Chapitre 63 : La deuxième mission #3

Paradmin

Chapitre 63 : La deuxième mission #3

 

«Tu le connais ? » demanda Vince en remarquant la réaction de Théo.

Théodore hocha la tête inconsciemment. Il se souvenait trop bien de ce visage. En un sens, c’était l’une des personnes qui l’avaient aidé dans cette ville. La personne était le marchand du marché noir qu’il avait visité afin de pouvoir augmenter son énergie magique insuffisante.

Theo se souvint clairement de son nom, « Canis ? »

« …Merci de t’en souvenir, » répondit Canis, le marchand du marché noir, avec une expression résignée. Il avait essayé de se replier sur lui-même, mais il avait été réprimé. Sa discrétion avait été remarquée, et il n’avait même pas pu résister une seule fois. Une seule erreur avait suffi pour le lier au sol.

Vince saisit la situation et demanda : « C’est le marchand du marché noir avec qui tu as traité ? »

« Oui, c’est certain. »

Theo et Vince avaient brièvement parlé du marchand du marché noir. C’était un humain du côté obscur du monde en qui on ne pouvait pas avoir confiance, et ils l’avaient attrapé dans un endroit inattendu. Depuis ce jour-là, Théo n’était plus allé chercher le marchand du marché noir. Il pouvait obtenir des artefacts avec l’aide de Vince, donc il n’y avait aucune raison de prendre le risque.

Canis, qui écoutait tranquillement, interrompit : « Excusez-moi, pouvez-vous me laisser partir ? »

Les deux personnes parlaient, mais la magie qui le liait n’avait pas été levée. Non, le pouvoir continuait d’augmenter, alors la sueur coulait sur le front de Canis. Le pouvoir magique de Théo était devenu plus fort après avoir complété le 5ème Cercle, à tel point qu’il pouvait supprimer certains utilisateurs d’aura.

Théo entendit la demande et regarda Vince, qui secoua la tête avec une expression résolue.

« Non, nous avons besoin d’entendre pourquoi il nous suit, » dit Vince. Puis il saisit le cou de Canis et le menaça, « Mais garde cela à l’esprit. Je connais très bien les voyous comme toi. Si tu mens ne serait-ce qu’une fois, je t’arracherai un globe oculaire et je le répéterai jusqu’à ce que tu arrêtes de mentir. Tu sais que ce n’est pas seulement une menace, n’est-ce pas ? »

« ….Bon sang, tu es un exécuteur ? » Canis déglutit pendant qu’il déterminait l’identité de Vince.

L’intention de tuer de Vince était différente de celle des débutants. C’était un expert de la chasse à l’homme et ce n’était pas le genre d’adversaire contre lequel Canis pouvait aller. Les dirigeants de la Tour Rouge déchiquetaient les gens sans sourciller. Ils étaient les ennemis naturels de ceux qui vivaient dans les zones de non-droit.

« Keok, je comprends. Alors, laissez-moi partir. A ce rythme-là, je ne peux pas parler. »

« Tu n’as qu’une seule chance. » Vince laissa partir Canis après un dernier avertissement inquiétant, et Canis prit rapidement de grandes respirations.

L’emprise du magicien était si forte que des traces de doigts restaient encore sur son cou. C’était aussi un signe que la vie de Canis pouvait être prise à tout moment. Canis ouvrit la bouche et parla d’une voix un peu rauque, « Alors, vous devez vous demander pourquoi je vous suivais ? »

« Aujourd’hui, c’était une coïncidence. Le jeune maître n’est pas venu me voir depuis presque deux mois déjà. J’ai juste pensé que c’était un revenu supplémentaire jusqu’à ce que je passe par hasard à côté de toi aujourd’hui. »

« Coïncidence ? On dirait que tu veux perdre un oeil. »

« Attendez une minute ! S’il vous plaît, écoutez encore un peu ! » hurla Canis à la hâte alors qu’une flamme émergeait du bout du doigt de Vince. C’était une menace conventionnelle, mais c’était très effrayant puisqu’elle venait d’un dirigeant de la Tour Rouge.

« Je veux quitter cette zone! Je voulais juste voir le jeune maître et faire une dernière affaire ! »

Vince éteignit les flammes et demanda : « Quitter? Vous, un trafiquant du marché noir ? »

Il était difficile de quitter une organisation, surtout dans le côté obscur du monde. Couper les doigts, les bras ou les jambes était une punition modérément sévère pour ceux qui voulait partir.

Pourquoi un commerçant du marché noir, qui était traité comme un cadre supérieur, voudrait partir ? Il était fort probable qu’on retrouve son corps après quelques jours.

Cependant, les pensées de Canis étaient un peu différentes. « Les choses ont mal tourné dans ce territoire. Les idiots de la guilde ne savent pas ce qu’ils font et creusent leur tombe. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait de l’esclavage à Meltor, et je ne veux pas être brûlé avec ces idiots. »

« ….l’esclavage ? »

« Je ne mens pas ! Il y a une semaine, des gens d’Austen ont secrètement franchi le mur ! Cela finira bien par se savoir ! »

Les deux magiciens se regardèrent, ignorant la voix urgente de Canis. Peut-être que l’organisation à laquelle appartenait le marchand du marché noir était directement liée à cette affaire. En effet, une organisation sans aucun lien avec la ville de Bergen n’aurait pas pu faire quelque chose d’aussi important que la traite des esclaves ici. Il était logique d’unir leurs efforts à ceux de l’organisation locale.

Alors cela valait la peine d’utiliser le marchand du marché noir. Les deux personnes échangèrent quelques regards avant de parvenir à une compréhension mutuelle.

A la fin, Théodore libéra le sort qui liait Canis.

« Raconte-nous un peu plus les détails de l’histoire. » La voix de Vince saisit Canis avant qu’il ne puisse jouir de la sensation de liberté.

***

Dès que les trois personnes quittèrent l’allée, elles commencèrent à marcher vers une destination spécifique.

L’endroit était hors de portée des regards extérieurs, c’était donc un bon endroit pour partager une histoire secrète. C’était le magasin du marchand du marché noir.

Kkiiik…. Les charnières de la porte grincèrent quand la porte s’ouvra. Canis entra en premier dans le magasin. Puis Théodore le suivit à l’intérieur et regarda l’int du magasin.

« Ça fait environ deux mois… Ça fait longtemps. »

Les choses n’avaient pas trop changé. Les objets étaient mélangés et couverts de poussière, tandis qu’il y avait quelques objets à ses pieds. Canis prit place au hasard en donnant des coups de pied à toutes ces choses. Il fallut environ cinq minutes pour nettoyer la zone, de sorte qu’il y avait assez d’espace pour que trois personnes puissent s’asseoir.

« Allez, asseyez-vous. Il n’y a pas d’autre endroit pour vous recevoir. »

C’était assez ridicule pour trois grands hommes de s’asseoir sur de petites chaises de bureau, mais l’atmosphère devint un peu plus légère.

« Oublie les banalités et raconte-nous l’histoire. Je déciderai de ton sort en fonction de la valeur de tes informations. »

« Hoo, comme c’est sanguinaire. » Canis avait réussi à retrouver un peu de sang-froid après s’être trouvé dans un endroit familier, mais cela se dissipa de nouveau avec les paroles de Vince.

Théodore ne montra pas non plus un peu de douceur à Canis. Il détournait le regard à chaque blague.

Canis eut une intuition et ouvrit rapidement la bouche, « Voulez-vous des informations sur l’esclavage? Comme l’emplacement des gens d’Austen et les dates des transactions. »

« N’ai-je pas dit de me dire ce que tu sais? »

« Je vais être honnête, je ne connais pas beaucoup de détails. »

L’atmosphère à l’intérieur de la pièce se calma. C’était le résultat de la pression accrue du mana environnant pendant que les cercles des deux personnes tournaient. Canis savait qu’il y allait avoir cette réaction, mais il ne pouvait pas leur dire des choses qu’il ne savait pas.

« Ma règle est de ne jamais mettre les pieds dans des endroits dangereux. Ma vie est en danger dans de tels incidents. Alors, je me préparais à fuir cette zone. »

Canis était le type prudent qui n’acceptait pas un accord favorable avant qu’il y ait un engagement fort. S’il était une personne directement impliquée dans l’esclavage, Vince allait lui couper les jambes sans hésitation et allait plutôt choisir la torture. Dans un sens, cette prudence était la même que celle de Canis.

« Alors, je propose un marché. » La sueur coulait sur son dos en prononçant les paroles qu’il avait préparées dans sa tête : « Je vous apporterai l’information dont vous avez besoin. En échange de cette coopération, j’aimerais votre aide. »

« Penses-tu être en mesure de demander des fonds ? »

« je suis désolé, mais ma vie est aussi en jeu. De toute façon, je ne sais rien qui vaille la peine d’être torturé. Considère ça comme une bonne histoire pour un peu d’argent. »

Les mots de Canis n’étaient pas faux. Les esclavagistes n’avaient pas encore été révélés, il était donc très peu probable qu’on les trouve ce soir. Le recours à un initié pour obtenir de l’information était une occasion à saisir. C’était une bonne affaire pour Canis s’il pouvait obtenir une nouvelle identité et un peu d’argent.

La question était de savoir s’il fallait lui faire confiance ou non. Vince regarda Canis avec les yeux froids. C’était parce qu’il avait appris par expérience à ne pas faire confiance aux paroles d’un criminel. Cette personne était apparentée à son disciple, donc sa garde était plus épaisse que d’habitude.

« Comment puis-je te croire? Tu peux nous trahir dès que tu rencontreras l’organisation. As-tu la moindre garantie que tu ne reviendras pas sur tes paroles ? »

« Il en va de même pour vous aussi. Je ne pense pas qu’un exécuteur tiendra sa promesse envers une personne comme moi. » Canis regarda Théodore après avoir parlé.

Theo savait comment régler cette situation en se souvenant du passé. Il s’agissait également d’une relation où aucun des deux ne se faisait confiance. L’évaluateur avait proposé un commerce où le commerçant du marché noir gagnerait de l’argent, mais le commerçant du marché noir s’inquiétait de cette proposition suspecte.

Les deux personnes avaient établi une relation de confiance grâce à une seule méthode.

« Voulez-vous utiliser le parchemin de Geass ? »

« Eh bien, il y a cette méthode. » Canis sourit pendant que les paroles prévues étaient prononcées.

Le parchemin de Geass était un moyen de se lier entre eux, et l’effet était appliqué, qu’ils soient criminels ou exécuteurs. Après tout, les artefacts ne pouvaient pas distinguer le statut ou la position d’une personne. De toute façon, les promesses verbales ne pouvaient jamais être tenues. Le Parchemin de Geass était un moyen pour une négociation égale.

Vince saisit tardivement les intentions de Canis et rit. « ….L’une des compétences d’une souris est de s’échapper par les trous. »

« Je prends ça comme un compliment. Si je n’avais pas creusé des trous comme ça, ma vie serait différente. »

« Mais ne vous méprenez pas. Tu comprends que ce n’est pas assez, n’est-ce pas ? » Vince rit encore.

À première vue, cela semblait être une condition favorable, mais Canis avait une faille cachée dans sa proposition. S’il échouait, il y allait avoir plus de conséquences négatives pour les deux personnes. Par conséquent, Canis devait se débarrasser de ce risque.

Canis ne manqua pas le coup et finit par dire : « Bon sang, je vais payer une avance. »

Il se leva et soupira en regardant autour de lui.

Il y avait des objets authentiques, défectueux et maudits jetés partout. Parmi eux, il y avait beaucoup de choses que Theo avait évaluées, ainsi que celles qu’il n’avait pas évaluées. Il ne connaissait pas la qualité, mais la quantité était énorme.

Le propriétaire du magasin, Canis, désigna les articles avec un regard sinistre. « Prends ce que tu veux. »

« Hein ? » Théodore était incapable de comprendre ses mots.

Cependant, il n’avait pas mal entendu, comme Canis le répétait à nouveau d’une voix résignée : « Je te donnerai tout, alors prends tout ce que tu veux ».

Chapitre précédent ||Chapitre Suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

2 commentaires pour l’instant

HiganbanaPublié le6:06 - Fév 8, 2019

Merci pour ce chapitre

Je sens venir le sauvetage d’une elf waifu.

Gunts92Publié le7:54 - Fév 8, 2019

Extra cadeau gratuit

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :