Chapitre 136 – Le but est le port (2)

Paradmin

Chapitre 136 – Le but est le port (2)

 

Cependant, la première nuit de son départ de Sipoto, Théodore n’aavait eu d’autre choix que d’admettre que sa prédiction était fausse.

Le premier à reconnaître la présence n’était pas le maître épéiste, Randolph, ni le magicien du 6ème cercle, Théodore. Sur le toit de la voiture, le corbeau, Hugin, avait crié en découvrant quelque chose d’étrange à l’horizon.

Kyaack- !

Grâce à la magie de l’invocation, l’image qu’Hugin avait vue avait été brûlée sur la rétine de Théodore. Simultanément, Théodore avait fermé le livre qu’il lisait et avait crié à Randolph qui était à la place du conducteur : « Randolph, arrête le carrosse !»

« Quoi ? Pourquoi ?»

« Vite ! »

Randolph avait senti l’urgence de Théo et avait tiré sur les rênes. Grâce aux chevaux bien entraînés, la vitesse de la voiture avait diminué sans aucun impact, et elle s’était arrêtée à 30 mètres du point où elle avait commencé à décélérer.

Randolph essaya de s’enquérir de l’ordre soudain, mais ce n’était pas nécessaire car immédiatement après, le sol près de l’axe arrière du chariot commença à trembler.

Ku ku ku kung… !

« Quoi, ce sentiment ?! »

« -Mitra ! »

Contrairement à Randolph, qui était confus, Théodore avait un assistant qui pouvait lui faire connaître la situation dans la clandestinité. La petite fille était apparue aux pieds de Théodore et lui avait demandé : [Deo, tu vois ?]

‘Oui. Je suis désolé, mais peux-tu aller directement dans le sol ? J’ai besoin de savoir ce qui se passe.’

[Oui ! J’y vais !] Comme toujours, la jeune fille avait répondu par de courts mots avant de plonger dans le sol.

‘…Ok, il y en a deux.’

Alors que Mitra creusait le sol, deux scènes apparurent dans l’esprit de Théodore. L’une d’elle venait « des yeux d’Hugin », qui regardait quelque chose à l’horizon. L’autre était la « vision de Mitra » qui venait de rentrer dans le sol.

Son esprit était confus par les deux scènes, mais Théo avait gardé son calme. C’est grâce à son entraînement mental qu’il avait pu utiliser d’Umbra. Finalement, la source du tremblement de terre avait été révélée.

« Ce n’est pas vrai. Des vers de sable ?! » Le nom sortait de la bouche de Théodore, qui était sous le choc.

Les vers de sable étaient un type d’insecte monstre qui vivait principalement dans le désert. Leurs corps mesuraient plusieurs dizaines de mètres de long et étaient capables de mouvements rapides car leur poids ne correspondait pas à celui de leur corps. Cependant, leur peau était douce, de sorte qu’ils ne pouvaient pas se déplacer dans les endroits où le sol était dur. Ceux que Mitra montrait à Théodore, ignoraient ces contraintes.

Kududuk ! Kudududuk !

Les vers de sable continuaient à avancer malgré le frottement des roches, du gravier, de la terre et du sable contre leur peau. Ils ne se souciaient pas du sang qui se déversait de temps en temps ou de leurs organes internes qui tombaient parfois à cause d’éraflures sur leur corps. C’était des blessures que les vers de sable vivants n’auraient pas pu supporter.

« Les morts-vivants. Utiliser des vers de sable zombies comme moyen de transport… N’est-ce pas assez créatif ? »

C’est ce qu’il avait dit. Un ver des sables zombie pouvait se déplacer n’importe où sous la surface du sol, même si le voyage était pénible. Selon certains chercheurs, un ver de sable pourrait se déplacer à une vitesse égale à 60 km/h. De plus, il pouvait courir sans ressentir aucune fatigue car c’était un mort-vivant.

De cette façon, il n’était pas déraisonnable qu’ils aient rattrapé Théodore. En arrivant à un point situé juste avant le carrosse du groupe, le mouvement des vers de sable avait provoqué une secousse proche d’un petit tremblement de terre.

Les vers de sable avaient percé la surface du sol, provoquant l’envol et l’éclaboussure du sang.

Kuuuuoh… !

C’était un rugissement effrayant. Bien sûr, Theodore et Randolph n’avaient pas peur des vers de sable, mais ils n’avaient pas pu empêcher que leurs expressions se transforment en expressions choquées après avoir vu l’apparition des vers de sable.

C’est parce que des morts-vivants commençaient à sortir du corps des vers de sable.

[Tuez… les…]

[Vivre… mais…]

[Mourir… ensemble…]

Contaminés par le pouvoir de la magie noire, les corps étaient déjà plus proches du métal que de la chair. Il s’agissait de morts-vivants de rang intermédiaire qui pouvaient reproduire certaines de leurs capacités physiques et compétences d’origine. Ils marmonnaient, ce qui signifiait qu’ils avaient encore quelques connaissances.

De quel royaume avaient-ils été des soldats de leur vivant… ?

Après s’être mis en formation, les soldats squelettiques, armés d’armures et de lances ou d’épées, avaient commencé à avancer vers Théodore. Ce n’était pas l’assaut chaotique d’un groupe corrompu mais une armée avec des tactiques appropriées, et il y avait quelqu’un qui les contrôlait de l’arrière.

« Sheesh, ce type d’offensive est ennuyeux », grommelait Randolph en avançant.

« Alors j’augmenterai le nombre d’alliés. »

« Eh ?»

Théodore tapota son bracelet au lieu de répondre.

Clack ! Un son aigu se fit entendre alors que le bracelet autour de son poignet scintillait. Le bracelet était l’artefact créé par le Maître de la Tour Jaune et emprunté à Kurt III. Six armures vivantes apparurent soudain autour de Randolph, qui riait et tordait ses doubles épées en sentant leur incroyable présence.

« Ohh, alors c’est une autre histoire. »

En passant de un à sept, la somme totale de la puissance de combat elle-même n’avait pas beaucoup changé, mais l’avantage n’était pas léger car il réduisait la pression d’être encerclé.

Le rôle de Randolph était de servir d’escorte à Théodore. C’était le magicien, et non l’épéiste, qui jouait le rôle du protagoniste dans ce type de champs de bataille. L’essence de la capacité de Théodore en tant que magicien était de dominer le champ de bataille avec une puissance magique écrasante.

« S’il te plaît, escortes-moi bien, capitaine Randolph. »

Théodore avait sorti sa baguette magique, qu’il n’avait jamais utilisé auparavant.

* * *

Kaack !

Avec un son inquiétant, l’os du cou de cinq squelettes avait été sectionné. Ils avaient été renforcés par la magie noire, mais ils ne pouvaient toujours pas supporter l’aura de Randolph.

Il maniait ses deux falchions comme s’il sautait dans un troupeau de moutons. Tout bouclier ou armure touché par ses armes était brisé et dispersé en morceaux. Il était impossible pour les morts-vivants de niveau intermédiaire de résister à l’aura de Randolph.

En conséquence, plus de 100 squelettes ont été transformés en cendres grises.

Mais ce n’est pas tout. Les six armures vivantes que Théodore avait convoquées avaient connu un certain succès. Le poison qui infestait les armes des soldats squelettes était fait de magie noire et n’affectait que les vivants. Les armures vivantes empêchaient donc l’armée de morts-vivants d’atteindre Théodore en devenant un mur d’acier.

« …N’est-ce pas plus facile que je ne le pensais ? » murmurait Théodore en levant sa baguette.

‘Mémorisation. Utilisons tous. Boule de feu sextuple.’ Il avait utiliser la magie sans parler. Si un autre magicien était là, il aurait de la mousse à la bouche

La magie du feu de Théodore, renforcée par sa grande sensibilité et son affinité maximale avec l’attribut du feu, était déjà au-delà de la norme des cercles. Il y avait six boules de feu, chacune ayant la puissance d’un sort du 4ème cercle ou supérieur. En outre, il avait reçu l’aide d’un baguette qu’il n’utilisait pas habituellement.

Les morts-vivants s’étaient effondrés sous les bombardements catastrophiques.

―――――――――――!!

En une seconde, les os carbonisés étaient devenus des cendres, et ceux qui se trouvaient au centre de l’explosion avaient été détruits par le feu. C’était le résultat d’un pur pouvoir destructeur. Il n’y avait eu que six boules de feu, mais leur puissance était suffisante pour ébranler tout le champ de bataille. Si c’était de la magie ordinaire du 3ème cercle, un soldat squelettique serait capable d’en supporter une demi-douzaine.

Cependant, les sourcils de Théodore se sont mis à trembler quand il avait vu le résultat.

‘Qu’est-ce que c’est que ces types ? Pourquoi sont-ils si faibles ?’

Si le sorcier au loin entendait les marmonnements de Théo, il tremblerait de choc. Les soldats squelettiques que le sorcier dirigeait étaient les restes de l’armée d’élite d’un ancien royaume. C’était une armée assez forte pour rivaliser avec des morts-vivants de haut rang comme le chevalier de la mort ou le dullahan.

C’était une force beaucoup plus forte et plus capable que les cadavres que Théo avait précédemment rencontrés à la baronnie Miller.

‘Non, c’est juste mon point de vue qui est différent ?’

Après tout, Théodore était dix fois plus fort qu’il ne l’était à l’époque.

Kwaang ! Kwang ! Kwaang !

Il se contentait de tirer des boules de feu à 10 secondes d’intervalle, mais le nombre de morts-vivants diminuait rapidement. La scène des soldats squelettiques s’effondrant comme des épouvantails dans des rizières devait être un cauchemar pour leur créateur.

L’écart était de plus en plus réduit à mesure que des fossés apparaissaient entre les innombrables soldats. L’effectif pouvait sembler illimité, mais en fin de compte, tous les sorciers avaient une limite.

Peu de temps après, Randolph n’avait plus rien à faire.

« Ah, le jeune maître est toujours aussi absurde ».

Les soldats squelettiques avaient été détruits plus rapidement que ceux qui sortaient des vers de sable. Ainsi, la ligne de front avait été repoussée, et la nécessité de protéger Théodore avait disparu. Randolph avait regardé avec tristesse les boules de feu qui tombaient constamment sur l’ennemi.

Cependant, c’est à ce moment que…

Ku ku ku kung… !

Un autre ver des sables s’était soudainement élevé derrière Théodore. Il était différent des autres vers de sable ; celui-ci était censé être une « goule » au lieu d’un « zombie ».

« Quoi ?! »

Par conséquent, les réactions de Randolph et des armures vivantes avaient été tardives. La vitesse du ver, qui était supérieure à sa capacité physique quand il était en vie, était comparable à celle d’un orque dans l’océan.

Le museau du ver s’était ouvert, et un sorcier en robe noire en était sorti. « -Kuhuhu ! Vous n’étiez pas vigilants, imbéciles ! »

Randolph avait pu se rendre compte tout de suite que le sorcier qui se tenait au loin était un faux, alors que le vrai s’était caché pour surprendre Théodore. Il s’était avancé, mais le sort de magie noire avait été lancé plusieurs temps plus vite.

« Les esprits maléfiques de l’abîme, tuez-le… ! »

Le sort de magie noire, Malédiction de la mort, invoquait des fanômes qui ne pouvaient même pas être comparés à des spectres ou des banshees. Le sorcier avait créé le sort en rassemblant au moins 10 000 esprits. C’était une masse de malice qui pouvait tuer n’importe quelle créature vivante juste en la touchant. Le plus effrayant, c’est que la magie de défense ou la résistance physique ne servaient à rien contre elle.

L’inconvénient fatal était que malgré un coût aussi élevé, c’était un objet jetable qui ne pouvait être utilisé qu’une seule fois.

‘Dangereux !’

Au moment où le pouvoir de la magie noire rougeâtre avait jailli comme un éclair, une goutte de sueur avait roulé sur le cou de Randolph.

‘…Ce fils de pute observait les capacités du jeune maître.’

Théodore avait déchiré l’armée des morts-vivants avec des boules de feu et ne montrait aucun signe de fatigue malgré les bombardements constants. Le sorcier avait vu cela et n’avait pas hésité à tendre une embuscade à Théodore. Il avait alors préparé un sort suffisamment dangereux pour qu’il soit certain de pouvoir tuer Théodore. Théodore pouvait-t-il survivre à cette attaque surprise ?

Bien sûr, c’était le cas.

« Est-ce pour cela que tu voulais que j’attende ? » murmura Théo.

Théo était-il devenu fou après avoir vu la mort imminente sous ses yeux ? Le sorcier se moqua quand il entendit Théodore marmonner à lui-même.

-C’est exact. C’est ce que j’attendais.

Cependant, Théodore parlait à quelqu’un d’autre. Avec la perception sensorielle d’Alfred et la capacité de détection de Mitra, très peu de choses pourraient le surprendre. Néanmoins, il y avait une raison pour laquelle il avait attendu que le sorcier se révèle et avait permis au sorcier de compléter le sort « Malédiction de la mort », un sort de magie noire composé de « mauvais esprits ».

Cela signifiait…

« Manger ».

Cela signifiait que c’était la proie de Gluttony.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

4 commentaires pour l’instant

drakPublié le10:33 - Fév 18, 2020

merci pour les chapitres

Gunts92Publié le10:51 - Mai 4, 2020

C’est pas humain de nous laisser tous ces mois sans nouvel et revenir donner une pastilles ou deux ? t’es bipolaire ? on sais même pas si tu es en vie là :'(

Gunts92Publié le10:52 - Mai 4, 2020

quelques noews de temps en temps pour ne serait que donner signe de vie.

MehlrothPublié le12:21 - Juil 1, 2020

Bonjour est-ce que les traductions du site sont définitivement arrêtée ou bien reprendront-elles cet été?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :