Chapitre 11 : Interactions avec un commerçant de marché noir 3

Chapitre 11 : Interactions avec un commerçant de marché noir 3

Theo commença à expliquer le « marché » qu’il avait imaginé.

A ce moment, il offrait la chance de transformer des produits inutiles en commodité viable. En échange, il prendrait un certain nombre d’artefacts et de marchandises de mauvaise qualité. En d’autres mots, cela signifiait payer l’évaluation de produits authentiques avec des biens défectueux.

Le commerçant de marché noir y réfléchit, avant de lancer à Theo un regard de prudence. Il ne comprenait pas. Non, ce serait inexact de dire qu’il ne comprenait pas.

« Alors… vous évaluerez les biens dans la boutique, et le seul coût sera que vous prendrez les artefacts défectueux ou de mauvaise qualité ? »

Aux yeux du commerçant de marché noir, cela avait tout l’air d’une proposition suspecte.

Embaucher un estimateur revenait cher. Le coût de l’évaluation d’un produit authentique variait environ de trois à cinq ors, et les bénéfices de vente n’étaient que d’environ un or. Soit dit en passant, les frais pour un item non-authentique étaient de cinquante argents. S’il appelait un estimateur en vain, cinquante argents partiraient en poussière.

Evidemment, l’histoire serait différente pour un bien authentique, mais… Quelle était la probabilité qu’un item authentique chez un commerçant de marché noir vaille la dépense ? S’il y avait dix items évalués, y en aurait-il des bons dans le lot ?

Disons que huit des produits étaient défectueux. Le trou créé par les huit artefacts serait plus grand que le profit généré par les deux artefacts authentiques. Le commerçant vendait par conséquent des produits authentiques comme des tickets de loteries à bas prix. Toutefois, avec la proposition de Theo, il pourrait significativement réduire le coût.

« Oui, j’en prendrai quelques-uns. »

Le visage impassible du commerçant de marché noir se fissura finalement comme il sourit à Theo. Ce dernier savait très bien à quel point les estimateurs étaient chers. Il supposait que le commerçant de marché noir ne serait pas capable de couvrir les coûts.

C’est une offre qu’un commerçant de marché noir ne peut absolument pas refuser. Je suis le seul dans ce monde qui offrirait une telle affaire.

C’était réellement le cas.

Dans la tête du commerçant de marché noir, un boulier était frénétiquement en train de calculer à la pensée d’un tel jackpot. Ce qui semblait être une journée ennuyeuse, s’était radicalement transformé dans les comptes de la boutique. N’importe qui serait perplexe. Peu de temps après, le boulier dans la tête du commerçant dévoila son résultat.

Peu importe la façon dont je le regarde, c’est un énorme profit !

Même si neuf items sur dix étaient défectueux, c’était assez pour payer l’évaluation. La plus grande perte serait cinquante argents, tandis que le bénéfice vaudrait plusieurs fois cela. De plus, et s’il n’obtenait pas un, mais deux produits authentiques ? Voire trois ? L’argent que le commerçant de marché noir pouvait gagner varierait.

Il avait envie d’accepter la proposition sur-le-champ. Cependant, le commerçant de marché noir s’éclaircit la gorge et secoua la tête.

« Hoo, je suis perdu. Je ne sais pas quoi faire ? »

Theo fronça les sourcils en entendant ces mots.

« Comme ça se fait ? Ce sont des conditions exceptionnelles. »

« Bien sûr. C’est parce que j’en suis bien conscient. C’est une offre qui ne peut pas être refusée… Alors, ça m’inquiète. »

Un sourire se révéla sur le visage du commerçant de marché noir.

« C’est étrange peu importe comment j’y réfléchis. Quels bénéfices est-ce que le Jeune Maître recevra-t-il de ces conditions ? »

« Tu n’as pas besoin de le savoir. »

« Je vois. »

Le commerçant de marché noir regarda Theo avec des yeux de serpent. C’était comme si ces yeux pouvaient voir l’intérieur de sa tête. Pas mal de personnes tressailliraient devant de tels yeux, mais Theo ne détourna pas son regard. Le commerçant de marché noir sourit comme il jaugea sa réponse, puis expliqua ses raisons.

« Depuis que je suis petit, j’ai appris de ne pas accepter des affaires qui profitent qu’à un seul côté. Je ne sais jamais ce que j’aurai à payer par la suite. En fait, la personne qui me l’a appris, a été tuée pour ne pas avoir tenu parole. »

C’était préoccupant puisque le commerçant de marché noir ignorait les intentions de la personne en face de lui. Dans ce monde d’humains, il ne pouvait croire en personne à part lui. C’était pour cela qu’il hésitait. Il ne pouvait pas deviner la raison pour laquelle l’estimateur suggérait cette proposition.

Ça serait déraisonnable de rejeter cette affaire, mais elle est trop bonne pour être acceptée.

Devrait-il renoncer au marché à cause de quelques doutes, ou accorder la priorité à la réalisation de profits ?

Le commerçant de marché noir était habitué à une vie rude, alors il réfléchissait calmement.

« Je suis désolé, mais si vous ne pouvez pas me donner de réponse, ça se terminera ici. »

Theodore se raidit devant l’inimaginable résistance dont le commerçant faisait preuve.

Non, il refuse parce que c’est trop bénéfique ? Est-ce donc le monde des commerçants de marché noir ?

Devrait-il partir et trouver d’autres commerçants de marché noir ?

Theo hésita pendant un instant, avant de secouer intérieurement la tête. Il n’aurait pas su que ce lieu existait s’il ne l’avait pas visité trois années plus tôt. Il n’avait pas non plus d’informations convenables pour chercher d’autres commerçants de marché de noir, et les chances de conclure un marché étaient proche de zéro.

D’une manière ou d’une autre, il devait conclure l’affaire avec ce commerçant de marché noir.

Mais je ne peux pas révéler l’existence de Gourmandise… Comment est-ce que je convaincs ce type ? Un mensonge hâtivement créé ne le persuadera pas.

Pour faire simple, c’était difficile d’instiller de la confiance chez les autres, particulièrement s’il devait cacher la raison. Cela aurait été plus simple s’il y avait un notaire, mais une boutique de marché noir n’était pas le genre d’endroit à en posséder. Ses tentatives de dissimulation d’identité étaient peut-être futiles.

A ce moment-là, quelque chose lui traversa l’esprit.

… Non, attends un peu.

Le visage de Theo s’illumina comme il se souvint de quelque chose. Il regarda le commerçant de marché noir et dit sans hésitation : « Je suis désolé mais je ne peux pas te dire pourquoi. Je ne peux que te demander de me faire confiance. ».

« Vraiment ? Alors, cette conversation… »

« Allez, ne sois pas si hâtif. »

La voix du commerçant de marché noir fut interrompue.

Alors qu’il regarda Theo avec une expression désorientée, le concept de notaire émergea.

« Si tu es commerçant de marché noir, les transactions illégales ne sont pas inhabituelles. Tu croiseras souvent des personnes peu fiables. »

« Qu’essayez-vous de dire ? »

« … As-tu un Rouleau de Geisa ? »

Un Rouleau de Geisa, en d’autres mots, un rouleau qui forçait une geis. C’étaient des items produits en masse par la Tour de la Magie. Le visage du commerçant de marché noir se tendit devant ces mots.

Il demanda d’une voix nerveuse : « Jeune Maître, êtes-vous sérieux ? »

« Oui. »

« … Alors, c’est une histoire différente. »

Le commerçant se leva et marcha vers le comptoir, tirant une petite boite d’en dessous. Il l’ouvrit et en sortit un parchemin. Même de loin, la couleur rougeâtre notable et les cercles magiques en sa surface prouvaient son authenticité.

C’était la première fois que Theo voyait un Rouleau de Geisa.

« C’est ça ? »

« Oui, ça fait longtemps que je ne l’ai pas sorti. Il n’y a pas beaucoup de grandes choses qui nécessitent qu’on écrive dessus. »

Le parchemin rouge brillait intensément entre les deux. A l’image de son nom, sa fonction était de forcer un geis. Il y aurait une contrainte dans le contrat écrit sur le parchemin à laquelle il fallait adhérer. Si le contrat était brisé, alors ils risquaient de perdre leur vue ou leur vie.

Par conséquent, un Rouleau de Geisa était plus fiable qu’un notaire.

« … Commençons. Je m’appelle Canis. Jeune Maître ? »

« Theodore Miller. »

« Vous êtes vraiment un noble. Alors, je vais écrire les termes du contrat comme vous l’avez décrit plus tôt. Ne le regrettez pas plus tard. »

Le commerçant de marché noir commença à rédiger le contrat. Si cette affaire échouait, ce serait une perte pour lui. Le Rouleau de Geisa le débarrassa de tout doute persistant, mais il devait s’assurer que tout était bon. En raison de cela, il fallut longtemps pour que la moitié du parchemin soit remplie de clauses.

Theo regarda tranquillement le parchemin, puis dit :

« Canis, j’aimerai ajouter une clause. »

« Laquelle ? »

« Le silence à propos de cette transaction et moi. Si tu ne peux pas l’accepter, alors le deal est terminé. »

En fait, Theo ne pouvait plus reculer,  mais il maintint un visage calme. C’était contreproductif pour un humain d’apparaître faible, il devait alors donner l’impression d’avoir l’avantage.

Une étrange expression apparut sur le visage de Canis, avant de laisser place à sourire. Il pensait que ce n’était pas grand-chose.

« Ha, est-ce une vengeance pour précédemment ? Eh bien, d’accord. C’est pour ça qu’on utilise un Rouleau de Geisa. Si c’est ça, je peux y accéder. »

Cela éviterait toute information de fuiter. Theo ne pouvait s’empêcher de pousser un soupir de soulagement. Même s’il avait une bonne tête, marchander avec un commerçant de marché noir était une autre histoire. Il n’avait pas d’aptitude pour interagir avec de telles personnes. Il pouvait seulement espérer que cela ne se reproduirait pas à l’avenir.

« Hey, Jeune Maître. »

« … Quoi ? »

Cette fois-ci, c’était Canis qui avait quelque chose à dire. Theo enfouit tout agacement lorsqu’il répondit.

« Pouvez-vous évaluer des items maudits ? Si possible, j’aimerai aussi vous le demander. »

« Um… »

Items maudits ?

C’était une question inattendue. Gourmandise était un grimoire qui mangeait des livres magiques. Theo n’avait pas vérifié si ce dernier pouvait distinguer les magies maudites séparément avant de les manger. Le commerçant de marché noir avait cependant de nombreuses choses qui pouvaient être utilisées pour vérifier cela.

« Je vais essayer. »

Canis lui apporta un item sans mot dire. Il était agile lorsqu’il était question de ses propres bénéfices.

Eh bien, je ne suis pas dans une position pour parler de ça.

Theo saisit l’anneau avec sa main gauche et ferma les yeux pour se concentrer.

« Evaluation. »

Il pouvait sentir la langue dans son poing fermé. Les informations visualisées dans sa tête dissipèrent toute inquiétude.

[+2 Le Gémissement de la Veuve (Accessoire)]

[Un anneau fait d’argent très pur. Le premier propriétaire de cet anneau perdit tôt son mari ; elle le suivit peu de temps après à cause d’une maladie de cœur. La tristesse de la veuve demeura dans cet anneau et se transforma en une forte malédiction. Si le porteur de l’anneau est une femme, l’état « déprimée » s’activera. Si le porteur de l’anneau est un homme, il y a une faible probabilité que l’état « déprimé » s’active.

* Le grade de cet anneau est « Normal ».

* Une fois consommé, une très petite quantité de pouvoir magique sera absorbé.

* Une fois consommé, la durée de digestion est de 8 minutes et 22 secondes.

* Une fois porté, le détenteur de Gourmandise n’est pas affecté par la malédiction.]

Ce n’était toutefois pas la fin.

Les phrases qui suivirent étaient suffisantes pour lui faire oublier son esprit et son corps épuisés.

[Vous avez évalué un item maudit. La faible malédiction s’est dérobée devant la présence d’un prédateur.]

[La magie de malédiction est un phénomène mystérieux. Lorsque vous nourrissez Gourmandise avec un item maudit, il y a une faible probabilité que le détenteur puisse apprendre les souvenirs et les expériences des compétences de la personne ayant laissé la malédiction derrière. Plus la malédiction est puissante, plus la probabilité est grande.]

[Le détenteur de Gourmandise n’est pas affecté par la malédiction.]

Le résultat était plus grand que ce à quoi il s’attendait. Theo accepta la requête sans hésitation. Bien sûr, il n’oublia pas d’en extraire un prix. La distribution d’items maudits au lieu d’artefacts avait été ajoutée comme une meilleure condition.

Après cela, les modalités se déroulèrent sans heurt.

Wuuong-

Une fois que les deux personnes ajoutèrent une empreinte de sang du pouce, le parchemin absorba leur sang et brilla avec une lumière rouge. Cela signifiait que le Rouleau de Geisa avait été activé avec succès. Canis le remit ensuite dans sa boite d’origine et le scella solidement. Puisque la clause contenait une condition de silence, l’existence du contrat en lui-même était un secret absolu pour Canis.

« Maintenant, puisque le marché a été établi… »

Theo, qui se sentait fatigué, leva sa main gauche avec une douce expression.

« Commençons immédiatement. »

A partir de ce moment, il était temps pour lui de faire le plein de pouvoir magique.

Chapitre précédent                                                                                                                                                                                                Chapitre suivant

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :