Chapitre 90 – Confrontation épée et magie (4)

Paradmin

Chapitre 90 – Confrontation épée et magie (4)

 

L’expression de Théodore devint grave à ses mots. Il était venu ici parce qu’il avait des affaires à régler avec elle, mais c’était comme s’il avait été mal compris. Il en valait de même pour les gardes qui avaient laissé les deux personnes seules dans la pièce.

Par conséquent, Théo décida de demander quels étaient les droits du gagnant. « Quels sont les droits du gagnant?»

« …Je suis désolé. Bien sûr, Sir Theodore ne connaîtrait pas les concepts de l’empire d’Andras.» Rebecca le regarda et expliqua:« L’empire ne garantit pas la vie du perdant. Seul le gagnant peut épargner la vie du perdant, et le perdant doit remettre quelque chose en retour. Cela se fait quelles que soient les clauses des conditions du duel, et votre famille sera sévèrement punie si vous refusez.»

« ……»Théodore était sans voix devant la dure explication.

Il n’était pas exagéré de dire que l’empire barbare parlait avec les épées et la force au lieu de mots. Le gagnant était fort et le perdant était faible. C’était une chaîne de violence qui n’était pas liée à l’éthique ou à la moralité. Une société avec un système où les plus forts pouvaient faire n’importe quoi simplement parce qu’ils étaient forts n’était pas une société mais un groupe d’animaux.

Theo s’étonnait qu’une nation dotée d’un système aussi primitif soit devenue un empire.

« Non, c’est peut-être ce qui a rendu cela possible. »

Les gens devaient survivre à un entraînement intense pendant leur enfance. Puis, une fois entrés dans la société, ils devaient survivre dans la compétition appelée ‘duels’. Le processus rigoureux créerait inévitablement des tueurs chevronnés. De la plus puissante armée du nord-est aux sept épées de l’empire… La coutume du sang et des tributs pourrait bien être la force motrice derrière l’empire Andras qui maintenait sa taille immense. À bien des égards, c’était un pays au-delà du sens commun.

Théo devint étourdi à cause du choc culturel. Cependant, il retrouva rapidement sa santé mentale et poursuivit la conversation interrompue. «Cet endroit n’est pas Andras. Veux-tu toujours écouter ma demande?»

« Oui, je suis le chevalier d’Andras.»

«… C’est difficile à comprendre. Je ne sais pas quelle est la limite supérieure des demandes.»

Rebecca resta silencieuse un moment avant d’ouvrir la bouche pour dire: «Il est possible d’exiger richesse, statue et même compétences. L’esclavage n’existe pas, il est donc impossible de devenir esclave, mais tu peux engager l’autre partie gratuitement une fois. Si les deux parties ont des sexes différents, il pourrait y avoir une demande spéciale.»

« Demande spéciale?»

« … Une nuit.» Le sujet embarrassa naturellement Rebecca et sa voix fut modérée. Son visage rougit alors qu’elle baissait les yeux.

Théodore ne savait pas comment réagir. Il examina inconsciemment sa silhouette allongée avant de se racler la gorge à quelques reprises. Cependant, Rebecca ne pouvait s’empêcher de remarquer ses yeux.

Rebecca regarda Théodore avec des yeux froids et dit: «Je suis désolée mais je n’ai aucune expérience. Mon corps est aussi dans cet état, alors si tu veux de moi, tu dois t’occuper de tout. Mes vêtements sont épais, tu dois donc les enlever toi-même.»

Theo devint gêné par les mots crus et agita rapidement ses mains. « Non, je n’ai aucune intention de faire ça!»

« Est-ce vrai? Je suppose que Sir Theodore ne peut pas être satisfait de quelqu’un comme moi. Je suis désolé.»

« … Dame Rebecca, s’il te plaît, ne me taquine pas.» Theodore réalisa tardivement qu’elle plaisantait et baissa la tête avec un soupir.

«Ah, je suis désolé. Tu es plus innocent que je ne le pensais.»

Depuis leur premier contact jusqu’à maintenant, Théo avait pensé que Rebecca était un chevalier à l’ancienne, mais elle pouvait en fait plaisanter de cette façon. Le sourire sur le visage de Rebecca était très malicieux et son léger sourire la faisait vraiment ressembler à Randolph.

Ensuite, Theo se souvint de ce qu’il voulait demander: « Je voulais plutôt te demander quelque chose Dame Rebecca.»

« Quoi?»

« Connais-tu un homme appelé Randolph?»

Alors que le nom sortait de sa bouche, le sourire sur son visage faiblit.

Rebecca regarda le visage de Théodore comme si elle voyait un démon et la couleur de sa peau était si pâle qu’elle ressemblait à une statue. La réaction qu’elle ne pouvait pas cacher était la preuve qu’elle connaissait Randolph.

Elle balbutia en demandant à Théo: « Ce nom, où l’as-tu entendu?»

«Tout d’abord, je veux connaître sa relation avec toi. Je ne peux pas le divulguer avant de savoir ça.»

« … Je vois.» Elle fut excitée un moment, mais elle retrouva rapidement sa respiration et son teint redevint normal.

Son calme était semblable à celui de Théodore. C’était l’esprit et le corps talentueux de quelqu’un accepté comme disciple d’un maître épéiste. Rebecca regarda Théo silencieusement avant de se décider. « Monsieur Théodore, peux-tu faire en sorte que le son ne sorte pas de cette pièce?»

Il créa tranquillement un mur de silence.

* * *

L’empire Andras était un pays où tout était déterminé par la violence. Les sept épées de l’empire régnaient au sommet et pourraient s’appeler les chefs du peuple. En fait, ils avaient le droit de régner sur tout le monde sauf l’empereur.

Les actifs tels que les successions ou les propriétés n’avaient aucune signification. Quelle valeur cela aurait-il pour un maître d’épée qui ressemblait à une tempête ambulante? Ils avaient un pouvoir omnipotent au sein de l’empire.

Les clans dont sont issues les sept épées peuvent être appelés le cœur de l’empire Andras.

« Notre famille, Clovis, était autrefois prestigieuse au sein de l’empire, car nous avions produit l’une des Sept épées.»

Selon Rebecca, il y a environ 130 ans, la famille Clovis s’était formée en raison de la présence d’un maître épéiste. Pour la première fois, leur maison était remplie de lustres et de meubles luxueux. Ils avaient cru que cela conduirait à des centaines d’années de confiance.

Cependant, cette croyance avait été brisée.

«Un jour, Sa Majesté a donné un décret. Traquez le démoniste qui dérange l’empire et coupez lui la tête.»

Les sept épées étaient absolument obéissantes à l’empereur. Le maître épéiste, ancêtre de la famille Clovis reçut l’ordre et traversa la frontière. Cependant, il n’était jamais revenu.

La chute du clan avait commencé à partir de ce moment. Le maître épéiste n’avait pas été en mesure de respecter l’ordre de son empereur, ce qui avait fait descendre les chacals sur eux et le nom de Clovis avait été abandonné en un instant.

Randolph et Rebecca étaient nés dans cette famille mourante.

«Mon père avait ses propres compétences. Il n’avait pas assez de force, mais il chercha des femmes talentueuses et sema ses graines.»

« Tu veux dire…»

«Randolph et moi sommes demi-frères et sœurs.» Ses yeux froids regardaient au loin, comme si elle regardait quelqu’un qui n’était pas là. «La plupart des enfants qu’il avait étaient des échecs. À part Randolph et moi, les autres ont été vendus à d’autres familles. Afin d’élever un maître épéiste , la famille devait rassembler toutes ses forces sur une seule personne.»

Les magiciens naissaient, mais l’empire avait sa propre façon de favoriser les utilisateurs d’aura. Les enfants de génie étaient sélectionnés et ils consommaient des élixirs. Ensuite, ils seraient favorisés par l’une des sept épées et il était très probable qu’ils deviendraient la prochaine génération de maîtres épéistes.

Randolph et Rebecca avaient tous deux satisfait aux critères d’un génie. Cependant, Clovis n’avait pas eu le pouvoir de les renforcer tous les deux. C’était une situation où le clan devait abandonner l’une des deux personnes. À ce moment-là, des tests devaient être effectués pour vérifier leur qualité, Randolph et Rebecca avaient donc été obligés de devenir des adversaires.

Ensuite, Randolph Clovis quitta la maison au milieu de la nuit. C’était pour l’amour de sa sœur.

« Il a laissé une lettre disant qu’il me reverrait, mais … depuis lors, je n’ai plus aucune nouvelle de lui», dit Rebecca en regardant Théo. Ses yeux verts étaient un peu mouillés. Son histoire ne semblait pas être fausse. De plus, elle n’avait aucune raison de mentir. Pourquoi aurait-elle besoin de créer un feuilleton détaillé pour Théodore, qui ne connaissait même pas le climat de l’empire Andras?

C’est pourquoi Théo décida de parler. « J’ai rencontré Randolph il y a six mois.»

Sa voix coulait dans la pièce entourée par la magie du silence, et Rebecca devenait beaucoup plus lumineuse en écoutant l’histoire.

Elle fut surprise d’apprendre que Randolph cherchait les doubles épées de leur ancêtre, puis ravie lorsqu’elle comprit qu’il les avait trouvées dans le donjon de la liche. À ce moment, elle ressemblait à une fille de son âge.

« Je vois. Il est toujours mon frère.»

Rebecca réécouta ses passages préférés avant d’enterrer son corps dans le lit avec une expression satisfaite. Elle semblait avoir oublié la douleur des côtes cassées. La conversation entre les deux personnes ainsi que la magie du silence étaient presque terminées.

Ding! À 21 heures, les cloches sonnèrent dans le palais royal, marquant le début de la nuit.

Ce n’était pas le bon moment pour un homme et une femme adultes de rester ensemble dans une pièce. Théo n’avait pas réalisé combien de temps avait passé et se leva rapidement de son siège. Cela avait été un moment agréable à bien des égards.

«Alors j’irai. C’est drôle pour moi de dire cela à une personne que j’ai blessée, mais s’il te plaît faits attention.»

« Ah, Sir Theodore -» Rebecca essaya de l’appeler, mais ses côtes lui faisaient mal, donc aucune voix ne sortit de ses lèvres écartées.

Finalement, la porte se ferma, la laissant seule. La pièce devint silencieuse alors que Rebecca tendit prudemment la main vers la porte. Elle n’avait pas encore payé le prix de la défaite.

« … Promettons de nous rencontrer à l’avenir, Sir Theodore.»

Elle jura de rembourser cette dette un jour en fermant les yeux.

* * *

Ce qui s’était passé ensuite était vraiment ridicule.

Theo quitta la pièce et regarda le garde avec des yeux tièdes, avant de retourner dans sa chambre avec un sentiment d’incertitude. Comme toujours, il donna deux livres à Gluttony et établit un programme d’entraînement avant de s’endormir.

Puis il fut attrapé le lendemain. Théo avait prévu de demander une formation à Veronica lorsqu’il se retrouva soudainement jeté dans les airs, par Sylvia et Blundell.

C’est alors que Theodore réalisa qu’une rumeur s’était répandue et il se souvint du sourire espiègle de Rebecca.

«Ces deux frères et sœurs détestables sont les mêmes!»

Il ne s’était jamais attendu à ce que Randolph revienne de cette façon. Theo lutta pour s’échapper des griffes de Blundell mais finit par abandonner.

Chapitre précédent ||Chapitre suivant

À propos de l’auteur

admin administrator

4 commentaires pour l’instant

Gunts92Publié le11:12 - Mar 13, 2019

j’imagine qu’on va apprendre qu’ils accuse théo de la mort de rebecca mort dans la nuit et qu’il est le dernier a l’avoir vu

c’est triste si c’est ca

MehlrothPublié le12:10 - Mar 14, 2019

Merci pour le chapitre

HiganbanaPublié le12:54 - Mar 14, 2019

Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :