Chapitre 10 : Interactions avec un commerçant de marché noir 2

Chapitre 10 : Interactions avec un commerçant de marché noir 2

Dans toute ville, les périphéries étaient toujours plus désertes que le centre, y ayant moins de personnes se promenant. C’était aussi vrai pour la ville Bergen. Les hauts immeubles diminuèrent graduellement en taille, et les routes propres, devinrent couvert de poussières. Les nobles fronceraient automatiquement les sourcils devant cette vue.

Toutefois, Theo ressentit une étrange nostalgie.

Cette zone n’a pas changé du tout.

C’était différent des rues principales qui changeaient tout le temps. La plupart des écriteaux suspendus étaient difficiles à lire, abimés à cause du vent et de la pluie. C’était aussi fréquent que les écriteaux se fassent emportés ou qu’ils n’y ai aucune lettre. Si Theo s’engouffrait dans les sombres ruelles, il verrait les mendiants se tournaient et se retournaient.

Le paysage, qui demeura le même malgré le passage de trois années, fit repenser à Theo à des souvenirs lointains.

Il y a trois ans.

Il y a trois ans, il venait juste d’entrer le 2e grade.

Le Theodore Miller de cette époque n’était pas cynique, ni distant avec les autres. Lors de la première année, les leçons étaient concentrées sur la théorie plutôt que les compétences pratiques, alors il avait été capable d’obtenir des meilleures notes que n’importe qui d’autre.

Les perspectives d’avenir de Theo brillaient assez fort pour que certains enfants nobles lui prêtent attention. Il savait  qu’il y avait un commerçant de marché noir dans cette zone parce qu’il l’avait visité avec un ami à cette époque-là.

« Ha, quel ami ? »

Theo rit froidement en se remémorant le passé. Dès que son infériorité fut révélée, ils lui tournèrent tous le dos. Celui qu’ils considéreraient comme leur ami était un « excellent magicien », pas « Theodore Miller ». C’était ridicule qu’il n’ait pas reconnu leur duplicité, et leur action de tourner leur dos sur leur relation était répugnante.

Il se souvint jusqu’à ce stade. Theo cessa de marcher lorsqu’il arriva à sa destination. Il n’y avait pas d’erreur dans sa mémoire.

« Cet endroit… est-ce toujours ouvert ? »

Toutefois, il hésita pendant un moment sans tourner la poignée de la porte. Il n’y avait aucun écriteau sur la cabane miteuse. Les fenêtres ne montraient aucun signe de propreté, et les escaliers crissaient comme s’ils s’écrouleraient à tout instant. S’il n’y avait pas de signe indiquant « OUVERT » sur la porte, il aurait peut-être rebroussé chemin.

A la fin, il tourna la poignée de porte.

Kkiiik.

La porte décrépie s’ouvrit avec un bruit strident, et en s’ouvrant, l’intérieur fut révélé. Pour résumer, c’était un bazar. Il y avait beaucoup de choses diverses entassées les unes sur les autres, et dont la raison d’être était impossible à deviner. Cependant, contrairement à un bazar normal, les prix n’étaient pas accrochés.

L’une des caractéristiques du marché noir était que les prix fluctueraient dû au marchandage avec le propriétaire.

Alors, toute personne naïve ou stupide se ferait avoir.

Les commerçants de marché noir restaient toujours des marchands. Ils étaient talentueux pour extraire de l’argent des poches de leurs clients. En fait, leur source principale de revenu était de vendre des choses à bas prix. Alors, lorsqu’on interagissait avec un commerçant de marché noir, il était nécessaire d’être accompagné par une personne qui ne serait pas facilement ébranlée.

Theo se rappela ce fait et prépara son cœur. Ce fut à ce moment que…

« Quoi, un client ? » Une voix flippante était entendue de quelque part. Theo se tourna vers le comptoir et réalisa une chose de plus.

… Le commerçant de marché noir a changé.

Dans le passé, ça avait été un homme chauve d’âge mûr avec un physique robuste, mais celui qui le salua à l’instant était un mince jeune homme. Les bras exposés sous ses manches étaient clairement entraînés, et un regard semblable à celui d’un serpent le fixait entre des paupières baissées qui le faisait paraître somnolent.

Il ne serait pas aussi facile à gérer qu’il le semble.

« Alors, jetez un coup d’œil alentour. Notre boutique n’est pas assez aimable pour expliquer les choses, alors vous devrez choisir par vous-même. »

C’était un capharnaüm, mais c’était une règle pour un commerçant de marché noir. Ils n’expliqueraient rien à propos des biens qu’ils vendaient. Dans le cas des produits défectueux, ils perdraient leur vente, s’il les expliquait.

Par-dessus tout, le coût pour nettoyer les biens maudits excédaient le prix de vente.

Parfois, des gens paieraient pour une évaluation, mais si une telle chose était courante, les commerçants de marché noir seraient alors incapables de vendre leurs biens. C’était à la place beaucoup plus facile de trouver des imbéciles assis dans la rue espérant faire de l’argent.

Je devrai commencer maintenant.

Theo regarda d’abord les produits en vitrine. La première chose à vérifier était si oui ou non les « aptitudes » seraient consommées. Il prit soigneusement une dague qui était exposé sur une étagère dans le coin.

Puis, il marmonna à basse voix : « Evaluation ». Il y eut une aspiration bruyante, et la langue de Gourmandise lécha la dague.

[+1 Canine avec un Attachement Persistant (Type Epée)]

[Une dague ordinaire faite en acier. Il n’y a pas de traitement magique, mais un profond ressentiment est incrusté dans la lame. Lorsqu’on est coupé par cette dague, « Ouverture de Plaies » sera appliqué à la blessure.

* Le grade de cette dague est « Normal ».

* Une fois ingéré, une très petite quantité de pouvoir magique sera absorbée.

* Une fois ingéré, votre compréhension de la magie « Ouverture de Plaies » augmentera.

* Une fois ingéré, le temps de digestion sera de 5 minutes et 11 secondes.]

Ok, vas-y !

Theo saisit inconsciemment sa main droite. Le résultat était supérieur à ce qu’il avait imaginé. Non seulement cela révélait l’effet caché de la dague, mais il pouvait obtenir quelque chose d’autre que du pouvoir magique de ça.

De plus, une magie comme « Ouverture de Plaies » n’était pas facile à apprendre parce qu’elle pourrait être utilisée pour de mauvaises fins. C’était difficile à trouver dans la bibliothèque de l’académie, où tout type de livres magiques était dispersé.

Theo marqua une pause pendant un moment, avant de chercher parmi les autres objets avec enthousiasme.

Cette dague est utile. Cette armure en cuir… Ack, de la magie pour la garder sale ? Et qui est l’idiot qui a mis un sort de précipitation dans un sablier ? Il y a également beaucoup d’items inutiles.

Eh bien, ça n’avait pas vraiment d’importance si l’item avait de la valeur ou non.

Theo regarda fixement les fenêtres d’informations qui apparaissaient, et faisait ses choix sans hésitation. Il sélectionna tous les objets qui augmenteraient son pouvoir magique une fois qu’ils seraient consommés par Gourmande. C’était la même chose pour les biens inutiles. La boutique de marché noir remplit d’items inutiles était littéralement une zone de chasse en or pour Theo.

Vingt minutes plus tard, Theo se dirigea au comptoir avec un panier d’items.

« … Hoh ? »

Le commerçant de marché noir le regarda avec intérêt.

« Client, cela ne vaudrait pas au moins un mois de vente de notre boutique ? Même avec  une remise, ça sera au moins deux ors. »

« Voyons voir ? Je ne pense pas. »

Theo rejeta avec audace l’offre du commerçant de marché noir. Deux ors étaient un prix ridicule. Les seules choses qu’il avait mises dans son panier étaient des produits défectueux. Le vendeur serait chanceux s’ils étaient vendus à vingt argents, et il ferait toujours du profit.

Toutefois, le commerçant de marché noir ignorait que Theo avait toutes ses informations. Sans surprise, le commerçant de marché noir rit légèrement.

« Hey, Jeune Maître. Ne savez-vous pas que ça serait une aubaine si un item authentique apparaissait dans le lot ? Qui sait ce qui apparaîtrait d’une chose avec une imperfection ? »

« Eh bien, c’est le cas en temps normal. »

L’expression du commerçant de marché noir changea à l’attitude blasée de Theo.

« En temps normal? Qu’est que le Jeune Maître veut dire ? »

Au lieu de répondre, Theo leva son index, puis pointa un objet sur le comptoir. C’était un collier qui s’effondrait vers les extrémités. C’était un collier qui ne pouvait pas être utilisé comme accessoire.

De plus, selon les aptitudes de Gourmandise : « Ce collier, il se serrait autour du coup du porteur. Le matériau est trop médiocre, alors il se cassera. Comment puis-je payer pour un produit si défectueux ? »

« … Quoi ? »

« Ces gants sont encore plus pourris. Ca sera difficile de tenir quoi que ce soit avec parce que la magie ‘’Graisse’’ a été appliquée au niveau des doigts. Et ça… »

Les yeux du commerçant devinrent vides comme il continua à décrire les items. Cependant, après quelques instants, le commerçant du marché noir réalisa rapidement ce que ces descriptions signifiaient. Il n’y avait qu’une possibilité lorsqu’une personne était capable de parler d’avoir des informations si authentiques.

Bien sûr, Theo mentait peut-être, mais il y avait un autre moyen de le vérifier.

« Jeune Maître, êtes-vous un estimateur ? »

Estimateur…

Cela faisait référence aux utilisateurs qui utilisaient la magie « Evaluation », qui était un type de magie qui pouvait seulement être appris par les magiciens avec des qualités spéciales. Ils étaient les bienvenues dans beaucoup de lieux à cause de leur petit nombre et leur utilité. Même  le roi, les familles royales et les nobles n’hésiteraient pas à payer un prix élevé pour les services d’un estimateur.

« Eh bien, je suppose que oui. » Dit Theo effrontément.

Grâce à Gourmandise, Theo pouvait prétendre être estimateur. C’était le résultat d’Evaluation, il n’était en réalité pas estimateur. Il était, toutefois, nécessaire de dissimuler son existence de la Tour de la Magie. S’il remarquait la présence de Gourmandise, ils essayeraient de lui couper le poignet.

« … Que c’est intéressant. Cela fait longtemps que je n’ai pas été si intéressé. »

Le commerçant de marché noir se leva, et changea l’écriteau sur la porte en « FERME ». Il détermina que ce serait plus bénéfique de parler à Theo pendant un moment. Après avoir fermé  la porte et couvrit les fenêtres avec des rideaux ; il était désormais prêt à parler.

« Je suis désolé pour mes précédents propos. Je ne m’attendais pas à ce qu’un estimateur vienne chez un commerçant de marché noir. »

« Je le pensais aussi. »

Theo ne démentit pas les mots du commerçant de marché noir. A ce moment, Theodore était « estimateur ». Il était tombé sur un point faible et devait jouer ce rôle. Par conséquent, il attendit que son adversaire parle, au lieu de faire lui-même des demandes. Tant que sa position était supérieure, ce serait la personne en face de lui qui serait précipitée.

Bientôt, le curieux commerçant de marché noir mordit à l’hameçon.

« Oui, Jeune Estimateur. Pourquoi êtes-vous venu dans cet humble endroit. »

Le vrai marchandage commencerait maintenant. La première partie de son plan pour augmenter son pouvoir magique à travers le commerçant de marché noir débuta.

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                                Chapitre suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :