Chapitre 76 – Un héros traditionnel (2)

Paradmin

Chapitre 76 – Un héros traditionnel (2)

 

-Hmm ?

Au même moment, Superbia remarqua les changements survenus dans le corps de Théodore.

Ses sens dépassaient de dizaines, voire de centaines de fois ceux d’un humain, de sorte qu’il pouvait capter la moindre différence. L’analyse fut complétée instantanément, couvrant la quantité de sueur, la vitesse du pouls, la température du corps, ainsi que l’expansion et la contraction des pupilles.

« Curieusement, la peur dans le corps du singe a disparu. » Superbia était perplexe.

-Toi…. Quel genre de tour tu joues ?

Toute créature devait avoir peur de la Superbia, car elle se situait au sommet de la chaîne alimentaire. Peu importait la force individuelle de la créature, elle se remplissait d’une peur instinctive. Les magiciens et les utilisateurs d’aura ne faisaient pas exception, même pour ceux qui dépassaient un certain niveau, et c’était la même chose avec les singes. Incapable de comprendre le phénomène, Superbia se sentit mal à l’aise.

Théodore souleva lentement son corps. Il leva la main droite, ridiculement petite comparée aux griffes de Superbia. Ensuite….

Paang ! Un éclair sortit de son index et pénétra dans le crâne de Superbia.

« …Ah ? » Ellenoa, qui ne respirait pas bien, ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche. C’était parce que la vue de la tête brisée n’était pas réaliste. Pour une créature normale, ce serait un coup mortel instantané.

Théodore-non, Alfred regarda le corps avec des yeux écarquillés après avoir frappé le coup.

Il hocha la tête et serra les doigts. « Sage décision. Tu as réalisé qu’il valait mieux me choisir. »

En ce moment, il n’y avait que deux auteurs que Theo pouvait invoquer avec [Écriture], Alfred et Lee Yoonsung. Dans le cas de Myrdal, l’option d’utiliser la fonction « Écriture » ne lui fut jamais proposée, donc Theo n’avait qu’un choix parmi deux. Theo était partagé entre Lee Yoonsung et Alfred, mais il finit par prendre sa décision… et le créateur de la balle magique, le héros de guerre Alfred Bellontes, était chargé.

Gududuk…gududuk…gududuk….

Cependant, un monstre qui avait tué des dizaines de magiciens d’élite ne pouvait pas subir autant de dégâts.

La chair au bas de la tête commença à repousser, et les os qui sortaient du cou étaient bien réparés. La régénération ressemblait presque à une remontée dans le temps. Alfred avait une lumière froide dans les yeux lorsqu’il observait le phénomène étrange qui se déroulait devant lui.

« C’est plus qu’un troll. Ce n’est pas une régénération, mais plutôt l’immortalité… Ce n’est pas un ennemi que je peux vaincre en le tuant. »

C’était l’erreur que Herman et les autres magiciens du convoi avaient commis. Pour détruire complètement le monstre, il fallait un maître ou quelqu’un avec la puissance de feu de Veronica ou Blundell. S’ils s’étaient concentrés sur le fait de le bloquer, les magiciens de la 1ère et de la 3ème Voiture n’allaient pas être tués.

-Espèce de salaud. Singe, tu… ! Un horrible cri de basse fréquence émergea de Superbia, dont le visage était déjà à moitié récupéré.

La chair que le monstre avait maintenant était différente, mais il le regardait encore avec six paires d’yeux composés. Le fait qu’il ait été attaqué par un simple singe égratigna sa fierté. La volonté de tuer se reflèta immédiatement dans sa forme.

Le pouvoir de l’Ogre. Le pouvoir du Minotaure. Le pouvoir des cyclopes.

Le corps de Superbia gonfla soudainement.

Il dépassait les trois mètres et était deux fois plus large, tandis que les fibres musculaires s’élevaient au-dessus de la peau pour couvrir tout le corps. Les tendons rouges et les muscles s’entremêlaient comme une corde pour créer une forme bouillonnante d’impulsions meurtrières.

L’incarnation de la violence leva un bras qui était plus épais qu’une bûche.

-■■■■■■― !!

Les quatre poings du monstre frappèrent le sol d’un rugissement furieux.

-―――――――――― !!!

Ce fut littéralement une grande destruction ! La terre se fissura et trembla aux endroits où les poings de Superbia frappèrent. Le son du monde qui criait retentit alors qu’Alfred se levait en tenant Ellenoa. L’onde de choc était transmise à travers le sol et allait les faire exploser à l’intérieur si elle les frappait!

« Ellenoa ! »

« Oui, oui, oui !?!! » répondit involontairement Ellenoa.

« Je vais te lancer ! Prends soin de ton atterrissage ! »

Il n’y avait pas de temps pour une réponse. Alfred tira la magie du vent de la mémoire de Théo.

Il utilisait les rafales de vent, un souffle qui pouvait emporter une personne comme une feuille. En combinant cela avec l’onde de choc de Superbia, il n’était pas difficile de voler quelques centaines de mètres. Il devait utiliser cet intervalle pour déplacer Ellenoa à une distance de sécurité.

Ainsi, Alfred souffla Ellenoa sans la moindre hésitation.

« Kyaaaak ! » cria Ellenoa d’une expression absurde alors qu’elle était poussée et envoyée disparaître dans le ciel nocturne. Alfred était inquiet pour l’atterrissage, mais cela n’allait pas être un problème pour un haut elfe qui était aimé par la nature. Il quitta aussi l’épicentre de la destruction alors qu’il continuait à réfléchir.

Cependant, dès qu’il atterrit sur le sol…

Huuung !

Un énorme poing émergea du nuage de poussière. C’était assez de puissance pour repousser la poussière en utilisant uniquement la pression du vent !

Ce coup était trois fois plus puissant que le premier. S’il était touché par cela, il allait disparaître sans laisser de traces. Alfred abandonna donc l’attaque et concentra toutes ses forces sur sa poitrine. C’était la technique corporelle reçue de Lee Yoonsung, la technique de la planche de fer.

Un pilier rouge s’étendait à 90 degrés devant le haut de son corps.

Pik !

Il saigna du nez quand l’énorme poing le frappa. Cependant, il porta une main sur son nez tout en se jetant à droite. C’était écrasant d’être tout près de la violence. Alors qu’il tentait d’ouvrir la brèche, le monstre étendit les trois autres poings en même temps.

Aldred sourit froidement lorsqu’il affronta le mur de la mort.  » imbécile. »

Son corps s’accéléra et apparut momentanément comme une brume.

« Chanson de combat. Sonate de vitesse. Vivace. »

En accélérant d’un cran le mouvement, il allait mourir. En l’accélérant de deux crans, il mourait aussi. Dans ce cas, il pouvait accélérer de trois ou quatre fois.

Alfred dispersa la force des trois poings avec plus de précision et de tact que ne l’aurait fait Théodore, l’inexpérimenté. Il pénétra dans la fente, qui faisait la taille d’un trou d’aiguille, sans aucune erreur. Alfred bougea comme s’il dansait et attaqua vers la poitrine de Superbia.

Puis sa main, qui était acérée comme une lance, transperça la poitrine du monstre.

Puhwakak !

Les quatre balles magiques, tirées de chaque doigt de la main droite, à l’exception du pouce, traversèrent les muscles qui couvraient le cœur du monstre.

–■■■■■―― !! Le corps de Superbia commença à briller à cause de la douleur terrible.

Une attaque de Superbia pouvait détruire le corps humain instantanément. Cela se terminait d’un seul coup. Juste un léger frottement était en mesure de causer une blessure grave. Ensuite, le souffle de l’être humain était coupé lors de l’attaque suivante. D’un autre côté, Alfred subissait la pénalité de ne pas être capable de tuer son adversaire.

Malgré cela, le héros dansait comme une tempête devant le monstre.

-Ce salaud de rat !

Aucune des attaques de Superbia avec ses poings ou ses pieds ne fonctionna. Alfred évitait les coups de poing et les coups de pied, puis attaquait brutalement toutes les lacunes révélées. C’était l’essence même d’un tireur d’élite de percer les points vitaux. Avec de simples attaques, Superbia n’était que la proie d’Alfred.

Alfred envoya à Superbia un regard de dérision. « Si tu ne peux pas mourir, je te transformerai en ruche vivante. »

Si cela continuait ainsi, Alfred pouvait tenir une heure ou deux. Chaque fois qu’un éclair était tiré de ses doigts, le monstre se débattait pendant que le héros défendait fermement sa supériorité.

Cependant, la pensée fut rapidement renversée.

* * *

Exactement cinq minutes plus tard….

« En effet, je connais ton tour de passe-passe maintenant. »

Sa fierté était plus importante que tout, mais l’intelligence de Superbia n’était absolument pas faible. Comme Alfred l’observa, Superbia l’épiait aussi. C’était le type de proie qu’il fallait chasser.

Alors que Superbia passait à une autre forme, Alfred sentit un frisson lui parcourir le dos.

Crunch… Crunch…

Ses pattes avant ressemblaient à celles d’une pieuvre tandis que sa queue était comme une lame. C’était une forme qui s’écartait complètement de la forme humaine.

Alfred fut capable de submerger Superbia parce qu’il avait anticipé son comportement. Il n’était pas difficile de connaître le moment en lisant les mouvements des muscles, des articulations et des cartilages, car ils ressemblaient à ceux des humains, peu importe leur force.

Cependant, il ne connaissait pas les caractéristiques des monstres, donc ses réponses allaient être retardées.

-Meurs.

Peu de temps après, l’espace fut sectionné horizontalement. C’était la queue de lame de Caracalos !

Alfred fit un bond en arrière par réflexe, mais le sang jaillissait encore d’une coupure à la poitrine. Il ne reçut pas de cicatrice parce que la plus grande partie de l’énergie fut bloquée par la matière, mais si sa réponse avait été un peu tardive, son cœur allait être divisé en deux.

Cette fois, les connaissances de Théo l’avaient sauvé. Caracalos était un dangereux monstre de rang A qui habitait les marais du sud. Sa queue était petite mais contenait du mithril, c’était donc une arme bien connue qui pouvait passer à travers n’importe quel métal ou sort de défense.

« Bon sang, c’est plus qu’un utilisateur d’aura. » Alfred claqua la langue en apprenant l’information tardivement. Il avait vécu toute sa vie dans le Nord, donc il ne s’intéressait pas aux créatures du Sud. De plus, il n’avait pas lu de livres comme Théodore.

Si des attaques surprises de ce type continuaient à se produire, il allait être difficile de tenir 10 minutes, et encore moins une heure.

Par conséquent, Alfred  parla à ‘lui’, qui le regardait. « Mon garçon, tu m’entends ? »

-Je peux vous entendre. Parlez. C’était Theodore Miller, le propriétaire du corps.

Les deux hommes, qui étaient comme le recto et le verso d’une pièce de monnaie, se regardèrent finalement l’un l’autre.

Bien qu’Alfred utilisait le corps de Théodore, il ne pouvait pas utiliser pleinement ses capacités car les compétences acquises par « Mémoriser » ou les artefacts appartenaient entièrement à Théodore Miller. Alfred Bellontes était un étranger dans le corps de Théo, donc il y avait des limites.

« A partir de maintenant, je me connecterai profondément à ta conscience. J’ai besoin de ton consentement pour le faire. »

-Bien sûr, je suis d’accord.

« C’est une réponse rapide. Est-il bien de décider si rapidement quand on ne sait même pas quels effets secondaires il y aura ? Connecter ma conscience à la tienne peut être dangereux, même si je suis inférieur quand il s’agit de connaissances magiques. » L’homme blond regardait Théo avec un visage inquiet.

L’apparence d’Alfred demeura inchangée dans le monde de leur conscience. Il avait la majesté de la royauté et la dignité d’un guerrier qu’on avait appelé un héros.

Theo se sentit étrangement impressionné alors qu’il hochait lentement la tête. Il était déterminé à partir du moment où il décida de combattre ce monstre.

« Je respecte ta volonté, mon garçon. »

Il n’y avait aucun moyen de se retirer de toute façon. Il avait atteint le point où Théo devait se précipiter jusqu’à la fin… au moins jusqu’à ce que la sécurité d’Ellenoa soit garantie, ou jusqu’à l’arrivée de Veronica. Jusque-là, il avait besoin de se protéger de la mort qui se présentait devant lui. Jouer avec l’âme du héros était préférable à une mort sans valeur.

Puis, à ce moment-là….

[Le nom de l’objet ‘Alfred Bellontes’ et l’utilisateur ‘Theodore Miller’ ont parfaitement harmonisé leur conscience. La fonction « Écriture » a été arrêtée. L’utilisateur peut être contaminé.]

[La fonction cachée « Transmission » a été activée.]

[Si la transmission réussit, le fragment d’Alfred Bellontes sera complètement restauré. Si vous échouez, vous perdrez toutes les compétences acquises grâce aux élixirs. Le choc mental peut aussi causer l’autodestruction de votre ego.]

[Êtes-vous sûr de vouloir approuver ‘Transmission’ ? – O/N]

Theo n’hésita pas, même avec les conseils effrayants.

« Transmission ! » Alors qu’il répondait, deux éclairs de lumière jaillirent du sombre monde mental. L’un était l’âme du héros majestueux et brillant, tandis que l’autre était l’âme d’un corps qui n’était pas encore pleinement adulte. Les deux lumières dansèrent dans l’air de façon erratique avant de former un seul flux.

Kiiing !

On aurait dit qu’un coup de foudre avait frappé la tête de Theodore Miller.

Chapitre précédent ||Chapitre Suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

3 commentaires pour l’instant

MehlrothPublié le11:08 - Fév 24, 2019

Merci pour le chapitre

HiganbanaPublié le12:21 - Fév 25, 2019

Merci pour ce chapitre

Gunts92Publié le1:22 - Fév 25, 2019

Fuuuuuuusiin ya !!!! 😍😍😍
Merci pour ce chapitre un dimanche en plus génial

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :