Chapitre 103 – Invités exotiques (1)

Paradmin

Chapitre 103 – Invités exotiques (1)

Au centre du royaume des elfes, Elvenheim, se trouvait un arbre géant qui s’étendait dans les nuages. Dernier arbre du monde d’une époque où le pouvoir des mythes était presque perdu, Yggdrasil était l’identité du grand arbre.

Il y a 300 ans, les quatre hauts elfes avaient rassemblé toutes leurs forces pour créer cet arbre du monde, qui était encore un «bébé prématuré». Les humains ordinaires cesseraient de respirer dès qu’ils se rapprocheraient et même les plus grands magiciens étaient à peine capables de résister à la pression du mana. Pourtant, il ne s’agissait que d’un dixième de l’arbre du monde originel du monde primordial.

Néanmoins, il y avait une zone entourée d’un brouillard de mana difficile d’accès, même pour les elfes. C’était un endroit où seuls les jardiniers de l’arbre du monde, les hauts elfes avec le sang d’Arv, pouvaient accéder.

C’était l’endroit le plus secret d’Elvenheim, situé au sommet des racines de l’arbre du monde. Il n’y avait pas beaucoup d’elfes qui ne le connaissait pas, mais c’était un tabou d’en parler. C’était un bâtiment en bois appelé «Cœur de la forêt».

«Ils sont déjà arrivés? Ahh, j’aurais dû aller à leur rencontre!» Alisa, la haute elfe aux cheveux blonds clairs comme le soleil, s’écria. Les yeux d’Alisa étaient comme ceux de la mer et son caractère enjoué unique se démarquait.

Elle avait l’air d’être la plus jeune parmi les elfes noirs réunis ici, mais elle était en fait la plus âgée. C’était la voix qui avait dérangé Théodore en premier.

«Tu ne peux pas. Si nous t’envoyons, toute l’admiration qu’ils ont pour les elfes et les hauts-elfes sera écrasée comme des feuilles sèches.»

« Oh, c’est un compliment excessif! »

« Ce n’est pas un compliment! » L’elfe avec la voix fâchée frappa la table. Avec sa peau sombre et ses cheveux argentés, l’elfe ressemblait à une espèce qui était déjà éteinte sur le continent, tandis que les larges épaules et le corps  intimidant indiquaient qu’il était un homme.

Alucard, l’elfe noir qui ressemblait plus à la lune qu’au soleil, parla d’un ton nerveux: «Tu es indigne d’être la plus vieille. Pourquoi agis-tu davantage comme une enfant à mesure que les années passent?»

« Le cœur d’un enfant n’est-il pas précieux? »

« Va te faire foutre! » À la fin, une malédiction vulgaire émergea de la bouche du haut elfe.

Les querelles auraient continué, mais un autre haut-elfe intervint.

C’était une femme impressionnante avec des cheveux bruns et des yeux doux, comme ceux d’un herbivore. «Vous vous calmez tous les deux. Est-ce que cela vaut la peine de se chamailler? Nous devrions parler des invités qui ont parcouru un long chemin et des problèmes qui ont surgi récemment. »

« …Je comprends. »

« Désolé, désolée. » La réponse d’Alisa était toujours amusante, mais elle ferma finalement la bouche. Au moins, elle n’interférerait pas avec la réunion.

Puis, avec un timing parfait, Ellenoa parla les yeux fermés alors que la moitié de sa conscience était toujours avec son clone. « …Je suis arrivé. Je vais les guider vers leurs quartiers et ensuite envoyer Edwin à son emplacement d’origine. Je vais appeler quelques personnes pour agir comme guides. Qu’est-ce que vous en pensez?»

« Je suis d’accord. »

« Je suis aussi d’accord. »

« Moi aussi! »

Il manquait une voix, alors ils regardèrent naturellement vers sa direction.

Cheveux touffus et yeux mi-ouverts, somnolents, le haut elfe les fixa avant de murmurer à voix basse, comme s’il se parlait à lui-même: «… D’ac… cord.»

C’était une décision unanime. Ellenoa se concentra sur son clone afin de conduire la délégation dans ses logements et d’appeler quelques elfes. Elle était toujours inexpérimentée avec Ratatoskr, elle ne pouvait donc pas manipuler le clone tout en faisant attention à son corps en même temps.

Ensuite, le reste des hauts elfes passèrent naturellement à l’ordre du jour suivant.

«Ce qui suit est une suggestion des dryads. De nos jours, de nombreuses créatures endommagent les arbres dans la partie orientale de la forêt. Elles veulent savoir si on pouvait réduire le nombre de créatures. Qu’est-ce que vous en pensez?»

«Hmm, les dryads. Ne sont-elles pas protégés en raison d’un contrat avec les ents? N’est-ce pas suffisant pour les protéger?»

(Tl: je ne connaissais pas cette race, alors https://fr.wikipedia.org/wiki/Ent)

Alucard fut le premier à soulever des objections. Les dryades étaient un type d’espèce féerique qui parasitaient les arbres. Elles avaient la capacité de tromper et de chasser ceux qui endommageaient les forêts. Elles avaient donc entretenu une relation amicale avec les arbres  qui se déplaçait, les ents, afin de protéger leurs corps physiquement vulnérables.

Les ents nés dans la Grande Forêt avaient une vitalité plusieurs fois supérieure à ceux des autres régions. Ainsi, même les créatures les plus puissantes évitaient de se battre avec elles.

Cependant, l’expression de Lumia s’assombrit et elle secoua la tête. «Les dégâts sont encore trop importants. Deux ents de la région Est ont déjà été brûlés, il est donc possible qu’une créature de haut rang utilise le feu.»

« …Je suis d’accord. C’est suffisant pour envoyer un gardien.»

« Edwin a besoin de repos, alors choisis-en un autre! »

«… Une… personne… d’accord…»

Si possible, ils demandaient une décision unanime, mais si cela n’était pas possible, ils décidaient d’utiliser la majorité.

Ellenoa ne pouvait pas prendre la parole lors de cette réunion, mais les quatre hauts-elfes, y compris Lumia, avaient accepté. Ils avaient décidé d’envoyer un gardien dans la forêt orientale, car un maître serait en mesure de résoudre les problèmes les plus graves.

L’ordre du jour suivant concernait des espèces qui causaient des maux de tête.

«Le chef de la tribu des Lions de pierre, Orlando, est venu. Il dit qu’une personne suspecte est récemment apparue dans sa région. Je n’ai trouvé aucun signe de cela, et c’est peut-être une farce des fées. Alors, il est venu faire une demande.»

« La tribu des Lions de pierre, quelle personne stupide. »

Alisa répondit à l’ordre du jour d’une voix froide: «Cet idiot qui tuerait une personne et qui dirait ensuite qu’il est tombé? N’y faites pas attention.»

« Juger avec des sentiments personnels n’est pas une bonne habitude», dit Alucard avec irritation, mais il en avait aussi marre de traiter avec le chef de tribu ignorant. Si Orlando ne représentait pas les bêtes de la Grande Forêt, il aurait été expulsé plus tôt.

«… Mettez-le en attente. Je vais envoyer quelques enquêteurs, et s’ils ne peuvent trouver aucune trace, il sera renvoyé.»

« Che, on a pas vraiment le choix.»

« …d’ac….cord. »

« Ensuite, je vais envoyer une équipe d’enquête. »

La conclusion du troisième ordre du jour créa une atmosphère rigide. Les quatre hauts elfes soupirèrent un instant et attendirent les prochains mots d’Ellenoa. Ils ne pouvaient pas s’empêcher de se sentir curieux à propos des invités qui venaient d’arriver.

À ce moment, il y eut un éclair dans la tête d’Alisa qui cria: «—Ah!»

Les trois autres personnes étaient  surprises et voulurent lui demander ce qui s’était passé.

« Attends! Cela me rappelle que le chef de la tribu des Lions de pierre est là bas!»

« Là bas…? »

« Hein? »

Contrairement à Lumia qui était encore confus, Alucard retint son souffle.

Le chef idiot qui aimait parler avec la force… Orlando de la tribu des Lions de pierre séjournait dans la zone offerte à la délégation de Meltor. Pendant le temps de la chasse aux esclaves, les membres des clans des bêtes étaient également vendus à un prix élevé par les humains.

Quand il pensait au tempérament d’Orlando, «ça» arriverait certainement.

« Ah non. Ellenoa, guidez-les vers un endroit différent maintenant… »

« – Je suis désolé.» À ce moment, Ellenoa s’exprima avec une expression résignée: « Ils se sont déjà rencontrés. »

* * *

Les membres des clans des bêtes, également connus sous le nom de hommes-bêtes,  naissaient avec deux avantages. Ils avaient l’intelligence des humanoïdes et la nature violente des bêtes. Leur prospérité était basée sur leur capacité à chasser les animaux et les créatures sauvages, ainsi que sur leur intelligence à construire une civilisation développée. Au moins, ils le pensaient.

Cependant, leur fierté avait été brisée par le développement des humains. La magie et l’aura avaient submergé les clans des bêtes, qui comptaient sur leurs capacités naturelles depuis des générations. Ils s’étaient enivrés de leurs pouvoir et avaient ignoré le développement de leur civilisation, ce qui les avait conduits à devoir finalement fuir les humains.

Les loups-garous, qui faisait trembler de nombreux villageois dans la peur, étaient tués par les épées des chevaliers, tandis que les ours qui recevaient un tribut en tant que maître des montagnes étaient incendiés par les flammes du magicien.

Les clans des bêtes avaient alors réalisé qu’ils n’étaient plus les plus forts et ils s’étaient échappés jusqu’aux extrémités du continent. Ils s’étaient cachés dans la Grande Forêt qui était hors de portée des humains. Cela faisait déjà plus de cent ans qu’ils avaient fui.

À mesure que les nouvelles générations grandissaient, la peur dans leur sang se dissipait et se transformait en colère. Oui, comme maintenant.

«Hé, bâtards! Viens et explique!»

Le cri était si fort que certains elfes se couvrirent les oreilles avec une expression douloureuse. Il s’agissait d’un homme au corps extraordinaire qui mesurait deux mètres et avait des traits inhabituels. Il s’avança soudainement et cria brutalement au groupe: «Pourquoi avez-vous amené des humains dans cette forêt?! Avez-vous oublié comment les humains nous ont persécutés? Ou avez-vous été trompé par leur langue sournoise?»

Ellenoa ne pouvait plus supporter ça et éleva la voix, [Eloignez-vous tout de suite, chef Orlando. Les personnes auxquelles vous manquez de respect ne sont pas des « humains » mais des invités d’Elvenheim.]

« Ne me commandez pas! » Les muscles sous la peau cicatrisée d’Orlando gonflèrent de manière menaçante. Orlando n’avait pas pratiqué l’aura, mais il émettait une pression intimidante en montrant ses dents au groupe. Malheureusement, les personnes qu’il affrontait étaient plus fortes que lui.

Le Maître de la Tour Blanche, debout à côté de Théodore, murmura doucement: «Un membre des clans des bêtes, quelle présence rare. Selon vous, quel est le meilleur moyen de résoudre ce problème?»

« … Ce n’est pas une atmosphère modérée, n’est-ce pas? »

Orlando était audacieux. L’homme dont les cheveux ressemblaient à la crinière d’un lion ne baisserait pas facilement la tête. Le fait qu’il hurlait contre un haut elfe à Elvenheim le prouvait. Alors que la voix d’Ellenoa devenait de plus en plus froide, Orlando pointa ses griffes acérées vers l’humain le plus proche, Theodore.

«Vous traitez les humains mieux que le chef de la tribu des Lions de pierre! Pourquoi avez-vous donné la salle VIP à ce gars? Je ne quitterai cet endroit que s’il prouve force!»

[Chef Orlando, si vous continuez comme ça…]

Alors qu’Ellenoa haussait les sourcils, Theodore s’avança avec un ricanement.

Théo n’avait pas peur de la pression venant du corps de deux mètres de haut. Comparé à la pression de Veronica, c’était juste au niveau de la brise. Il était presque embarrassant de le comparer à l’intention meurtrière de l’un des Sept épéistes Impérial, Lloyd Pollan.

Théodore regarda dans les yeux de la bête et ouvrit la bouche pour dire, « Alors quelles sont vos qualifications? »

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

1 commentaire pour l’instant

MehlrothPublié le1:01 - Avr 6, 2019

Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :