Chapitre 73 – Convoi de la capitale #3

Paradmin

Chapitre 73 – Convoi de la capitale #3

 

Les trois wagons se précipitaient dans les montagnes.

Transformés par le vent lui-même, les chariots se heurtaient parfois à des monstres qui obstruaient le chemin. Les chariots percutaient les gobelins et les kobolds avec un énorme pouvoir destructeur et les transformaient en sang sous les roues de leurs wagons.

Même les grands monstres comme les trolls et les ogres ne pouvaient échapper à la mort.

Kwang !

Il semblait que le nombre de ceux qui avaient été tués par les chariots avait augmenté d’un.

« Wow, n’est-il pas complètement brisé ? » Théodore claqua la langue en regardant le sang bleu se répandre à l’extérieur de la fenêtre. Comme le sang était bleu et qu’il y avait les restes d’un insecte, ce devait être une mante géante qui fut écrasée.

Un monstre menaçant dont même les mercenaires de première classe avaient peur avait été détruit par le chariot. Au contraire, le wagon ne ressentit pas du tout l’impact.

« Peut-être que ça pourrait être utilisé comme une arme ? Théo l’a rejeté dès qu’il a eu l’idée. Non, c’est impossible.»

Le wagon avait une grande puissance et une grande vitesse, mais la main-d’œuvre nécessaire pour tirer le meilleur parti de l’énergie éolienne était trop avancée. Plutôt que d’assigner quelques magiciens du 5e Cercle à un chariot, il était plus efficace pour eux de combattre directement.

Il sortit de cette pensée et se tourna vers Mitra qui jouait dans le siège à côté de lui.

[Hoi !]

Pororong.

Elle jouait avec le sylphide qu’Ellenoa avait convoquée. L’élémentaire, qui ressemblait à un moineau translucide, déploya ses ailes au signal de Mitra. La scène d’une petite fille et d’un oiseau jouant ensemble avec bonheur était comme une illustration d’un livre de contes de fées. Le cœur de Théo s’apaisa légèrement à la vue.

À ce moment-là, il sentit un toucher doux alors que ses doigts s’entrelaçaient avec les siens.

« Hein, Ellenoa ? »

Theo baissa les yeux vers sa main et fut choqué lorsqu’il réalisa l’identité de l’autre personne. C’est parce qu’Ellenoa, assise en face de lui, lui tenait la main. L’agréable sensation de sa main mince et douce se transmettait avec vivacité à travers la paume de sa main. Et ce, malgré le fait qu’il savait qu’Ellenoa était un genre neutre.

Cependant, sa voix était aussi calme qu’elle l’avait toujours dit :  » Es-tu inquiet pour ton mentor ? « 

Ces mots percèrent Théo.

Son teint rougissant devint instantanément pâle. Ses pensées s’assombrirent dès qu’il pensa à son mentor, Vince, qui s’était porté volontaire pour rester à Bergen. Ils avaient parlé plusieurs fois de la décision, mais Théo n’arrivait toujours pas à la comprendre complètement.

Pour Theodore Miller, Vince était son mentor unique en son genre, et sa valeur était incommensurable.

« Oui, c’est vrai. » Theo hocha la tête avec un sourire amer.

C’était drôle qu’il s’inquiète pour son mentor, mais Vince était dans un état blessé. Selon Shugel, la blessure de Vince s’aggraverait s’il se déplaçait en utilisant la magie spatiale. Theo hésitait à laisser une telle personne servir d’appât.

Puis Ellenoa lui serra la main et chuchota d’une petite voix : « Ne t’inquiète pas trop. Son destin n’a pas encore atteint le moment où le noeud sera noué. »

« Hein ? » Les yeux de Théo s’élargirent à ces mots.

Il allait l’ignorer si elle avait été une voyante dans la rue, mais Ellenoa était une mystérieuse haute elfe. De plus, les elfes étaient une espèce célèbre pour ne pas savoir mentir. Theo réfléchit sur le sens des mots d’Ellenoa avant de demander d’une voix tremblante, « …Ellenoa, peux-tu voir le futur ? »

Voir l’avenir – ou en d’autres termes, la prophétie – était un type de pouvoir donné aux dieux, aux démons et aux anciens dragons il y avait bien longtemps. La faiblesse des mortels était toujours le temps, car ils craignaient l’avenir. Ainsi, les prophètes qui pouvaient voir l’avenir étaient considérés comme des dieux.

Ellenoa était un descendant d’une espèce ancienne, mais un haut elfe pouvait-il vraiment voir l’avenir? En réponse, Ellenoa secoua la tête avec une expression subtile. « Ce n’est rien d’extraordinaire. Je peux juste comprendre quand la ‘fin’ arrive. C’est un demi-pouvoir qui apparaît quand je suis en danger. »

« Non, mais… ! » Theo essaya de dire quelque chose de plus, mais il se tut rapidement.

Ellenoa n’allait pas mentir juste pour le rassurer. Tant que son mentor était en sécurité, il n’y avait rien d’autre à demander. D’ailleurs, il y avait quelque chose qu’il devait dire avant de remettre en question les capacités d’Ellenoa.

« Merci de t’en inquiéter. »

« Non. Ce n’est rien. »

C’était une appréciation pour avoir exposé ses capacités afin de le réconforter. Tandis que le visage de Théo s’illuminait un peu, Ellenoa sourit et secoua la tête. Puis Mitra se pencha en arrière et tomba sur le plancher de la voiture.

[Heeeng ?!]

L’air gênant dans le chariot se brisa.

« Pfff ! »

« Ahaha ! »

L’atmosphère à l’intérieur du wagon devint plus lumineuse, et comme les deux personnes riaient du comportement de Mitra, celle-ci frappa les pieds de Théo avec une expression boudeuse. Son geste était de leur dire de ne pas rire, mais cela fit juste rire le duo encore plus.

Comme le bruit agréable émergeait des fenêtres, les chariots passaient par le point médian de la chaîne de montagnes grâce à l’énergie éolienne.

Depuis combien de temps étaient-ils sur le sentier de la montagne? A ce moment-là, le soleil se couchait, alors les magiciens baissèrent le rythme et donnèrent un paquet à Théo. L’identité du petit sac fut rapidement révélée.

« C’est ton repas avec Ellenoa. »

« Ah, merci. »

Theo prit le sac et le plaça sur une table au centre du chariot. Il ne s’en était pas rendu compte, mais il avait vraiment faim. Theo ouvrit le sac et en sortit quelques fruits, des bonbons, de la viande séchée et deux bouteilles d’eau. Les fruits furent probablement préparés pour Ellenoa car la sagesse populaire voulait que les elfes n’aiment pas manger de la viande.

Cependant, Ellenoa le nia carrément. « Ce n’est pas qu’on n’aime pas la viande. C’est juste que les êtres vivants sont tous les mêmes, alors y a-t-il une raison de faire la distinction entre les plantes et les animaux? Au contraire, notre corps va s’affaiblir si nous ne consommons pas de viande du tout. »

« Alors pourquoi les elfes d’Elvenheim ne mangent que des fruits lors de leurs missions ? »

« Je n’en suis pas sûre. » Elle mangea une pomme et y réfléchit un moment avant de répondre à la question. « Peut-être qu’il y a un problème avec la façon dont la viande est cuite ? »

« La façon dont elle est cuite ? »

« Les papilles gustatives d’un elfe sont un peu plus sensibles que celles des humains, il est donc difficile de manger des aliments contenant beaucoup d’épices. Je suppose qu’ils ne mangeaient que des fruits qui n’étaient pas cuisinés. » Ellenoa prouva ses paroles en mangeant de la viande séchée. « Nous mangeons essentiellement des aliments crus, alors il n’y a pas beaucoup de nourriture préparée avec du feu. Il est courant de consommer de la viande fraîche. »

Théodore imaginait involontairement les elfes en train de manger de la viande.

Un elfe chasseur de sangliers courant dans la forêt, tirant sur un sanglier, puis coupant sa chair avec une dague et la mangeant….

Il imaginait la bouche de l’elfe couverte de sang et avait l’impression que ses fantasmes sur les elfes étaient brisés. On avait imaginé que les elfes étaient des êtres gracieux qui aimaient les fruits et les feuilles de thé, ainsi que jouer avec les bêtes sauvages.

Cependant, ce n’était qu’un fantasme humain.

* * *

C’était arrivé à peu près à l’époque où Théo avait fini son repas et où Ellenoa était en train de déposer le dernier trognon de pomme.

« 2e voiture, 3e voiture, stop ! » L’énergie éolienne s’arrêta après qu’on ait entendu un cri de l’extérieur de la fenêtre.

Simultanément, la porte de leur voiture s’ouvrit, et un magicien entra. La robe bleue indiquait qu’il était un magicien de la Tour Bleue et qu’il était assez puissant pour faire vibrer la perception sensorielle de Théo. Le magicien vint de la troisième voiture qui était attachée en tant qu’escorte et expliqua pourquoi la voiture s’était arrêtée si soudainement.

« La 1ère voiture qui est à 250 mètres devant nous a engagé un combat contre quelque chose. Nous repartirons dès que le signal « Terminé » sera reçu, alors Ellenoa ne devrait pas s’inquiéter. »

« Attendez une minute. Vous ne vous joignez pas au combat ? » demanda Theodore avec une expression étrange.

Il interrogeait un aîné, mais le magicien répondit calmement : « C’est vrai. La formation de la Tour Rouge est si unique qu’il est difficile pour les autres tours de se battre avec eux. L’aîné Herman est là, donc il n’y a aucune raison de se joindre à eux. »

« Mais si… »

« S’il peut détruire la 1ère voiture en peu de temps, il n’y a aucun moyen de gagner même si nous attaquons. Et l’important n’est pas de gagner. »

C’étaient des escortes, pas des combattants. Il était du devoir du convoi de livrer le haut elfe, Ellenoa, en toute sécurité à Mana-vil, la capitale. Même s’ils pouvaient vaincre l’ennemi, ils devaient d’abord éliminer toute possibilité qu’Ellenoa soit blessée.

Cependant, Théo venait de penser à gagner. Les expériences qu’il avait absorbées avaient pour but de ‘se battre et de gagner’, et non d’escorter quelqu’un. Theo fut convaincu du contraire mais se tut. Non, il fut forcé de la fermer.

Kukukung…. !

C’était une chaîne de vagues de chaleur. Alors qu’un pilier rouge pâle s’élevait au loin, la terre se mit à trembler.

Il trembla comme un tremblement de terre. Une partie du ciel s’éclaircit. Les nuages furent déchirés par les fortes flammes et les explosions retentirent. Malgré l’intervalle de quelques centaines de mètres, le mana dans l’atmosphère se débattait comme un fou.

C’était la conséquence d’une collision magique qui était au moins du 6ème Cercle !

« Kuk…. ! » Même l’air qui touchait les paupières de Théo était chaud. Un pare-vent fut ouvert de manière réflexive.

Après avoir utilisé la magie froide, il sentit la température ambiante baisser un peu. S’il y avait autant de chaleur par la suite, le centre devait être aussi chaud que de la lave. C’était la preuve que le groupe d’Herman déversait littéralement son pouvoir.

Le nombre total de pouvoirs magiques détectés par ses sens était de huit. « Cinq magiciens du 5ème Cercle et trois magiciens du 6ème Cercle. »

Un des magiciens du 6e Cercle était à un demi pas de la frontière. C’était sans aucun doute Herman, qui était au 7e Cercle. Lui seul représentait une énorme menace. Peu importe qui était l’adversaire, ils ne pouvaient absolument pas être en sécurité. Même si l’adversaire était de niveau maître, cette puissance de feu allait suffire pour prendre soin de lui.

Cependant, Théodore fronça les sourcils au lieu de se sentir soulagé. Pourquoi ? Ce n’était pas à cause d’un frisson le long de sa colonne vertébrale, mais à cause de l’air froid de sa main gauche qui lui chatouillait les os. C’était un avertissement de Gluttony qui dormait ? Ou peut-être qu’une fonction dont il ignorait l’existence fut déclenchée ? Quoi qu’il en soit, il n’y avait aucun moyen de résoudre la question immédiatement.

Kukung…. ! Kurururung ! Kung ! Le bruit du tonnerre retentit à plusieurs reprises.

Un pilier de feu déchirait les nuages, et de la fumée qui ressemblait à un champignon couvrait le ciel. C’était de la magie qui allait détruire toutes les défenses de Théodore. Malgré ces attaques redoutables, la bataille n’était toujours pas terminée.

Peu de temps après, tout le son fut coupé comme s’il avait été tranché par une épée.

————–··············

Le silence couvrait le ciel nocturne, et les flammes brûlantes étaient submergées par l’obscurité de la nuit. Quelques arbres en feu furent les dernières traces de la bataille. Le silence était si clair que l’on pouvait entendre le son de quelqu’un qui déglutissait.

« ….c’est fini ? » Quelqu’un demanda.

Le signal indiquant la fin de la bataille ne s’était pas encore montré. Alors que les magiciens de la 3e voiture attendaient les instructions, ‘ il’ tomba du ciel nocturne.

Tok, todok, tok, tok….

Il était rouge foncé et rond. La forme disgracieuse roulait vers l’avant vers les deux wagons. Quelqu’un utilisa la magie de la ‘Lumière’ de façon réflexive à mesure que la forme devenait de plus en plus claire.

Les cheveux blancs se transformaient en cendres, les rides déformées par les brûlures, et les yeux remplis de peur…..

Un nom échappa à Théodore, « …l’Ainé Herman. »

C’était la tête d’Herman, qui avait été sauvagement assassiné.

Chapitre précédent ||Chapitre Suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

2 commentaires pour l’instant

HiganbanaPublié le11:26 - Fév 20, 2019

Merci pour ce chapitre

Ouille! Ça prend un tournant sanglant d’un seul coup.

MehlrothPublié le11:33 - Fév 21, 2019

Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :