Chapitre 1.1 : Le Grimoire Avide

Chapitre 1 : Le Grimoire Avide 1

« Theodore Miller. »

Un homme avec des cernes sous les yeux appela le nom de Theodore Miller. Les fines joues de l’homme poussaient ses pommettes plus haut, dégageant une impression anguleuse. Il aurait été considéré comme étant un résidant des bidonvilles s’il avait été mal habillé.

Toutefois, cet homme était en réalité un professeur de troisième grade et un maître du 5e Cercle, faisant de lui l’un des meilleurs au sein de l’Académie de Bergen.

Professeur Vince, l’homme maigrelet, parla dans un ton sérieux : « Tu devrais savoir pourquoi je t’ai appelé. »

Theodore Miller, raccourci en Theo, hocha la tête avec un visage ombreux. C’était parce qu’il ne pouvait supporter d’ouvrir la bouche et répondre à la question. Il avait été préparé depuis un certain temps, mais à présent que c’était réellement en train de se passer, il avait l’impression que son cœur était en train de tomber en morceaux.

« Tes notes écrites sont brillantes. On t’a seulement déduit trois points parmi tous tes sujets. Et même là, c’était juste des erreurs mineures. Il n’y a eu personne d’autres qui a pu y répondre à part toi, alors tu peux y penser comme un score parfait. »

Bien que ça ne pouvait pas être publiquement confirmé, certains des questions du test ‘’avaient été conçues pour être fausses’’. C’était une règle tacite de l’école afin que la note maximale ne soit pas facilement accorder. Néanmoins, Theo n’eut des points retranchés que de trois questions. Peut-être que c’était une meilleure performance que certains des professeurs.

Vince admirait le talent de ce jeune homme tout en se sentant triste dans le même temps. C’était parce que Theodore Miller manquait de talent pour devenir magicien.

« Cependant, tu ne peux pas obtenir ton diplôme parce que tes résultats pratiques ont été un échec. »

La voix catégorique pressa fermement le dos de Theo.

L’école avait deux conditions nécessaires pour l’obtention du diplôme : l’une était d’avoir une note écrite supérieure à 70 points et l’autre était de devenir un maître du 3e Cercle. La première n’était pas difficile, mais la dernière condition était un problème.

Pour Theo, qui était né avec une basse quantité de pouvoir et de sensibilité magique, le mur du 3e Cercle était trop haut. Bien qu’il avait réduit son temps de sommeil juste afin de pouvoir s’exercer, il ne pouvait même pas atteindre la cheville de ses camarades de classes. En dépit de ses entraînements, sa magie s’épancherait frénétiquement.

Par conséquent, Theo fut incapable d’obtenir son diplôme en trois ans.

« Hu… Theodore, à quel cercle es-tu ? » Demanda Professeur Vince avec frustration.

Il avait posé la même question l’année dernière et l’année avant celle-là. Cependant la réponse n’avait jamais changé. Theo donna une fois encore la même réponse : « … 2e Cercle. ».

C’était un chiffre horrible.

La plupart des élèves de l’académie atteignaient en général le 2e Cercle avant la fin de leur première année et le 3e Cercle lorsqu’ils entraient leur troisième année. Ce n’était pas rare pour les excellents élèves d’atteindre le 4e Cercle avant l’obtention de leur diplôme.

Théo, toutefois, était resté dans l’académie pendant cinq ans et ne pouvait toujours pas franchir le mur du 3e Cercle. De plus, ce n’était pas le seul problème.

« As-tu maîtrisé la magie de 2e Cercle ? »

« … J’ai échoué. »
La voix de Theo baissa davantage.

Si la seule chose qui lui manquait était simplement la quantité de pouvoir magique, alors il pourrait l’approvisionner de sources extérieures. C’était un peu cher à faire, mais s’il prenait des réactifs faits de pouvoir magique, il pourrait gagner suffisamment de pouvoir nécessaire pour le 3e Cercle.

Cependant, la sensibilité de Theo était au plus bas, pourtant c’était indispensable pour utiliser la magie. Le manque de pouvoir magique pouvait être surmonté, mais il n’y avait aucune méthode pour augmenter la sensibilité au mana.

C’était la raison pour laquelle Professeur Vince avait renoncé à sponsoriser Theo.

C’est un gaspillage du génie de Theo, mais…avec une sensibilité magique si médiocre, il ne survivra jamais en tant que magicien. Passer cinq années et ne même pas maîtriser la magie de 2e Cercle, c’est sans espoir.

Il parcourut Theo du regard avec une expression mélancolique.

N’importe quel autre étudiant aurait abandonné plus tôt… Theo, qui savait mieux que qui que ce soit d’autre qu’il n’avait pas de talent, avait essayé pendant trois années. Cet engagement était incomparable à celle des autres élèves qui avaient poussé telles des plantes dans une serre.

Si Theo possédait une sensibilité magique de niveau ordinaire, alors la position de major de promotion aurait été la sienne.

La réalité était néanmoins trop cruelle.

Professeur Vince tira une enveloppe d’un tiroir et hésita pendant un instant. Ce n’était pas la première fois, mais il avait l’impression que le poids de l’enveloppe avait augmenté au fil des ans. C’était une lettre que l’on donnait au redoublant.

« C’est mon rôle en tant que professeur, mais… Je ne peux pas m’empêcher d’avoir l’impression de te faire quelque chose de mal. Je suis désolé. »

« … Non, ça va. »

« Lis-le une fois, puis débarrasse-toi-en. Il ne devrait y avoir rien de différent de l’année dernière, mais on ne sait jamais. »

Theo accepta l’enveloppe calmement.

Ses doigts étaient continuellement sur le point de trembler, mais il réussit d’une manière ou d’une autre à résister. C’était sa troisième lettre de redoublement. Le recevoir une fois ferait de quelqu’un l’objet de la moquerie, tandis que le recevoir deux fois ferait de quelqu’un la honte de sa famille.

Theo était le seul étudiant de l’Académie Bergen à jamais la recevoir trois fois.

Plus que tout, la troisième lettre de redoublement avait une signification différente. C’était la dernière. Une quatrième lettre n’existait pas.

Professeur Vince ne l’avait pas dit, mais si Theodore n’obtenait pas son diplôme l’année prochaine, il serait expulsé. Ça serait un scandale si honteux que ça serait mieux pour lui d’abandonner et de protéger son honneur.

N’est-ce que jusqu’ici ?

Theo regarda la lettre de redoublement avec un œil inexpressif.

Ses yeux qui avaient été autrefois remplis de rêves étaient en train de s’assombrir. Le jeune homme, qui était rentré à l’académie pour devenir un grand mage, devait à présent faire face à la sombre réalité qui ferait céder ses genoux.

Je peux le faire l’année prochaine. Je peux avoir mon diplôme l’année prochaine. Un tel espoir était désormais en train de le dévaster, alors qu’il se tenait au bord du précipice d’une ruine.

Theodore Miller…

Il était le fils aîné d’une famille noble en disgrâce. La famille Miller, qui par le passé avait servi les seigneurs féodaux en tant que comtes, avait été poussée à sa chute il y a cent ans. Leurs tentatives pour rétablir leur famille n’avait rien laissé à Theo.

Alors, Theo voulait devenir magicien. Contrairement à ceux qui devaient subir un sévère entraînement dès leur enfance, les enfants avec des titres de noblesse étaient capable d’entrer l’académie sans trop de difficulté. Il pensait qu’il était intelligent, alors il convainquit ses parents et y entra, au-delà du seuil de l’Académie Royale.

Cependant, ça le mena ici. Theo se coucherait plus tard et se réveillerait plus tôt que qui que ce soit d’autre. Il travaillait avec enthousiasme en classe et réduisait son temps de sommeil afin d’exercer son mana. Plutôt que de blâmer l’environnement limité, Theo avait cru qu’il serait récompensé s’il faisait plus d’effort.

Etais-je trop optimiste ?

Ses camarades de classes avaient obtenu leur diplôme deux ans plus tôt et ses juniors d’une année plus jeune que lui avaient déjà obtenu leur diplôme. A présent, il y aurait des juniors de deux ans plus jeune que lui qui recevraient bientôt leurs diplômes.

Même les nouveaux élèves connaissaient son nom. C’était le cancre de longue date de l’académie.

Theo apporterait le déshonneur à sa famille Miller déchue.

Où est-ce que ça à tourner mal ?

Etait-ce lorsque les sorts utilisés dans le premier test avaient échoué ? Lorsqu’il avait réalisé que c’était sans espoir avec sa sensibilité magique ? Lorsqu’il avait reçu sa première lettre de redoublement quelques jours avant la cérémonie de remise des diplômes ? Lorsqu’il avait pensé qu’il ne fournissait pas assez d’efforts après avoir reçu deux lettres ?

Ou peut-être… que ça avait été la première fois qu’il rêva de devenir magicien.

Bon sang.

Jusqu’ici, il n’en avait jamais voulu à sa propre pauvreté. Il y avait des gens qui mangeaient moins que lui et ceux qui ne pouvaient pas vivre dans l’opulence. Même si leur statut était tombé, Theo était toujours un noble et avait réussi à entrer l’Académie Royale.

Toutefois, sa patience était en train d’atteindre ses limites.

Les réactifs magiques que les autres élèves buvaient comme si c’était de l’eau ? Theo avait renoncé à ces derniers sachant qu’une bouteille coûterait deux mois du budget de la famille Miller.

Embaucher un autre magicien comme précepteur ? Il ne serait même pas capable de s’en payer un même s’il vendait toute la propriété des Millers.

Evidemment, beaucoup d’élèves obtinrent leur diplôme sans utiliser ces méthodes. Ils augmentaient leur pouvoir magique avec un talent naturel inné et ne nécessitaient pas qu’on les enseigne séparément. Sans talent ou sans argent…

Une personne pouvait toujours obtenir  son diplôme même s’il leur manquait une de ces choses. Theodore Miller n’en possédait cependant aucun.

« Je devrais y aller. »

Aussitôt que le professeur hocha la tête en accord, Theo se retourna.

Il n’était pas confiant de maintenir son sang-froid plus longtemps. Son calme visage était déjà à moitié déformé. Pour le moins, il ne voulait pas que le professeur voit quelque chose de si laid.

Bang.

La porte se ferma avec un bruit plus criard que lorsqu’il était entré.

Avec une lourde expression, Professeur Vince regarda vers la porte par laquelle Theo s’était évanoui, mais le professeur baissa bientôt son regard, de retour sur le livre qu’il était en train de lire. Les pages du livre ne furent pas tournées pendant un long moment.

*  * *

Dring !

La bruyante cloche pouvait être entendue dans le couloir. C’était une sonnerie qui signifiait que c’était le soir.

Due à la magie, le volume était constant peu importe d’où on l’entendait. Les élèves restant au dortoir ne pouvaient pas quitter l’école après ce temps, tandis que les élèves ne dormants pas dans les dortoirs devaient partir.

Alors que Theo se dirigeait vers le dortoir avec le regard vide, il arrêta tout à coup de bouger.

« … Quand j’y pense, je n’ai pas encore dîné. »

Devrait-il aller à la cafétéria ?

Il réfléchit pendant un moment avant de secouer la tête. A cause de la lettre de redoublement dans sa main, Theo n’avait pas d’appétit. Devrait-il retourner au dortoir et dormir ? Non, sa somnolence avait longtemps été soulevée. Il serait chanceux de ne pas faire de cauchemar en dormant.

A la fin, les pas de Theo s’acheminèrent au même endroit que d’habitude.

C’était un lieu qui avait rarement de visiteurs, ainsi que le lieu le plus agréable pour lui de l’Académie Bergen – la bibliothèque.

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :