Chapitre 74 – Superbia

Paradmin

Chapitre 74 – Superbia

 

Les magiciens des tours magiques se regardèrent et se demandèrent s’ils ne vivaient pas un cauchemar.

La scène de la tête d’Herman roulant sur le sol ne semblait pas être la réalité. Il avait perdu un cercle à cause d’une blessure, mais ses capacités étaient toujours équivalentes à celles du 7e cercle. Pourtant, huit mages de guerre, dont Herman, avaient été anéantis en seulement 10 minutes ?

C’était un adversaire qu’ils ne pouvaient absolument pas se permettre d’affronter.

« 2e voiture, préparez-vous ! 3ème voiture, descendez et entrez dans la 6ème Formation de Combat ! N’hésitez pas ! » Un cri de tonnerre se fit entendre de la part de la personne qui avait d’abord retrouvé son esprit. C’était Anton, un vétéran de la Tour Bleue et le plus haut gradé de ce convoi après Herman.

Fort de nombreuses années d’expérience sur le champ de bataille, Anton savait que des événements inattendus pouvaient survenir à tout moment. Ainsi, il fit un jugement rapide après l’anéantissement soudain de la 1ère voiture. Il ne manqua pas de regarder en avant avec la magie de l’observation tout en donnant des instructions.

Cependant, Anton ne pouvait pas voir au-delà d’une barrière physique. « Tch, c’est pour ça que la magie du feu est si ennuyeuse… ! »

Les flammes de la magie du feu bloquaient sa vue. Le champ de bataille contenait une atmosphère déformée en raison des températures élevées, et la fumée qui s’élevait des arbres et les flammes paralysaient sa vue. Cela allait prendre au moins 30 minutes de plus jusqu’à ce qu’il revienne à la normale.

Anton abandonna la tâche d’identifier la forme de l’ennemi et se dirigea rapidement vers la 2e voiture. Puis il saisit l’épaule de Théodore, qui était assis à côté d’Ellenoa.

« Hé, le nouveau! »

« Oui ? »

« Quoi ? » La réaction fut meilleure que ce à quoi Anton s’attendait. Dans cette situation, la voix de Théodore ne tremblait pas du tout. Ses yeux calmes, sa respiration et ses pouvoirs magiques ne correspondaient pas à son âge. Par-dessus tout, Théo avait l’atmosphère d’une personne qui avait fait l’expérience de la  » vraie vie « . Les rumeurs selon lesquelles il était la meilleur recrue semblaient plausibles.

Après avoir évalué Theo, Anton parla d’une voix décisive : « Ne pense plus qu’à la garder en sécurité à partir de maintenant. Nous resterons et gagnerons autant de temps que possible, au moins jusqu’à ce que Veronica arrive. Est-ce que tu comprends ?! »

« Je ferai de mon mieux. »

 » Tu es une personne exceptionnellement prudente pour un magicien de la Tour Rouge. D’accord, j’y vais. » Anton tapota plusieurs fois l’épaule de Théo, puis il les poussa dans le wagon et cria aux quatre magiciens qui dirigeaient la 2e voiture : « Partez tout de suite ! La direction n’a pas d’importance, tant que vous allez aussi loin que possible ! »

Suivant les mots d’Anton, une rafale de vent terrifiante émergea de la paume des mains des conducteurs. Les voiles se gonflèrent à nouveau, et le chariot se mit à courir dans la direction du vent. Comme on pouvait s’y attendre de la part de la Tour Blanche, ils accélérèrent le rythme en toute confiance.

Le chariot creusa grossièrement le sol avant de disparaître du champ de vision d’Anton. C’est tout ce qu’il pouvait faire.

« Maintenant, alors… » Anton regarda autour de lui ses collègues, qui étaient rassemblés dans la formation unique de la Tour Bleue.

Bien que leur relation avec la Tour Rouge n’ait pas été bonne, elle ne fut jamais malveillante ou hostile. Au contraire, c’était bien meilleure que les relations qu’ils entretenaient avec les autres tours en raison de leurs arguments.

Dans la 1ère voiture, il y avait eu quelqu’un qui était venu à la capitale à peu près en même temps qu’Anton. Cet homme était fier, mais Anton ne le détestait pas.

Wuooooooong…. !

Contrairement aux magiciens de la Tour Rouge qui se concentraient sur la puissance de feu, la Tour Bleue enseignait principalement à travailler en collaboration les uns avec les autres. Ils avaient la capacité de partager la magie et de créer une synergie qui allait maximiser leur force. C’était différent dans un combat en tête-à-tête, mais dans un combat avec beaucoup de gens, la Tour Bleue n’échouait absolument pas devant la Tour Rouge.

« L’ennemi arrive. » Au centre de la formation, Anton fixait le front avec une expression ferme.

Curieusement, le mana s’amincissait. C’était le sentiment d’incongruité qu’il ressentait avant. Cette existence avait une dimension totalement différente de celle des magiciens supérieurs et des maîtres d’épée, car elle pouvait submerger le monde par sa seule présence. Son intuition remarqua la grandeur de l’ennemi avant même son arrivée.

Bientôt, ‘quelque chose’ sortit de l’obscurité.

Anton le regarda et parla avec un sourire amer, « …Hah, cet endroit est ma tombe. »

Aucun des autres magiciens ne le réfuta. Le simple fait qu’il pouvait encore ouvrir la bouche signifiait qu’Anton méritait d’être appelé le meilleur magicien ici.

La fureur intense qu’ils ressentaient gela, mais aucun des sept magiciens ne recula.

Ils commencèrent la bataille là où l’issue était déjà déterminée.

* * *

Dududududududu…. ! Le wagon de rafales se déplaçait à une vitesse fulgurante.

C’était différent de l’époque où ils conservaient leur force pour les voyages de longue distance. C’était littéralement une accélération utilisant toutes leurs forces ! Les quatre magiciens du 5ème Cercle puisèrent toute la puissance magique dans leurs vaisseaux sanguins, et ceci en fut le résultat direct.

Chaque fois que le chariot heurtait une pierre, leurs corps montaient de quelques mètres, mais le chariot continuait à rouler à pleine vitesse. Il n’y avait pas de temps à perdre pour la conduite à grande vitesse.

L’atmosphère à l’intérieur du wagon était également froide.

« Un adversaire qui peut tuer l’Ancien Herman est au moins du niveau de maître… Il y a peu de royaumes qui détiennent une telle puissance pour une dangereuse opération d’infiltration. » Théodore analysa la situation calmement. Lorsqu’il faisait face à une crise, les expériences qu’il absorbait valaient leur pesant d’or.

Un adversaire non identifié apparut à la tête du convoi, bloqua le chemin et anéantit instantanément les troupes d’élite, dont l’ancien Herman. Une personne qui pouvait faire une telle chose devait être un maître d’épée de l’Empire Andras, une des sept épées.

Mais pourquoi l’Empire Andras prendrait-il un tel risque ?

Sur la base de la situation internationale, Théo nia immédiatement cette possibilité :  » Non, même si l’une des sept épées pénétrait dans Meltor, il n’y a aucune garantie qu’elles puissent revenir. Pourquoi risqueraient-ils un des piliers de l’empire ? C’est de la folie. »

De plus, l’Empire Andras ne pouvait pas tirer profit d’un haut elfe, contrairement à Austen. Leur relation avec Elvenheim allait se détériorer, et ils pouvaient même perdre un de leurs précieux maîtres d’armes. Cependant, lorsqu’il exclut les sept épées de l’Empire, il n’y avait plus personne. Il était absurde qu’un maître non affilié soit mobilisé.

Son raisonnement logique ne pouvait pas révéler les ombres derrière cette situation. Tandis que Théo était frustré de ne pas trouver de réponse, la tranquille Ellenoa ouvrit la bouche, « C’est à cause de moi qu’il se passe quelque chose d’effrayant ? »

« Ellenoa. »

« Si je n’avais pas quitté le village… si je n’étais pas un haut elfe… ça ne serait pas arrivé, non ? »

C’était une question très cruelle à affirmer. Plus que tout, Ellenoa connaissait déjà la réponse sans avoir besoin d’entendre la réponse de Théo. Cependant, Théo n’acquiesça pas. Heureusement, il était encore jeune et avait l’innocence de regarder le monde à travers le bien et le mal, et non la cause et l’effet. Donc, il put réconforter Ellenoa.

Théodore saisit doucement les mains d’Ellenoa comme elle l’avait fait auparavant. « Ne t’en veux pas. »

Au moins, elle ne devait pas se sentir coupable.

« Tu n’es qu’une victime. Tu es la victime qui est pourchassée par le mal juste parce que tu es un haut elfe ! N’agis pas comme si tu étais l’auteur de tout ça. »

« Mais…. »

« Ou alors, sens-toi triste. Ne te sens pas coupable. »

Même si tout cela se produisait parce qu’elle était un haut elfe, la positions de l’agresseur et de la victime ne pouvaient être inversées. Non, cela n’était pas normal. Selon cette logique, ceux qui avaient tort étaient la personne arnaquée ou la personne assassinée. C’était quelque chose que Théodore ne pouvait jamais accepter.

Ellenoa fut étonnée par son attitude intransigeante, mais elle hocha immédiatement la tête avec un léger sourire. A ce moment où l’atmosphère était sur le point de se détendre….

Warak !

Theo courut désespérément et serra Ellenoa dans ses bras.

« T-théodore ! » Ellenoa rougit lorsqu’elle fut soudainement dans ses bras, mais cela se dissipa vite.

Théo était si pâle qu’il semblait presque sans sang. Avec un visage qui semblait ne plus respirer, Théo se releva rapidement. Sa perception sensorielle lui dit que le danger approchait !

« Impossible ! Il a déjà rattrapé son retard ?! »

Non seulement l’ennemi avait vaincu les élites de la 3ème voiture, mais il avait rattrapé le wagon qui se déplaçait à la vitesse maximale !

Les capacités physiques d’un maître épéiste pouvaient être qualifiées d’étranges, mais l’ennemi qui s’approchait de ce chariot était un monstre qui sortait de l’ordinaire. Ce n’était pas possible avec les jambes d’un humain. Puis un froid glacial sur son cou transperça cette pensée.

Il n’y eut même pas le temps de dire un mot d’avertissement.

Du calme. Calme-toi.

L’illusion de la faux de la faucheuse était à son cou.

« Protection ! » Theodore cria le sort et sauta du wagon de rafales. Dans ses bras, Ellenoa était sûrement protégée alors que Théo se jetait hors du wagon au rythme effréné. Les dégâts causés par la chute et la collision avec le sol furent énormes, et le sort de défense du 5ème Cercle fut à moitié brisé.

Cependant, son jugement était correct. Dès qu’ils s’échappèrent du wagon de rafales, une énorme ombre tomba sur le toit.

‘…!!!’

C’était comme si un météore était tombé du ciel alors que le wagon de rafales se brisait. Une grande onde de choc se propagea suite à l’impact de la collision avec les arbres à proximité, forçant Théo à utiliser à nouveau la magie de défense.

« C’est quoi cette onde de choc… ? »

L’onde de choc n’était pas magique mais un phénomène généré par une poussée de pure puissance physique !

Le visage accablé de Théo regarda la poussière qui s’était levée au moment de la collision. Il pouvait même y croire si cette onde de choc était l’attaque de l’ennemi. S’il n’avait pas utilisé la magie de défense, les tripes de Théo et d’Ellenoa seraient écrasées comme des tomates pourries.

Theo réussit à survivre à l’attaque et recula de quelques mètres avec Ellenoa.

Il n’avait aucune envie de s’enfuir. Théo était tout simplement submergé par la présence sinistre que l’on pouvait sentir de l’intérieur du nuage de poussière. Quoi que ce soit, ce n’était pas quelque chose qui pouvait être confronté à la puissance du duo.

Une peur aigüe poussa sa curiosité vers le bas. Il préférait que ce nuage de poussière couvre ses yeux pour toujours. Cependant, le vent l’emporta.

Hwiuuooong….

Quand la poussière se dissipa, la première chose qu’il vit, c’était l’épave écrasée du wagon de rafales. Il y avait des traces de sang des conducteurs partout ainsi qu’une forme horrible dans le coin.

Theo serra les dents en faisant face à l’ombre frémissante. Enfin, l’identité de l’agresseur fut révélée aux deux personnes.

« Ah…. » Theodore Miller comprenait maintenant.

C’était l’incarnation de la mort, la matérialisation de la peur sous une forme solide. Ce n’était pas un humain. Non, ce n’était pas comme n’importe quelle créature qu’il connaissait. Le monstre laid et puissant était trop ambigu et bizarre pour être nommé. On ne pouvait l’appeler autrement que chaos.

Avec ses huit pattes contrastées, la moitié inférieure de son corps ressemblait à une araignée. Le corps lui-même était constitué d’un mélange de cuir et de carapace. Il y avait une queue en forme de scorpion qui diffusait des éclairs bleus, et quatre griffes différentes déchiraient l’air.

Non, c’était également mauvais. L’étrange corps changea d’apparence pour devenir celui d’autres créatures. Il avait maintenant le bras d’un ogre et les cornes d’un minotaure. Comme un wyvern, des ailes poussaient de son dos, et des écailles recouvraient sa peau.

Le monstre non identifié troubla les esprits de Théo et d’Ellenoa.

Cependant, il y avait une existence séparée qui répondait à l’apparition du monstre.

-Hrmm.

Un trou apparut sur la paume gauche de Théo, et une voix grave fut transmise dans une gamme de basses fréquences que les insectes pouvaient entendre. Le grimoire Gluttony, grognait d’une voix qui était plusieurs fois plus désagréable que d’habitude.

-Ton apparence dégoûtante n’a toujours pas changé.

Le monstre qui s’approchait d’eux s’arrêta soudain sur place. Il avait l’air confus par la voix de Gluttony, puis il se tapa soudain la tête avec une griffe pointue. Le comportement ressemblait à un acte d’automutilation, mais une bouche apparut sur la tête auparavant lisse. Puis, comme Gluttony, il commença à parler à basse fréquence.

-Tu as toujours cette habitude d’être attaché à des espèces inférieures comme les humains, Gluttony.

Chapitre précédent ||Chapitre Suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

4 commentaires pour l’instant

MehlrothPublié le6:22 - Fév 21, 2019

Merci pour le chapitre.

Gunts92Publié le7:38 - Fév 21, 2019

Ça craint de ouf putain c clairement un ennemi qu’il peut pas encore battre

HiganbanaPublié le8:03 - Fév 21, 2019

Merci pour ce chapitre

Super, un nouveau grimoire.👍
Par contre on est définitivement tombé dans Parasite: Tu as toujours cette habitude d’être attachée à des espèces inférieures comme les humains, Migi.

drakPublié le9:36 - Fév 21, 2019

merci pour le chapitre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :