Chapitre 128 – La vente aux enchères souterraine de Kargas (1)

Paradmin

Chapitre 128 – La vente aux enchères souterraine de Kargas (1)

 

Sur le continent central, le coucher du soleil avait une ou deux heures de retard sur le sud et le nord, où le soleil commençait à se coucher à 6 heures du soir.

Pour cette raison, les nuits animées de Kargas étaient courtes mais intenses. Personne ne pouvait nier que de telles conditions géographiques avaient contribué à l’essor du royaume du commerce. C’était une joie sincère quand le soleil brillait, et une fois la lune apparue, il y avait plus de divertissement que n’importe quel autre pays.

Le royaume commercial de Kargas était ce type de pays bilatéral. Tout comme la longueur des ombres derrière la lumière rayonnante, les désirs subtils des gens se rassemblaient dans les ruelles de la ville animée.

Le climat de la grande ville frontalière de Sipoto, où passait une grande partie de la population, ne faisait pas exception. Non, en fait, la nuit prospéraient proportionnellement au nombre d’étrangers. Ceux qui n’avaient pas installé de panneaux pendant la journée se mettaient à crier dans toute la ville dès le coucher du soleil.

Ensuite, il y avait ceux qui faisaient des sourires séduisants et des gestes suggestifs à ceux qui passaient.

«Le beau garçon là-bas! C’est une chance d’obtenir une fille chaude du sud pour seulement 1 pièce d’or! »

«Hé, pourquoi tu vas là bas? Notre magasin regorge de belles filles du nord! Le meilleur service! »

Il y avait ceux qui visaient l’écart entre cela.

«Une magnifique beauté demi-elfe attend le maître de ce soir! Seuls les quatre premiers seront acceptés! C’est cinq pièces d’or pour une heure!»

« Hey! Quel humain honteux! »

«N’est-ce pas pièces d’or pendant une heure, au lieu de toute la nuit? Arrêtez de dire des bêtises! »

Bien sûr, parfois il y avait un peu de bruit. Cependant, les habitants de Sipoto souriaient au lieu de froncer les sourcils, preuve qu’un tel tumulte n’était pas nouveau. Il n’était pas rare que des ivrognes heurtent une brique dans les ruelles ou que des voleurs à la tire se déplacent parmi la foule. En d’autres termes, c’était le chaos d’une rue principale.

Cependant, l’atmosphère du marché de nuit était un peu différente ce soir.

Ching! Ching! Ching!

Plusieurs chevaliers lourdement armés défilaient dans la foule avec des bruits forts. Un vieil homme dans une tenue inhabituelle les suivaient tranquillement. Les chevaliers, qui avaient des compétences considérables, l’escortaient. Puis, alors que toute la zone se taisait, c’était comme si un seigneur faisait son apparition.

Mais ce n’était pas seulement ça.

«Faites place! L’agent de la société Orcus arrive! »

Il y avait une calèche tirée par des chevaux qui se déplaçait sur la route, créant un chemin à travers les citoyens avec des cris bruyants.

Sur un côté de la voiture somptueuse, il y avait un drapeau d’un faucon qui symbolisait la société Orcus. Ils étaient considérés comme l’une des trois premières entreprises du continent central! Il a également été dit que le pouvoir de l’argent que l’entreprise pouvait utiliser était équivalent à celui de la royauté. Même les gardes n’osaient pas les retenir, donc l’autorité qu’ils avaient était évidente.

De plus, un certain nombre d’autres gros bonnets étaient apparus dans toute la ville. Un riche exilé du royaume d’Austen, un chef mercenaire qui dirigeait des mercenaires de rang A, des nobles en visite dans les pays voisins… Ils étaient tous des figures bien connues dans leur domaine.

Ces gens étaient ceux qui avaient parcouru un long chemin pour participer aux enchères souterraines, la spécialité cachée de Kargas.

« Quel spectacle. » Cependant, Théodore les trouvaient ridicul. « Conduire une voiture au milieu de la ville … L’agent d’une entreprise ne devrait pas agir si bêtement. »

« Toux, hmm, toux …! » Quelqu’un commença à tousser aux mots tranchants de Théo. Théodore n’aimait pas la réaction, alors il regarda et demanda: «As-tu peur que quelqu’un écoute? Tu es le directeur de la guilde du renseignement. »

C’est vrai. À l’heure actuelle, le roi des souris, qui était le chef de la succursale de Sipoto, accompagnait Théodore. Cependant, l’apparence de Gibra était différente de ce que Théo avait vu sous terre. Théo ne savait pas quelle méthode était utilisée, mais la taille de Gibra était maintenant similaire à celle de Théodore, tandis que sa couleur de peau était similaire à celle de tout le monde.

Cela semblait être un déguisement impossible parce que Gibra était si unique.

Gibra, l’homme d’âge moyen apparemment ordinaire, répondit d’une voix de reproche: «Employeur, la société Orcus n’est pas seulement un groupe qui gagne de l’argent. Tu dois faire attention à toutes les déclarations que tu fais. »

« Qu’est-ce que ça veut dire? Expliques correctement. »

« Euh … Le coût de l’information est distinct des frais de commission … »

« Dis-moi. » Théodore sourit en jouant avec une pièce d’or. Son attitude faisait croire que l’or n’était qu’un caillou.

Gibra le prit rapidement et après avoir confirmé qu’il s’agissait d’or pur, il décida d’ouvrir la bouche. Cinq pièces d’or avaient déjà été consommées de cette façon, mais Théo n’avait aucune insatisfaction car Gibra avait donné des informations précieuses et stables.

Gibra avait fourni les informations en utilisant une technique d’aura utilisée par les guerriers orientaux. Cela s’appelait Transmission du son.

[Ne réponds pas et écoutes. Cette information n’est pas quelque chose dont je suis sûr. Sinon, cela vaudrait au moins 10 pièces d’or.]

Simultanément, Théodore acquiesça naturellement.

[La société Orcus a été fondée il y a à peine 27 ans, elle est donc encore nouvelle. Elle n’avait pas de solides antécédents ni beaucoup de talents en affaires.]

«……»

[Mais en moins de 30 ans, elle est devenue l’une des trois principales sociétés du continent central. Même s’ils ont eu de la chance, cette croissance dépasse le bon sens. Donc, notre guilde a décidé d’envoyer des élites pour trouver des informations.]

C’était définitivement comme il le disait. Une entreprise commune qui grandit pour devenir l’un des trois premiers du continent central en moins de 30 ans…? C’était impossible à moins que le dieu de la chance soit à leur porte.

Théodore avait pensé à plus de questions après avoir pris connaissance des actions de la guilde du renseignement. Peut-être qu’ils prévoyaient d’étendre leur pouvoir en découvrant le secret de la société Orcus.

Cependant, l’expression de Gibra s’enfonça fortement. [Aucun d’eux n’est revenu. C’étaient des élites qui pouvaient au moins s’échapper même lorsque l’adversaire était un maître, mais aucun n’est revenue. Après cela, nous n’avons accepté aucune demande de la part de la société Orcus.]

« … Avez-vous décidé d’abandonner? »

[Juste l’enquête directe. L’enquête indirecte s’est poursuivie. Et nous réalisons un fait étonnant.]

Théodore ne put s’empêcher de plisser les yeux et réalisa que Gibra transpirait légèrement.

[Tous les gens qui ont persécuté la société Orcus ou qui se sont dressés sur leur chemin sont morts. Ce n’était pas dû aux assassins. Ils sont morts à cause d’une maladie soudaine, d’un accident ou ont été trahis par les gens autour d’eux. En attendant, la société Orcus a facilement obtenu ce qu’elle voulait.]

« Y a-t-il des preuves? »

[Pas du tout. S’il y avait des preuves, resterions-nous silencieux? Ils auraient payé le prix de tous les morts.]

Dans le monde de l’ombre, la fidélité était absolue. Les membres qui ne se sentaient pas loyaux envers leur organisation ne dureraient pas longtemps.

Il y avait différents motifs derrière la fidélité. Logiquement, il ne s’agissait pas de bien et de mal mais de restituer ce qu’ils avaient reçu. La violence aveugle faisait partie de la nature des humains. La guilde du renseignement était relativement modérée, mais elle ne pouvait échapper à ce sentiment.

Cependant, Gibra avait déclaré que les représailles étaient impossibles.

«… la compagnie Orcus, je dois m’en souvenir.»

Cela pourrait être sans fondement, mais Théodore ressentit un étrange sentiment d’anxiété en lui.

Des personnes qui avaient été abandonnées par leur famille et leurs amis, étaient soudainement tombées malades ou avaient rencontré un incident… À première vue, elles ne semblaient pas liées, mais Théodore connaissait une possibilité qui pourrait les lier.

Des milliers de maladies aléatoires, invitant au malheur comme un coup de foudre dans le ciel sec, et déroutant le cœur des autres… ce sont tous des actes que la Société magique avait déclarés tabous.

‘Magie noire.’

Ce système magique avait surtout disparu après que la nécropole des sorciers ait été maîtrisée il y a quelques siècles.

En principe, si Théo soupçonnait des informations sur l’existence possible de la magie noire, il devait en informer la  Société magique et organiser une équipe d’enquête. Cependant, l’actuel Théodore était une personne invisible qui se cachait secrètement dans un pays lointain. Il n’était pas en mesure de communiquer avec une équipe d’enquête ou la Société magique.

Théo ne pouvait qu’espérer que ce sentiment inquiétant ne se réaliserait pas.

* * *

Après l’histoire de Gibra sur la société Orcus, ils traversèrent la ville sans un mot. Certaines personnes avaient ressenti une atmosphère inconfortable et les avaient soigneusement évitées. Le silence contre nature avait continué jusqu’à ce qu’ils atteignent le casino de jeu qui contenait l’une des enchères du nord.

Ce fut lorsque les deux personnes ont approché l’entrée, « Vous êtes ici. » Un homme intercepta leur chemin et les salua avec une attitude polie.

Contrairement à Théodore qui ne savait pas qui était l’homme, Gibra  répondit comme s’il attendait la salutation. « Tu es à l’heure, Akan. »

« Oui, directeur de succursale. »

Puis Gibra se tourna vers Théo et dit: «Je ne t’ai pas encore présenté. Ce gars est Akan, membre de la succursale de Sipoto. »

« Ah oui. »

Indépendamment de savoir s’il savait que Théodore était l’employeur, Akan s’inclina et traita Théo aussi poliment que Gibra.

Akan n’avait même pas l’air d’avoir 30 ans, mais comme il était membre de la guilde du renseignement, il était insensé de trouver son identité avec juste son apparence. La paire était devenue un trio et ils s’étaient approchés du casino.

Puis un gardien de sécurité les avait bloqués tous les trois. « Je suis désolé. Aujourd’hui, nous organisons un événement spécial dans notre casino et n’accepterons pas ceux qui ne sont pas invités. »

Akan s’avança sans aucune hésitation. « Ha, tu sais qui je suis? »

« Hein? Q-que … »

« C’est bon. Je peux dire que tu as une tête vide et je vais devoir te le faire comprendre. »

C’était une fierté qui allait au-delà de l’arrogance! Son apparence poli avait complètement disparu. Il semblait qu’il était en fait un membre important d’une entreprise commerciale. Les gardes étaient devenus nerveux à l’attitude d’Akan, qui se comportait en grand et faisait des mouvements brusques.

Théodore admirait le changement d’Akan, qui semblait être un véritable acteur. « En effet, c’est la guilde du renseignement. »

L’homme appelé «Akan» était un excellent escroc qui pouvait se déguiser et tromper les autres. Si Théodore avait été dans la position de l’agent de sécurité, il aurait certainement été trompé. Le comportement d’Akan était parfait sans aucun défaut.

En peu de temps, Akan avait sorti un objet. C’était l’objet que Théodore lui avait remis à l’avance, la marque de la société Polonell.

«Maintenant, si tu as des yeux, regardes! Oses-tu douter de mes qualifications après avoir vu cela?»

« … La société Polonell? »

« Hah, tu fais une autre erreur. »

« Hein? Erreur?! »Le corps du garde trembla à ces mots. Il était évident qu’il était inquiet.

«Même si tu connais ma position, tu bloques toujours le chemin. Est-ce un défi pour la société Polonell? »

« Ah non! C-ce n’est pas ça! » Le garde avait rapidement bougé en s’inclinant à un angle de 90 degrés. « Je suis désolé! Amusez-vous bien! »

« Tsk, fais attention la prochaine fois. »

« Oui! Je garderai cela à l’esprit! »

Aucune inspection n’avait été effectuée pour Théodore et Gibra, et les deux personnes avaient suivi Akan. Les agents de sécurité à la porte d’entrée avaient vu les souffrances du premier agent de sécurité. Il n’y avait donc plus d’agent de sécurité qui osait les bloquer tous les trois.

Gibra gloussa en franchissant le seuil de la maison d’enchères du nord. Il avait souligné le comportement rigide des gardes et avait dit: «Comment c’était, Employeur? N’était-ce pas amusant?»

« …Certainement. Vous travaillez autant que vous recevez. »

«Huhu, ce n’est pas encore fini. Vous serez beaucoup plus surpris par la fin de l’enchère. » Le visage déguisé de Gibra sourit.

Dans un coin du casino, les trois personnes avaient passé les gardes de sécurité et avaient descendu les escaliers vers le sous-sol.

Il y avait un si vaste espace caché sous le casino que Théodore fit une expression surprise en calculant l’espace souterrain. C’était une zone qui pouvait accueillir confortablement un millier de personnes.

La vue qui dépassait son imagination ne s’arrêta pas là. C’était un endroit spécial dans le royaume de Kargas – une maison de vente aux enchères souterraine. Les trois personnes avaient descendu quelques dizaines de mètres avant que le vrai visage de la maison de vente aux enchères ne soit révélé.

« … Hah. » Théodore fut forcé de se figer en arrivant à l’entrée.

Il ne savait pas que ce type d’espace serait caché dans une ville qui n’était même pas la capitale. « Non, je le savais mais je ne m’en suis pas rendu compte. »

Le voir de ses propres yeux était complètement différent d’entendre les informations de Gibra. Des dizaines de lustres colorés pendaient au plafond, et du sol aux piliers, rien n’était minable. Tout le luxe et la débauche de la ville semblaient y couler.

Le fond de la maison de vente aux enchères était vivant et respirant. Un homme masqué, un homme en robe, une femme en robe, un homme en armure, un homme sirotant un verre de vin…

Un tourbillon de désir humain faisait rage devant le magicien. C’était un désir complètement différent des magiciens qui recherchaient la vérité et les causes de diverses choses.

Un léger vertige jaillit à l’intérieur de Théo.

«Hé, Employeur. Qu’Est-ce qu’il y a? »

« …Ce n’est rien. »

Théodore fit un pas en avant dans sa première expérience avec les désirs humains. Celui qui avait créé une tempête à Meltor entrait maintenant dans ce pays riche.

« Allons-y. »

Le rideau s’était levé sur le premier jour de la vente aux enchères souterraine de Kargas.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

1 commentaire pour l’instant

drakPublié le1:04 - Jan 24, 2020

merci pour les chapitres

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :