Chapitre 105 – Invités exotiques (3)

Paradmin

Chapitre 105 – Invités exotiques (3)

 

Pendant les jours qui ont suivi, le groupe s’est dispersé autour de la paisible ville elfe. Certains sont allés dans la forêt pour collecter des échantillons de sol et de végétation, tandis que d’autres collectaient des échantillons de cours d’eau ou de lacs.

Pendant ce temps, quelques personnes restèrent pour écouter les histoires des elfes de la ville. À l’heure actuelle, il était difficile de trouver des elfes dans le monde humain. Ainsi, Elvenheim  lui-même débordait de nombreuses choses intéressantes à étudier.

Il n’y avait que deux personnes qui ne bougeaient pas de leur chambre. Ils étaient les représentants de Meltor, le maître de la tour blanche Orta et Theodore Miller.

‘Est-ce qu’aujourd’hui est déjà le quatrième jour?’

Peut-être était-ce parce qu’ils étaient arrivés trop tôt, mais Elvenheim n’était pas prêt à les rencontrer. Les elfes enverraient un guide quand ils seraient prêts. La délégation devait donc attendre. De plus, le sens du temps des elfes était plusieurs fois plus lent que celui des humains.

Théo regarda la forêt à l’extérieur de sa fenêtre et murmura le nom du grimoire de rang légende, « … Laevateinn »

C’était un grimoire de feux qui avait mis fin à l’ère de la mythologie des milliers d’années auparavant. Selon Gluttony, le feu avait brûlé l’arbre du monde qui poussait au-dessus des nuages ​​et avait détruit les Arv. Si cela était vrai, ‘Laevateinn’ ressemblait presque à un désastre pour les elfes, et cela toucherait certainement Elvenheim.

«Quoi qu’il arrive, ça ne se terminera pas modérément.»

Le grimoire visait l’arbre du monde. Ce n’était pas une situation où ils pourraient parler de coexistence. Les deux camps se battraient jusqu’à ce que l’un d’eux soit complètement détruit. Théodore était déterminé à conserver sa force jusqu’à l’apparition des signes de la bataille. Il n’y avait rien de plus idiot que de consommer de l’énergie et de ne pas pouvoir l’utiliser à des moments importants.

En ce moment, quelqu’un frappa à sa porte. « Excuses-moi. Théodore, es-tu dans la chambre?»

« Oui. »

Theo ouvrit la porte et un elfe s’inclina poliment en guise de salutation. Selon ses accessoires et ses vêtements, l’elfe semblait être à un rang élevé. L’elfe entre deux âges se proclamait guide de Théo et la nouvelle attendue par la délégation depuis quelques jours était enfin arrivée.

«S’il te plaît, dis-moi quand tu seras prêt. Les danseurs parents t’ont appelé.»

* * *

Les membres de la délégation qui s’étaient dispersés un peu partout se sont immédiatement rassemblés. Naturellement, ils avaient beaucoup de questions, mais ils hésitaient à demander au guide au cas où ils seraient considérés comme impolis. Pendant de telles périodes, le chef de délégation avait pour rôle de faire un pas en avant et de résoudre les problèmes.

Alors, Théodore demanda au guide qui les dirigeait: « Est-ce que nous devons simplement continuer à marcher comme ça? »

« Oui c’est vrai. »

« La destination est à des dizaines de kilomètres d’ici? »

« Oui c’est correct. »

Il y avait des points d’interrogation au-dessus des têtes des membres de la délégation qui avaient entendu les réponses. Pourquoi le nombre de questions avait-t-il augmenté au lieu de se réduire? De plus, les invités allaient devoir parcourir des dizaines de kilomètres…?

Cependant, lorsque le guide vit leurs expressions perplexes, sa seule réponse était un sourire significatif. Ainsi, ils marchèrent 10 minutes sans rien savoir. Théodore et Orta étaient à quelques pas en avant du reste quand le guide s’arrêta soudainement.

Devant eux, il y avait un trou assez large, suffisant pour que quelqu’un entre sans se baisser. Curieusement, l’intérieur était si sombre que même le soleil ne l’exposait pas.

À ce moment-là, Orta murmura d’une voix admirative: «Porte spatiale…! C’est un artefact d’une époque révolue, donc je n’avais jamais pensé en voir un.»

« Maître de la tour blanche? »

Il n’écouta pas celui qui l’appelait et il toucha soigneusement le trou. La réaction d’Orta semblait presque être passionnée. D’après son nom, la porte spatiale semblait être connectée à un lieu. Après avoir touché le trou, Orta y entra précipitamment et sa robe blanche disparut dans les ténèbres.

« Maître de tour ! »

« Incroyable…! »

« Ohh …! »

Les sentiments du groupe pourraient être largement divisés en trois émotions: l’étonnement; l’admiration et la peur.

‘Aha, alors c’est comme ça.’ Théodore était dans la catégorie de l’admiration car il suivait Orta sans hésiter.

Le trou était relié à un autre espace et dès que Théo y entra, il ressentit un vertige particulier. C’était une sensation d’inconfort semblable au mal des transports causé par les voitures bon marché de Bergen.

Heureusement, le malaise s’estompa dès qu’il franchit l’étape suivante.

« …Cet endroit. »

Il y avait l’arôme unique du bois, la sensation rafraîchissante de l’air pur et le flux écrasant du mana. Comme Edwin l’avait dit, un magicien, qui n’avait pas au moins cinq cercles, perdrait le contrôle de son pouvoir magique ici.

Cependant, cela n’avait pas grand chose à voir avec Théodore qui avait déjà atteint les limites du 5ème cercle. Il calma le flux de mana avec une expression indifférente.

Ce n’est qu’à ce moment-là qu’il les vit. Quatre hauts-elfes étaient assis autour d’une table et l’attendaient.

« Ellenoa. »

« Bienvenue, Théodore. »

Tandis que Théo saluait Ellenoa, le reste de la délégation traversa le trou à son tour. C’était une situation où ils ne pouvaient pas parler en privé jusqu’à ce que toutes les formalités soient terminées. La délégation fronça les sourcils devant l’inconfort du mouvement spatial, mais resta bouche bée. C’était parce qu’ils rencontraient les légendes du monde, les hauts elfes.

Alucard, un elfe noir à la peau foncée impressionnante, se leva et accueillit les invités. «Invités du royaume magique de Meltor! Nous, Elvenheim, vous souhaitons la bienvenue, vous qui avez parcouru un long chemin. Après cette réunion d’aujourd’hui, j’espère que nous ne serons pas seulement des voisins mais aussi des amis.»

«Merci pour vos paroles aimables, descendants des Arv. Nous suivrons les lois de la forêt tout en restant ici, et nous espérons que nous serons de bons amis et des voisins inséparables. « 

C’étaient des mots rituels. Le maître de la tour blanche répondit habilement au message d’accueil désuet d’Alucard. Alucard se rassit comme si la réponse était satisfaisante. Théodore et Orta étaient assis relativement près des hauts elfes, les autres étaient espacés.

La discussion commença sérieusement peu de temps après.

« Tout d’abord, je voudrais parler de produits commerciaux. »

Les alchimistes de la tour jaune étaient excellents, mais ils ne pouvaient pas reproduire les produits spéciaux créés à partir des sous-produits d’Yggdrasil. Cependant, Elvenheim n’avait traditionnellement échangé qu’un petit volume avec d’autres pays. Il n’y avait jamais eu d’exception à cette politique, mais aujourd’hui, c’était différent.

Alucard hocha la tête puisqu’ils s’étaient déjà consultés à l’avance.

«Nous ressentons la même chose. Les artefacts fabriqués par Meltor sont utiles à Elvenheim. Si vous augmentez ce nombre, nous ferons preuve de la même gentillesse. »

« Si possible, j’aimerais augmenter la quantité de matières premières pour les médicaments et… »

« Que pensez-vous de tripler le montant existant? »

« Merveilleux. »

En effet, le maître de la tour blanche avait engagé les négociations avec la connaissance et l’éloquence diplomatiques que Théo n’avait pas. Il était impossible pour Théo, qui n’aimait pas vraiment être social, de négocier le contrat existant et ses détails avec le partenaire commercial. Pour cette mission, il était plus juste de dire que Kurt III avait envoyé Théo en tant que diplomate.

En attendant, Théodore ressentit une étrange incongruité.

‘Ah, c’est ça.’

Il manquait un haut-elfe. La voix du bavard à Ratatoskr n’était pas présente. Elle était l’elfe qui était curieuse de la relation entre Théo et Ellenoa.

Bien que Théo se demandait pourquoi elle avait disparu, la réunion entre les deux pays s’était déroulée sans heurts. Meltor ne voulait pas perdre cette occasion de se rapprocher d’Elvenheim, et Elvenheim était prêt à donner un peu. Pour cette raison, la conversation s’était bien déroulée.

« Donc, si nous ne nous concentrons pas sur un domaine et que nous coupons à la périphérie, est ce que ça ira?»

« C’est bien tant que l’équilibre de la forêt n’est pas perturbé.»

« Je comprends. Je vous le dirais avant de procéder à tout travail d’exploitation du bois. Dans le cas des fruits et de la récolte, le rapport sera divisé en 5: 5.»

Une fois que la décision sur l’exploitation forestière, qui était un tabou implicite, était terminée, l’air dans la salle de réunion se détendit. À présent, il ne restait que les affaires de non-agression mutuelle et de soutien militaire d’urgence. Ce n’étaient pas des questions qui pourraient être déterminées en un ou deux jours. Ainsi, en tant que représentants des deux pays, Orta et Alucard étaient tous deux satisfaits de leurs progrès actuels dans les négociations.

Cependant, au moment où ils allaient passer au banquet…

Pajik… pajijijik…

Les hauts elfes avaient une audition plus sensible que les humains, ils avaient donc été les premiers à remarquer le bruit. Ils se raidirent et levèrent les yeux vers le haut, tandis que l’air au-dessus de la table commençait à vaciller. Puis une onde de lumière apparut de quelque part.

Alucard était confus alors qu’il s’écriait: «Cette route… c’est la reine des dryades! Qu’est-ce qui se passe tout d’un coup? Vous accédez à Ratatoskr sans notre permission!»

Le paysage était devenu rouge et des cris retentissaient au loin. Théodore ne put s’empêcher de déglutir en entendant les bruits.

Peu de temps après qu’Alucard eut fini de parler, la voix angoissée de quelqu’un s’exprima: [Ah, pardonnez-moi! Mais mais!]

«Explique ce qui s’est passé! Je vais enquêter sur ton erreur après ça!» Aux mots de l’elfe noir, une image dans l’air changea. La vue tourna lentement pour révéler une terrible scène rouge. Les dryades et les ents criaient comme des mandragores pendants qu’ils étaient avalés par les flammes. Au-delà, se trouvait la source de la tragédie.

«Un géant…de feu?» Murmura quelqu’un en voyant un géant brûler la forêt.

Des flammes recouvraient le sol chaque fois qu’il faisait un pas et son épée de feu brûlait les ents et les dryades comme s’il s’agissait de feuilles pourries. La scène où ses pieds transformaient le sol en magma était comme un cauchemar en soi.

‘…Ce mec.’

Les yeux de Théodore brillaient alors que le Maître de la Tour Blanche restait sans voix.

Selon Gluttony, Laevateinn était un grimoire de type manœuvre autonome, et le géant de feu en était la deuxième forme. Si deux autres sceaux étaient relâchés, cela deviendrait un monstre de niveau maître qu’ils ne pourraient pas se permettre d’affronter.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

1 commentaire pour l’instant

MehlrothPublié le12:00 - Avr 11, 2019

Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :