient arrivés trop tôt, mais Elvenheim n’était pas prêt à les rencontrer. Les elfes enverraient un guide quand ils seraient prêts. La délégation devait donc attendre. De plus, le sens du temps des elfes était plusieurs fois plus lent que celui des humains.

Théo regarda la forêt à l’extérieur de sa fenêtre et murmura le nom du grimoire de rang légende, « … Laevateinn »

C’était un grimoire de feux qui avait mis fin à l’ère de la mythologie des milliers d’années auparavant. Selon Gluttony, le feu avait brûlé l’arbre du monde qui poussait au-dessus des nuages ​​et avait détruit les Arv. Si cela était vrai, ‘Laevateinn’ ressemblait presque à un désastre pour les elfes, et cela toucherait certainement Elvenheim.

«Quoi qu’il arrive, ça ne se terminera pas modérément.»

Le grimoire visait l’arbre du monde. Ce n’était pas une situation où ils pourraient parler de coexistence. Les deux camps se battraient jusqu’à ce que l’un d’eux soit complètement détruit. Théodore était déterminé à conserver sa force jusqu’à l’apparition des signes de la bataille. Il n’y avait rien de plus idiot que de consommer de l’énergie et de ne pas pouvoir l’utiliser à des moments importants.

En ce moment, quelqu’un frappa à sa porte. « Excuses-moi. Théodore, es-tu dans la chambre?»

« Oui. »

Theo ouvrit la porte et un elfe s’inclina poliment en guise de salutation. Selon ses accessoires et ses vêtements, l’elfe semblait être à un rang élevé. L’elfe entre deux âges se proclamait guide de Théo et la nouvelle attendue par la délégation depuis quelques jours était enfin arrivée.

«S’il te plaît, dis-moi quand tu seras prêt. Les danseurs parents t’ont appelé.»

* * *

Les membres de la délégation qui s’étaient dispersés un peu partout se sont immédiatement rassemblés. Naturellement, ils avaient beaucoup de questions, mais ils hésitaient à demander au guide au cas où ils seraient considérés comme impolis. Pendant de telles périodes, le chef de délégation avait pour rôle de faire un pas en avant et de résoudre les problèmes.

Alors, Théodore demanda au guide qui les dirigeait: « Est-ce que nous devons simplement continuer à marcher comme ça? »

« Oui c’est vrai. »

« La destination est à des dizaines de kilomètres d’ici? »

« Oui c’est correct. »

Il y avait des points d’interrogation au-dessus des têtes des membres de la délégation qui avaient entendu les réponses. Pourquoi le nombre de questions avait-t-il augmenté au lieu de se réduire? De plus, les invités allaient devoir parcourir des dizaines de kilomètres…?

Cependant, lorsque le guide vit leurs expressions perplexes, sa seule réponse était un sourire significatif. Ainsi, ils marchèrent 10 minutes sans rien savoir. Théodore et Orta étaient à quelques pas en avant du reste quand le guide s’arrêta soudainement.

Devant eux, il y avait un trou assez large, suffisant pour que quelqu’un entre sans se baisser. Curieusement, l’intérieur était si sombre que même le soleil ne l’exposait pas.

À ce moment-là, Orta murmura d’une voix admirative: «Porte spatiale…! C’est un artefact d’une époque révolue, donc je n’avais jamais pensé en voir un.»

« Maître de la tour blanche? »

Il n’écouta pas celui qui l’appelait et il toucha soigneusement le trou. La réaction d’Orta semblait presque être passionnée. D’après son nom, la porte spatiale semblait être connectée à un lieu. Après avoir touché le trou, Orta y entra précipitamment et sa robe blanche disparut dans les ténèbres.

« Maître de tour ! »

« Incroyable…! »

« Ohh …! »

Les sentiments du groupe pourraient être largement divisés en trois émotions: l’étonnement; l’admiration et la peur.

‘Aha, alors c’est comme ça.’ Théodore était dans la catégorie de l’admiration car il suivait Orta sans hésiter.

Le trou était relié à un autre espace et dès que Théo y entra, il ressentit un vertige particulier. C’était une sensation d’inconfort semblable au mal des transports causé par les voitures bon marché de Bergen.

Heureusement, le malaise s’estompa dès qu’il franchit l’étape suivante.

« …Cet endroit. »

Il y avait l’arôme unique du bois, la sensation rafraîchissante de l’air pur et le flux écrasant du mana. Comme Edwin l’avait dit, un magicien, qui n’avait pas au moins cinq cercles, perdrait le contrôle de son pouvoir magique ici.

Cependant, cela n’avait pas grand chose à voir avec Théodore qui avait déjà atteint les limites du 5ème cercle. Il calma le flux de mana avec une expression indifférente.

Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il les vit. Quatre hauts-elfes étaient assis autour d’une table et l’attendaient.

« Ellenoa. »

« Bienvenue, Théodore. »

Tandis que Théo saluait Ellenoa, le reste de la délégation traversa le trou à son tour. C’était une situation où ils ne pouvaient pas parler en privé jusqu’à ce que toutes les formalités soient terminées. La délégation fronça les sourcils devant l’inconfort du mouvement spatial, mais resta bouche bée. C’était parce qu’ils rencontraient les légendes du monde, les hauts elfes.

Alucard, un elfe noir à la peau foncée impressionnante, se leva et accueillit les invités. «Invités du royaume magique de Meltor! Nous, Elvenheim, vous souhaitons la bienvenue, vous qui avez parcouru un long chemin. Après cette réunion d’aujourd’hui, j’espère que nous ne serons pas seulement des voisins mais aussi des amis.»

«Merci pour vos paroles aimables, descendants des Arv. Nous suivrons les lois de la forêt tout en restant ici, et nous espérons que nous serons de bons amis et des voisins inséparables. « 

C’étaient des mots rituels. Le maître de la tour blanche répondit habilement au message d’accueil désuet d’Alucard. Alucard se rassit comme si la réponse était satisfaisante. Théodore et Orta étaient assis relativement près des hauts elfes, les autres étaient espacés.

La discussion commença sérieusement peu de temps après.

« Tout d’abord, je voudrais parler de produits commerciaux. »

Les alchimistes de la tour jaune étaient excellents, mais ils ne pouvaient pas reproduire les produits spéciaux créés à partir des sous-produits d’Yggdrasil. Cependant, Elvenheim n’avait traditionnellement échangé qu’un petit volume avec d’autres pays. Il n’y avait jamais eu d’exception à cette politique, mais aujourd’hui, c’était différent.

Alucard hocha la tête puisqu’ils s’étaient déjà consultés à l’avance.

«Nous ressentons la même chose. Les artefacts fabriqués par Meltor sont utiles à Elvenheim. Si vous augmentez ce nombre, nous ferons preuve de la même gentillesse. »

« Si possible, j’aimerais augmenter la quantité de matières premières pour les médicaments et… »

« Que pensez-vous de tripler le montant existant? »

« Merveilleux. »

En effet, le maître de la tour blanche avait engagé les négociations avec la connaissance et l’éloquence diplomatiques que Théo n’avait pas. Il était impossible pour Théo, qui n’aimait pas vraiment être social, de négocier le contrat existant et ses détails avec le partenaire commercial. Pour cette mission, il était plus juste de dire que Kurt III avait envoyé Théo en tant que diplomate.

En attendant, Théodore ressentit une étrange incongruité.

‘Ah, c’est ça.’

Il manquait un haut-elfe. La voix du bavard à Ratatoskr n’était pas présente. Elle était l’elfe qui était curieuse de la relation entre Théo et Ellenoa.

Bien que Théo se demandait pourquoi elle avait disparu, la réunion entre les deux pays s’était déroulée sans heurts. Meltor ne voulait pas perdre cette occasion de se rapprocher d’Elvenheim, et Elvenheim était prêt à donner un peu. Pour cette raison, la conversation s’était bien déroulée.

« Donc, si nous ne nous concentrons pas sur un domaine et que nous coupons à la périphérie, est ce que ça ira?»

« C’est bien tant que l’équilibre de la forêt n’est pas perturbé.»

« Je comprends. Je vous le dirais avant de procéder à tout travail d’exploitation du bois. Dans le cas des fruits et de la récolte, le rapport sera divisé en 5: 5.»

Une fois que la décision sur l’exploitation forestière, qui était un tabou implicite, était terminée, l’air dans la salle de réunion se détendit. À présent, il ne restait que les affaires de non-agression mutuelle et de soutien militaire d’urgence. Ce n’étaient pas des questions qui pourraient être déterminées en un ou deux jours. Ainsi, en tant que représentants des deux pays, Orta et Alucard étaient tous deux satisfaits de leurs progrès actuels dans les négociations.

Cependant, au moment où ils allaient passer au banquet…

Pajik… pajijijik…

Les hauts elfes avaient une audition plus sensible que les humains, ils avaient donc été les premiers à remarquer le bruit. Ils se raidirent et levèrent les yeux vers le haut, tandis que l’air au-dessus de la table commençait à vaciller. Puis une onde de lumière apparut de quelque part.

Alucard était confus alors qu’il s’écriait: «Cette route… c’est la reine des dryades! Qu’est-ce qui se passe tout d’un coup? Vous accédez à Ratatoskr sans notre permission!»

Le paysage était devenu rouge et des cris retentissaient au loin. Théodore ne put s’empêcher de déglutir en entendant les bruits.

Peu de temps après qu’Alucard eut fini de parler, la voix angoissée de quelqu’un s’exprima: [Ah, pardonnez-moi! Mais mais!]

«Explique ce qui s’est passé! Je vais enquêter sur ton erreur après ça!» Aux mots de l’elfe noir, une image dans l’air changea. La vue tourna lentement pour révéler une terrible scène rouge. Les dryades et les ents criaient comme des mandragores pendants qu’ils étaient avalés par les flammes. Au-delà, se trouvait la source de la tragédie.

«Un géant…de feu?» Murmura quelqu’un en voyant un géant brûler la forêt.

Des flammes recouvraient le sol chaque fois qu’il faisait un pas et son épée de feu brûlait les ents et les dryades comme s’il s’agissait de feuilles pourries. La scène où ses pieds transformaient le sol en magma était comme un cauchemar en soi.

‘…Ce mec.’

Les yeux de Théodore brillaient alors que le Maître de la Tour Blanche restait sans voix.

Selon Gluttony, Laevateinn était un grimoire de type manœuvre autonome, et le géant de feu en était la deuxième forme. Si deux autres sceaux étaient relâchés, cela deviendrait un monstre de niveau maître qu’ils ne pourraient pas se permettre d’affronter.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 104 – Invités exotiques (2)

 

L’attitude franche de Théo avait surpris Orlando. Orlando faisait plus de deux mètres de haut et avait le sang d’un lion, Théodore ressemblait à un nain à côté de lui. Les elfes avaient des pouvoirs étranges, mais aucun d’entre eux ne pouvait s’opposer à son extrême puissance.

Alors pourquoi personne n’arrêtait-il l’impudence effrontée de cet humain?

‘Non, j’ai clairement ressenti quelque chose d’inquiétant…’

Contrairement à son ignorance, l’intuition d’Orlando était modérément sensible. Sinon, il n’aurait pas survécu en tant que chef de clan dans la Grande Forêt, où tous les types de dangers étaient présents. Au moment où Orlando se trouverait dans une situation vraiment dangereuse, il s’enfuirait sans hésiter. De même, dès qu’il réalisait qu’il ne pourrait pas gagner, il inclinait la tête, cela lui avait permis de préserver sa vie jusqu’à présent.

En ce moment même, son intuition sonnait l’alarme.

« … Ne me fais pas rire! »

Cependant, Orlando ignora l’avertissement. Pourquoi devrait-il avoir peur d’un homme humain d’apparence douce et faible? De plus, de nombreux elfes regardaient la commotion. Orlando avait grandi à l’abri et ne connaissait que les humains dont parlaient les aînés de la tribu.

Crunch, crunch.

Les muscles massifs d’Orlando se gonflèrent lorsque sa peau changea en celle d’une bête, tandis que ses ongles longs et acérés avaient assez de force pour déchirer de l’acier. Il pourrait normalement battre un troll et, dans cet état, il pourrait même tuer un ogre à deux têtes. Les roches dures et les grands arbres ne pourraient pas résister à ses poings.

C’était la forme de la bête, symbole de la force des hommes-bêtes.

«Mes qualifications! Un humain faible ose remettre en cause mes qualités!» Orlando releva la tête et cria de façon menaçante. Le contour de ses cheveux avaient reculé sous sa forme de bête, mais il n’était pas devenu stupide.

Orlando semblait penser que peut-être cet homme devant lui était confiant parce qu’il était un « magicien ». L’homme ne portait pas d’épée à la taille et ne protégeait pas son corps avec du métal. Seuls les magiciens se présenteraient avec confiance comme ça.

‘Je ferai en sorte que la bouche de ce gars ne puisse pas prononcer un sortilège!’

Il regarda l’expression toujours blasée sur le visage de Théodore et cria en pointant le doigt: «La tribu des lions de pierre est une tribu courageuse qui utilise ses poings! Si tu veux être qualifié, prouves-le avec ton corps! Ce ne sera pas injuste si nous nous battons avec nos poings!»

Bien sûr, c’était injuste. C’était le résultat de la pensée frénétique d’Orlando. Si l’adversaire n’acceptait pas le défi, il l’appellerait un lâche et s’enfuirait. Si cela était accepté, il pourrait assommer l’humain. Orlando était terrifié par la magie comme le feu et les éclairs, mais il était convaincu qu’il pourrait gagner s’ils utilisaient leurs poings.

La réaction de son adversaire était donc encore plus surprenante.

«… Se battre avec nos poings juste ça? C’est tout?»Demanda Théodore. Les autres magiciens ne pouvaient s’empêcher de sourire ou de se couvrir la bouche.

Les mages de guerre ne tuaient-ils pas les chevaliers sur le champ de bataille? De plus, Théo était la personne qui avait vaincu Rebecca, le génie de l’empire. Alors, ils n’avaient pas d’autre choix que de rire. C’était le moment où les mots «courageux et ignorants» étaient entrés dans leurs esprits.

Leur réaction assomma Orlando, mais Théo s’avança et se tourna vers Ellenoa.

Elle comprit tout de suite sa signification et hocha la tête. [Je comprends. Je vais assumer le rôle d’arbitre pour vous deux. Chef Orlando, vous avez vous-même fait cette suggestion, ne vous plaignez pas plus tard?]

« O-Bien sûr que non! » Répondit Orlando qui s’avança vers Théodore.

Vu la différence de poids, il pouvait assommer l’adversaire avec un poing. Orlando avait fait l’offre lui-même, mais pour une raison quelconque, il sentait la sueur couler dans son dos.

‘Ça ne peut pas être vrai! Mon poing ne peut pas être arrêté!’ Il essaya de réajuster son état d’esprit alors qu’il fixait Théo.

«Je vais vous faire des concessions. Vas-y calmement», dit Théo.

Ces mots étaient décisifs. L’orgueil blessé d’Orlando le fit se mettre en colère et sa peur disparut au loin. La bête utilisa son poing.

Kwaaaaang!

Avec la fumée blanche, il y avait un rugissement électrisant. Le rugissement d’un homme puissant, qui dirigeait un des clans de la Grande Forêt, effraya les oiseaux. Cependant, la chose encore plus menaçante était son poing. Il n’était pas exagéré de dire que le poing qui contenait les forces physiques extrêmes pouvait briser une petite colline.

‘Meurt!’

Orlando avait une forte détermination et…

Paang!

La main gauche de Théodore le bloqua.

«… Ton coup de poing est plus faible que je ne le pensais. Maintenant, c’est à mon tour?»

Grâce à la chanson de combat qu’il avait directement reçu de son fondateur, les capacités physiques de Théo étaient comparables à celles d’Orlando. En ce qui concerne les arts martiaux, les techniques de combat de Théodore étaient plusieurs fois plus complexes que celles du chef d’un clan des bêtes, qui n’avait qu’un pouvoir brut.

Cependant, Orlando ne connaissait pas la différence et était dévasté.

Théo fit un pas en avant et tendit son poing..

Puis il utilisa légèrement son pouvoir. Kwaang!

La bête vola dans les airs et Orlando ne put même pas crier car il était bouleversé. Son esprit était déjà dévasté par le choc. Le coup subit pénétra ses muscles et ses os rigides, endommageant l’intérieur. Si Théo avait voulu le tuer, Orlando serait mort sur le coup. Que pouvait-on dire de plus après avoir volé 10 mètres dans les airs?

«Kuwek, kuweeeek…» L’inconscient Orlando était appuyé contre un arbre, mais personne ne s’en souciait.

[Ensuite, je continuerai à donner des instructions.]

Le visage d’Ellenoa s’éclaira lorsque le groupe passa devant le misérable Orlando et descendit un escalier en bois.

Certains magiciens avaient même donné des coups de pied à Orlando à plusieurs reprises, mais aucun d’entre eux ne s’était arrêté. Il ne restait plus aucune dignité au lion déchu.

* * *

« C’était un homme stupide. » Théodore se mit à rire en arrivant dans sa chambre et se souvint de l’homme bête qu’il avait combattu.

Le pouvoir d’Orlando n’était pas mauvais en soi. Non, c’était vraiment excellent. Si Théo combattait un chevalier avec un tel pouvoir, ce serait délicat à bien des égards. Rebecca en était un exemple. La force harmonisée avec la technologie l’avait transformée en une plus grande menace.

Comparé à cela, le coup de poing d’Orlando n’était pas nouveau.

«Sans technique ni aura, il ne pourra pas s’occuper de moi. Maintenant, je sais pourquoi les clans des bêtes se sont retirés du continent.»

Une voix répondit au monologue cynique de Théo, -Eh bien, ne soies pas trop découragé. Il y a une raison au déclin du clan des bêtes.

« Qu’Est-ce que c’est? »

–C’est ambigu. C’est un mélange d’informations qui ne peuvent pas être dites et d’informations intermédiaires. Tu ne pourras peut-être pas comprendre, mais si tu veux l’entendre, je te le dirai.

Cela semblait être une information inconnue auparavant. Si des historiens étaient ici, ils donneraient leurs vésicules biliaires pour le savoir. Cependant, ce n’était qu’une simple curiosité pour Théo, qui hocha la tête.

Gluttony répondit par une seule ligne d’explication: – C’est parce que le roi des bêtes, Fenrir, a été assassiné par quelqu’un.

« … Je ne connais pas ce nom. »

-Je le savais.

Théo ne demanda rien de plus, mais Gluttony avait éveillé sa curiosité.

Bien que Théo ait lu de nombreux livres dans la bibliothèque de la tour magique, Fenrir lui était inconnu. Cela faisait seulement 500 ans que les clans des bêtes avaient commencé à décliner. Cependant, selon Gluttony, il y avait plus derrière.

Cependant, les inquiétudes de Théodore ne durèrent pas longtemps.

–C’est une forêt intéressante. Un arbre du monde reproduit avec le pouvoir d’Arv, un refuge pour les espèces disparues… Il est étonnant qu’un royaume elfe soit établi au milieu de celui-ci.

« Parles-tu d’Elvenheim? »

-C’est vrai. Les elfes vivaient à l’origine dans des colonies, mais ils ne sont pas une espèce avec une forte attache. Les hauts-elfes sont leur centre d’attention, mais un royaume va à l’encontre de leur identité.

C’était difficile. Théo n’avait que 20 ans, même s’il était intelligent, tandis que Gluttony était un grimoire dont on ne pouvait pas compter les années. C’est peut-être du sens commun pour Gluttony, mais il était obligé de dire beaucoup de mots pour expliquer.

Les elfes n’auraient pas dû créer un pays? Ou peut-être qu’ils ne pourraient pas en faire un? Elvenheim existait-il déjà?

Alors qu’il réfléchissait à ces questions, le coup suivant fut donné.

–Je ne savais pas qu’il y avait un grimoire ici. On dirait que je ne m’ennuierai pas trop en restant dans cette forêt.

«Quoi, grimoire? Dans la grande forêt?»

Au cours des dernières décennies, voire des siècles, les magiciens s’étaient rassemblés et avaient organisé les caractéristiques des grimoires qui avaient surgi dans l’histoire. Certains grimoires ressemblaient à des livres, et certains choisissaient leur propriétaire en utilisant leur libre arbitre.

La connaissance inhérente était différente, mais il y avait beaucoup de points qui se rejoignaient lorsque les grimoires étaient classés par comportement. Il y avait ceux qui se déplaçaient dans l’espace sans contrainte, ceux qui choisissaient leur propriétaire indépendamment de la volonté de ce dernier, ceux qui disposaient d’une méthode de communication inconnue, et ceux qui contrôlaient le corps de ce dernier. Le fait que les grimoires étaient rarement vus dans le monde humain était l’une des rares choses qu’ils avaient en commun.

Cependant, Gluttony avait déclaré qu’il sentait la présence d’un grimoire dans la Grande Forêt. Il parlait d’un ton agréable, comme si il attendait la réaction de Théo.

-C’est vrai. Je me souviens clairement de ce pouvoir. Je peux sentir la puissance du grimoire qui a commencé Ragnarok, la guerre qui a mis fin à l’ère de la mythologie.

«Ragnarok…!»

–À ce moment-là, Surtr le grand archimage utilisa un grimoire et brûla l’arbre du monde d’origine. Son nom est [Laevateinn].

L’information du grimoire apparut devant Théo.

[Laevateinn]

[-Un grimoire dans lequel le royaume du feu, Muspelheim est scellé. À l’époque du Ragnarok, Surtr avait pleinement exploité le pouvoir du grimoire et avait brûlé l’arbre du monde en libérant Muspelheim. Cependant, en retour, il a été réduit en cendres et on ignore où il se trouve en ce moment.

* La note du grimoire est «Légende».

* Une fois consommé ???

* Une fois consommé ???

* Quand consommé, ???]

… Un grimoire légendaire équivalant au culte de la mort! Les yeux de Théodore tremblèrent alors qu’il lisait la fenêtre d’informations.

C’était le même rang que le grimoire qui avait fait de son hôte une liche en trois mois? En outre, le contenu des informations sur Laevateinn était encore pire. Laevateinn était un grimoire contenant un monde isolé qui brûlait les arbres du monde. Il semblait viser Elvenheim.

Théodore s’était écrié involontairement: «Gluttony, tu as dit l’avoir sentie? Alors, sais-tu où se trouve le grimoire?»

Cependant, la réponse de Gluttony était décevante.

-Je ne sais pas. La distance était trop grande et le pouvoir ne s’était manifesté qu’un instant. C’était un hasard si j’ai même pensé que c’était Laevateinn.

«Alors, comment puis-je le trouver dans cette vaste forêt?» Demanda nerveusement Théo.

Gluttony se mit à rire. –Ne t’inquiète pas, il nous retrouveras bientôt.

« Quoi?»

–Le grimoire a besoin de sacrifices pour libérer le sceau et utiliser correctement son pouvoir. Et la nourriture préférée de Laevateinn est tout autour de nous.

Le feu du grimoire qui a brûlé l’arbre du monde… Une pensée traversa l’esprit de Théodore.

Gluttony ouvrit la bouche et dit avec un timing parfait: «Si il allume un feu dans cette forêt dense, il pourra libérer au moins deux sceaux… Cette forêt a également une chose qui est plus excellente que toute autre chose.»

«… Arbre du monde.»

–C’est vrai, Gluttony confirma d’une voix douce et sombre, comme un démon. Restes calme et attends. Le jour viendra où [Laevateinn] aura atteint notre bouche.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

Paradmin

Chapitre 103 – Invités exotiques (1)

Au centre du royaume des elfes, Elvenheim, se trouvait un arbre géant qui s’étendait dans les nuages. Dernier arbre du monde d’une époque où le pouvoir des mythes était presque perdu, Yggdrasil était l’identité du grand arbre.

Il y a 300 ans, les quatre hauts elfes avaient rassemblé toutes leurs forces pour créer cet arbre du monde, qui était encore un «bébé prématuré». Les humains ordinaires cesseraient de respirer dès qu’ils se rapprocheraient et même les plus grands magiciens étaient à peine capables de résister à la pression du mana. Pourtant, il ne s’agissait que d’un dixième de l’arbre du monde originel du monde primordial.

Néanmoins, il y avait une zone entourée d’un brouillard de mana difficile d’accès, même pour les elfes. C’était un endroit où seuls les jardiniers de l’arbre du monde, les hauts elfes avec le sang d’Arv, pouvaient accéder.

C’était l’endroit le plus secret d’Elvenheim, situé au sommet des racines de l’arbre du monde. Il n’y avait pas beaucoup d’elfes qui ne le connaissait pas, mais c’était un tabou d’en parler. C’était un bâtiment en bois appelé «Cœur de la forêt».

«Ils sont déjà arrivés? Ahh, j’aurais dû aller à leur rencontre!» Alisa, la haute elfe aux cheveux blonds clairs comme le soleil, s’écria. Les yeux d’Alisa étaient comme ceux de la mer et son caractère enjoué unique se démarquait.

Elle avait l’air d’être la plus jeune parmi les elfes noirs réunis ici, mais elle était en fait la plus âgée. C’était la voix qui avait dérangé Théodore en premier.

«Tu ne peux pas. Si nous t’envoyons, toute l’admiration qu’ils ont pour les elfes et les hauts-elfes sera écrasée comme des feuilles sèches.»

« Oh, c’est un compliment excessif! »

« Ce n’est pas un compliment! » L’elfe avec la voix fâchée frappa la table. Avec sa peau sombre et ses cheveux argentés, l’elfe ressemblait à une espèce qui était déjà éteinte sur le continent, tandis que les larges épaules et le corps  intimidant indiquaient qu’il était un homme.

Alucard, l’elfe noir qui ressemblait plus à la lune qu’au soleil, parla d’un ton nerveux: «Tu es indigne d’être la plus vieille. Pourquoi agis-tu davantage comme une enfant à mesure que les années passent?»

« Le cœur d’un enfant n’est-il pas précieux? »

« Va te faire foutre! » À la fin, une malédiction vulgaire émergea de la bouche du haut elfe.

Les querelles auraient continué, mais un autre haut-elfe intervint.

C’était une femme impressionnante avec des cheveux bruns et des yeux doux, comme ceux d’un herbivore. «Vous vous calmez tous les deux. Est-ce que cela vaut la peine de se chamailler? Nous devrions parler des invités qui ont parcouru un long chemin et des problèmes qui ont surgi récemment. »

« …Je comprends. »

« Désolé, désolée. » La réponse d’Alisa était toujours amusante, mais elle ferma finalement la bouche. Au moins, elle n’interférerait pas avec la réunion.

Puis, avec un timing parfait, Ellenoa parla les yeux fermés alors que la moitié de sa conscience était toujours avec son clone. « …Je suis arrivé. Je vais les guider vers leurs quartiers et ensuite envoyer Edwin à son emplacement d’origine. Je vais appeler quelques personnes pour agir comme guides. Qu’est-ce que vous en pensez?»

« Je suis d’accord. »

« Je suis aussi d’accord. »

« Moi aussi! »

Il manquait une voix, alors ils regardèrent naturellement vers sa direction.

Cheveux touffus et yeux mi-ouverts, somnolents, le haut elfe les fixa avant de murmurer à voix basse, comme s’il se parlait à lui-même: «… D’ac… cord.»

C’était une décision unanime. Ellenoa se concentra sur son clone afin de conduire la délégation dans ses logements et d’appeler quelques elfes. Elle était toujours inexpérimentée avec Ratatoskr, elle ne pouvait donc pas manipuler le clone tout en faisant attention à son corps en même temps.

Ensuite, le reste des hauts elfes passèrent naturellement à l’ordre du jour suivant.

«Ce qui suit est une suggestion des dryads. De nos jours, de nombreuses créatures endommagent les arbres dans la partie orientale de la forêt. Elles veulent savoir si on pouvait réduire le nombre de créatures. Qu’est-ce que vous en pensez?»

«Hmm, les dryads. Ne sont-elles pas protégés en raison d’un contrat avec les ents? N’est-ce pas suffisant pour les protéger?»

(Tl: je ne connaissais pas cette race, alors https://fr.wikipedia.org/wiki/Ent)

Alucard fut le premier à soulever des objections. Les dryades étaient un type d’espèce féerique qui parasitaient les arbres. Elles avaient la capacité de tromper et de chasser ceux qui endommageaient les forêts. Elles avaient donc entretenu une relation amicale avec les arbres  qui se déplaçait, les ents, afin de protéger leurs corps physiquement vulnérables.

Les ents nés dans la Grande Forêt avaient une vitalité plusieurs fois supérieure à ceux des autres régions. Ainsi, même les créatures les plus puissantes évitaient de se battre avec elles.

Cependant, l’expression de Lumia s’assombrit et elle secoua la tête. «Les dégâts sont encore trop importants. Deux ents de la région Est ont déjà été brûlés, il est donc possible qu’une créature de haut rang utilise le feu.»

« …Je suis d’accord. C’est suffisant pour envoyer un gardien.»

« Edwin a besoin de repos, alors choisis-en un autre! »

«… Une… personne… d’accord…»

Si possible, ils demandaient une décision unanime, mais si cela n’était pas possible, ils décidaient d’utiliser la majorité.

Ellenoa ne pouvait pas prendre la parole lors de cette réunion, mais les quatre hauts-elfes, y compris Lumia, avaient accepté. Ils avaient décidé d’envoyer un gardien dans la forêt orientale, car un maître serait en mesure de résoudre les problèmes les plus graves.

L’ordre du jour suivant concernait des espèces qui causaient des maux de tête.

«Le chef de la tribu des Lions de pierre, Orlando, est venu. Il dit qu’une personne suspecte est récemment apparue dans sa région. Je n’ai trouvé aucun signe de cela, et c’est peut-être une farce des fées. Alors, il est venu faire une demande.»

« La tribu des Lions de pierre, quelle personne stupide. »

Alisa répondit à l’ordre du jour d’une voix froide: «Cet idiot qui tuerait une personne et qui dirait ensuite qu’il est tombé? N’y faites pas attention.»

« Juger avec des sentiments personnels n’est pas une bonne habitude», dit Alucard avec irritation, mais il en avait aussi marre de traiter avec le chef de tribu ignorant. Si Orlando ne représentait pas les bêtes de la Grande Forêt, il aurait été expulsé plus tôt.

«… Mettez-le en attente. Je vais envoyer quelques enquêteurs, et s’ils ne peuvent trouver aucune trace, il sera renvoyé.»

« Che, on a pas vraiment le choix.»

« …d’ac….cord. »

« Ensuite, je vais envoyer une équipe d’enquête. »

La conclusion du troisième ordre du jour créa une atmosphère rigide. Les quatre hauts elfes soupirèrent un instant et attendirent les prochains mots d’Ellenoa. Ils ne pouvaient pas s’empêcher de se sentir curieux à propos des invités qui venaient d’arriver.

À ce moment, il y eut un éclair dans la tête d’Alisa qui cria: «—Ah!»

Les trois autres personnes étaient  surprises et voulurent lui demander ce qui s’était passé.

« Attends! Cela me rappelle que le chef de la tribu des Lions de pierre est là bas!»

« Là bas…? »

« Hein? »

Contrairement à Lumia qui était encore confus, Alucard retint son souffle.

Le chef idiot qui aimait parler avec la force… Orlando de la tribu des Lions de pierre séjournait dans la zone offerte à la délégation de Meltor. Pendant le temps de la chasse aux esclaves, les membres des clans des bêtes étaient également vendus à un prix élevé par les humains.

Quand il pensait au tempérament d’Orlando, «ça» arriverait certainement.

« Ah non. Ellenoa, guidez-les vers un endroit différent maintenant… »

« – Je suis désolé.» À ce moment, Ellenoa s’exprima avec une expression résignée: « Ils se sont déjà rencontrés. »

* * *

Les membres des clans des bêtes, également connus sous le nom de hommes-bêtes,  naissaient avec deux avantages. Ils avaient l’intelligence des humanoïdes et la nature violente des bêtes. Leur prospérité était basée sur leur capacité à chasser les animaux et les créatures sauvages, ainsi que sur leur intelligence à construire une civilisation développée. Au moins, ils le pensaient.

Cependant, leur fierté avait été brisée par le développement des humains. La magie et l’aura avaient submergé les clans des bêtes, qui comptaient sur leurs capacités naturelles depuis des générations. Ils s’étaient enivrés de leurs pouvoir et avaient ignoré le développement de leur civilisation, ce qui les avait conduits à devoir finalement fuir les humains.

Les loups-garous, qui faisait trembler de nombreux villageois dans la peur, étaient tués par les épées des chevaliers, tandis que les ours qui recevaient un tribut en tant que maître des montagnes étaient incendiés par les flammes du magicien.

Les clans des bêtes avaient alors réalisé qu’ils n’étaient plus les plus forts et ils s’étaient échappés jusqu’aux extrémités du continent. Ils s’étaient cachés dans la Grande Forêt qui était hors de portée des humains. Cela faisait déjà plus de cent ans qu’ils avaient fui.

À mesure que les nouvelles générations grandissaient, la peur dans leur sang se dissipait et se transformait en colère. Oui, comme maintenant.

«Hé, bâtards! Viens et explique!»

Le cri était si fort que certains elfes se couvrirent les oreilles avec une expression douloureuse. Il s’agissait d’un homme au corps extraordinaire qui mesurait deux mètres et avait des traits inhabituels. Il s’avança soudainement et cria brutalement au groupe: «Pourquoi avez-vous amené des humains dans cette forêt?! Avez-vous oublié comment les humains nous ont persécutés? Ou avez-vous été trompé par leur langue sournoise?»

Ellenoa ne pouvait plus supporter ça et éleva la voix, [Eloignez-vous tout de suite, chef Orlando. Les personnes auxquelles vous manquez de respect ne sont pas des « humains » mais des invités d’Elvenheim.]

« Ne me commandez pas! » Les muscles sous la peau cicatrisée d’Orlando gonflèrent de manière menaçante. Orlando n’avait pas pratiqué l’aura, mais il émettait une pression intimidante en montrant ses dents au groupe. Malheureusement, les personnes qu’il affrontait étaient plus fortes que lui.

Le Maître de la Tour Blanche, debout à côté de Théodore, murmura doucement: «Un membre des clans des bêtes, quelle présence rare. Selon vous, quel est le meilleur moyen de résoudre ce problème?»

« … Ce n’est pas une atmosphère modérée, n’est-ce pas? »

Orlando était audacieux. L’homme dont les cheveux ressemblaient à la crinière d’un lion ne baisserait pas facilement la tête. Le fait qu’il hurlait contre un haut elfe à Elvenheim le prouvait. Alors que la voix d’Ellenoa devenait de plus en plus froide, Orlando pointa ses griffes acérées vers l’humain le plus proche, Theodore.

«Vous traitez les humains mieux que le chef de la tribu des Lions de pierre! Pourquoi avez-vous donné la salle VIP à ce gars? Je ne quitterai cet endroit que s’il prouve force!»

[Chef Orlando, si vous continuez comme ça…]

Alors qu’Ellenoa haussait les sourcils, Theodore s’avança avec un ricanement.

Théo n’avait pas peur de la pression venant du corps de deux mètres de haut. Comparé à la pression de Veronica, c’était juste au niveau de la brise. Il était presque embarrassant de le comparer à l’intention meurtrière de l’un des Sept épéistes Impérial, Lloyd Pollan.

Théodore regarda dans les yeux de la bête et ouvrit la bouche pour dire, « Alors quelles sont vos qualifications? »

Chapitre précédent ||Chapitre suivant